Warren T. Thompson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Warren T. Thompson (actif de 1840 à 1870) est un photographe américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Entre 1840 et 1846, Thompson travaille à Philadelphie et en 1843 améliore la méthode de colorisation des daguerréotypes par galvanoplastie de Daniel Davis, Jr. en utilisant de la résine photosensible à la gomme adragante. Avec cette technique, les couleurs peuvent être construites à la manière de certains types de gravure. Selon Julius S Sachse, rédacteur en chef du American Journal of photography dans un article publié en 1892, Thompson se rend de New York à Paris en 1845 sans parler un mot de français et avec une introduction du consul de Russie à New York pour le vice-consul de Russie à Paris qui à son tour organise une rencontre avec le photographe russe Sergei Lvovich Levitsky (en). Levitsky est cité par Sachse comme déclarant que les daguerréotypes de Thompson sont des « œuvres d'art». Sachse affirme en outre que Thompson a influencé le développement du portrait par daguerréotype à Paris. De 1849 à 1850, Thompson est inscrit en tant que photographe au 14 boulevard Poissonnière, rue Basse-du-Rempart en 1851 puis 22 rue de Choiseul en 1853-59. Levitsky retourne en Russie en 1849 mais revient à Paris en 1859 où il reprend l'adresse de Thompson rue de Choiseul.

Thompson produit des daguerréotypes à Paris ainsi que de très beaux daguerréotypes stéréo et un certain nombre d'autoportraits à pose théâtrale, certains de très grande taille, mais son œuvre connue est rare. L'habileté de ses travaux qui nous sont parvenus suggère qu'il a peut-être suivi une formation de peintre. Pour un photographe de l'époque des pionniers, dont le rôle semble avoir été très important à Paris dans les années 1840 et 1850, la carrière de Thompson est mal connue.

Références[modifier | modifier le code]

  • Sachse, Julius S, Early daguerreotype days part 5 American Journal of photography (1892) pp. 451-52
  • La Lumière, 24 février, 30 juin, 13 octobre 1855, cité par Laure Boyer dans : « Robert Jefferson Bingham, photographe du monde de l'art sous le Second Empire » dans Études photographiques no 12, novembre 2002, p. 20/24 note no 10.

Source de la traduction[modifier | modifier le code]