Cimetière de Dorotheenstadt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

52° 31′ 42″ N 13° 23′ 01″ E / 52.528411, 13.383704

Sépulture de Friedrich Eduard Hoffmann et de sa famille

Le cimetière de Dorotheenstadt (Dorotheenstädtischer Friedhof) est un cimetière classé de Berlin-Mitte à Dorotheenstadt, dans le centre historique de la capitale allemande.

Il s'étend sur une superficie de 17 000 m2 et son entrée principale se trouve au N° 126 de la Chausseestraße. Un grand nombre de personnalités éminentes ont trouvé ici leur dernier repos. En raison de la qualité artistique ou historique des sépultures, surtout de celles du XIXe siècle, ce cimetière est un site protégé depuis 1983.

Historique[modifier | modifier le code]

Vue du cimetière

La ville de Berlin s'étant particulièrement agrandie au milieu du XVIIIe siècle, il devient nécessaire de trouver un nouveau lieu de sépulture. Aussi le roi Frédéric le Grand accorde-t-il le droit d'aménager un nouveau cimetière en dehors des murs de l’octroi, afin d'éviter les risques d'épidémie. Sa fondation date de 1762, juste à côté du cimetière français qui sera fondé en 1780. Il s'agit au début d'un cimetière pour des citadins peu fortunés, mais lorsque le quartier s'étend avec des institutions prestigieuses comme l'académie des arts, la Singakademie, l'académie d'architecture, l'académie des sciences, ou l'université de Berlin, celui-ci change d'aspect et ses nouveaux habitants se font ériger des sépultures de qualité au cimetière.

Le cimetière de Dorotheenstadt est agrandi plusieurs fois entre 1814 et 1826 et en 1834 la communauté paroissiale luthérienne de Dorotheenstadt acquiert une parcelle importante (appelée aujourd'hui cimetière Dorotheenstadt II) dans le quartier de Gesundbrunnen. La communauté de Friedrichswerder en acquiert une à Kreuzberg. Les deux communautés fusionnent en 1945, et celle de Friedrichswerder à la responsabilité des deux cimetières depuis 1961.

Tombe de Hegel

L'ancien cimetière est fermé aux nouvelles sépultures en 1860 et les enterrements ne sont permis que dans les tombes déjà en place. Lorsqu'une partie du cimetière est vendue en 1889 pour agrandir la Hannoverschenstraße, les tombes de Hegel, Fichte, de Klenze et d'autres sont déplacées. De nouvelles concessions sont permises à partir de 1921.

Le cimetière souffre particulièrement des bombardements, comme le quartier alentour, à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le cimetière fait partie de Berlin-Est après la guerre et accueille les tombes de personnalités et d'artistes est-allemands. Des travaux de restauration ont été effectués entre 2000 et 2006, concernant les tombes de personnages historiques.

Personnalités enterrées[modifier | modifier le code]

Tombe de Bertolt Brecht, de son épouse et de sa fille
Tombe d'Heinrich Mann
Tombe de Johannes Rau

Illustrations[modifier | modifier le code]

Monument à la résistance[modifier | modifier le code]

Monument à la résistance au national-socialisme

Une croix d'acier s'élève à côté d'un monument en l'honneur de résistants victimes du national-socialisme. Leurs noms sont gravés sur la pierre: Klaus Bonhoeffer (1901-1945), frère de Dietrich Bonhoeffer; Hans John (1911-1945); Richard Kuenzer; Carl Adolf Marks (1894-1945); Wilhelm zur Nieden (1878-1945); Friedrich Justus Perels (1910-1945); Rüdiger Schleicher (1895-1945); et Hans Ludwig Sierks (1877-1945). Ils ont tous été arrêtés après l'attentat du 20 juillet 1944 contre Hitler et ont été fusillés dans la nuit du 22 au 23 avril 1945 par un commando SS dans un parc attenant.

Le monument porte aussi la mémoire de Dietrich Bonhoeffer et de Hans von Dohnanyi, résistants qui ont trouvé la mort aux camps de concentration de Flossenburg et de Sachsenhausen, tandis que Justus Delbrück a survécu à la guerre, mais est mort dans un camp de prisonniers soviétique.

Une plaque rappelle aussi la mémoire de soixante-quatre inconnus inhumés dans une fosse commune à proximité, dans les derniers jours de la guerre. Leurs noms sont gravés.

Notes[modifier | modifier le code]

Croix typiques du XIXe siècle berlinois en « fer de Berlin »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Klaus Hammer, Friedhöfe in Berlin. Ein kunst- und kulturgeschichtlicher Führer, Berlin, Jaron, 2006

Source[modifier | modifier le code]