Vélocimétrie laser

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article principal : Vélocimétrie.
Un laser-Doppler

La vélocimétrie laser (ou anémométrie laser Doppler (LDA)) est une technique optique fondée sur la mesure du décalage en fréquence de faisceaux laser éclairant des particules très fines entraînées par un fluide (tel que l'air ou l'eau). Ainsi, en mesurant la vitesse des particules dans le fluide, on peut connaître la vitesse du fluide.

La vélocimétrie laser est parfois préférée aux autres techniques de mesures de vitesses d'écoulement tel que le tube de Pitot, car le capteur se trouve à l'extérieur du flux mesuré et ne perturbe donc pas la mesure.

Vélocimétrie Doppler globale[modifier | modifier le code]

Méthode[modifier | modifier le code]

Ce vélocimètre se base comme son nom l'indique sur le principe de l'effet Doppler. Il faut illuminer le fluide ensemencé de fines particules par un plan d'une onde électromagnétique dont la fréquence est parfaitement connue (attention ne pas confondre avec une onde magnétique plane). Les particules vont alors diffuser cette onde avec une fréquence différente, qui est mesurée et comparée à celle de l'onde d'origine. La vitesse des particules, donc du fluide, peut être déterminée grâce à cette différence de fréquence.

Remarque: la vélocimétrie Doppler est ici utilisée pour mesurer la vitesse de petites particules mais elle peut aussi être utilisée pour mesurer la vitesse d'objets plus volumineux, voir le radar par effet Doppler.

Montage[modifier | modifier le code]

On peut distinguer sur le schéma :

  • La source de l'onde qui est ensuite diffusée dans un plan ;
  • L'écoulement qui traverse le plan de l'onde ;
  • L'onde diffusée par les particules ;
  • Le système qui mesure la fréquence de l'onde diffusée ;
  • Le système qui compare les fréquences.
Velocimetrie doppler montage.png

Détermination de la vitesse[modifier | modifier le code]

On commence par poser les différentes notations :

  • f_{0} fréquence de l'onde émise
  • f_{1} fréquence de l'onde reçue
  • \vec{E} vecteur unitaire dans le sens de la propagation de l'onde émise
  • \vec{R} vecteur unitaire dans le sens de la mesure
  • \vec{V} vecteur vitesse de la particule
Velocimetrie doppler notations.png

Les calculs sont faits dans un cas non relativiste (le fluide, donc les particules, possède une vitesse faible devant celle de la lumière) et basés sur les résultats obtenus ici.

Il y a plusieurs étapes dans le calcul :

  • l'onde est émise à la fréquence f_{0}
  • la particule reçoit une onde à la fréquence apparente f_{i} = f_{0} \cdot \left(1 - \frac{\vec{V}\cdot\vec{E}}{c} \right) (cas d'un émetteur immobile et d'un récepteur mobile). L'onde est diffusée à cette fréquence dans le référentiel de la particule.
  • le récepteur reçoit alors une onde à la fréquence f_{1} = f_{i} \cdot \left( \frac{1}{1-\dfrac{\vec{V}\cdot\vec{R}}{c}}\right) \backsim f_{i} \cdot \left( 1 + \frac{\vec{V}\cdot\vec{R}}{c}\right) (cas d'un récepteur immobile et d'un émetteur mobile).

En développant cette expression on trouve finalement f_{1}-f_{0} = f_{0}\cdot\frac{\vec{V}\cdot(\vec{R}-\vec{E})}{c}. En mesurant la différence de fréquence, la valeur de la projection de la vitesse sur l'axe \vec{R}-\vec{E} peut donc être calculée.

Vélocimétrie laser à franges[modifier | modifier le code]

Ce vélocimètre fonctionne sur le principe des interférences.

On crée à l'aide d'un laser une figure d'interférence dans une zone bien précise.

LDA Principle french.jpg

Lorsqu'une particule du fluide traverse cette zone elle disperse la lumière lorsqu'elle se trouve sur une des franges. Elle va donc lorsqu'elle se déplace envoyer des impulsions de lumière en passant d'une frange à l'autre.

i est l’interfrange, la distance pendant laquelle la frange est brillante.

Ainsi, en considérant une particule traversant le réseau de franges à une vitesse up, sa fréquence de passage dans une frange brillante va être de :

fd=up/i

fd est donc la fréquence de la lumière diffusée par la particule. C’est elle que l’on va pouvoir mesurer. Comme on connaît i d’après notre montage, on peut en déduire up.

Le détecteur (Channel PhotoMultiplier ou photomultiplicateur) captera les très faibles quantités de lumières et les transformera en signal électronique analogique. Puisque l'intensité lumineuse n'est pas la même en fonction de la frange que traverse la particule on peut en déduire l'emplacement de celle-ci.

Mais on a avec cette méthode un repérage du mouvement dans une seule direction.

Interference.JPG

On peut additionner à cette méthode d'autres laser comme le VIP d'autres laser (différentes longueurs d'ondes). Ainsi on peut repérer d'autres vecteurs de direction des particules.

Sens de la vitesse[modifier | modifier le code]

Ce mode de calcul ne permet pas de déterminer le sens de la vitesse de la particule car, à une fréquence donnée, correspond la même vitesse positive ou négative.

La détermination du signe de la vitesse se fait par défilement des franges d’interférence. Une particule immobile émettra un signal correspondant à la vitesse de défilement des franges et la vitesse d’une particule en mouvement s’ajoutera ou se retranchera à la vitesse de défilement. Il faut néanmoins vérifier que la vitesse turbulente soit toujours positive pour qu’il n’y ait pas d’ambiguïté sur sa valeur.

Vélocimétrie laser 2 points (L2F)[modifier | modifier le code]

Schéma du vélocimètre deux points (L2F)

Le faisceau laser est séparé en deux par un prisme de Rochon pour réaliser une barrière optique. La lentille qui se trouve juste après permet de refocaliser les deux faisceaux sur la zone que l'on veut étudier. Les deux faisceaux sont focalisés en deux points séparés dont la distance (de quelques dizaines de microns) est parfaitement connue.

Lorsque les particules passent au travers des faisceaux laser focalisés, il se crée un phénomène de rétrodiffusion : une faible quantité de lumière est retournée et peut être analysée par deux capteurs, un pour chacun des faisceaux.

Des systèmes optiques tels qu'un microscope permettent d'agrandir l'image des capteurs (ici on utilise des Photomultiplicateurs mais on peut également utiliser des Channel PhotoMultiplier).

Le traitement des données consiste à mesurer l'intervalle de temps (dit temps de vol) entre les deux impulsions délivrées par les deux photomultiplicateurs.

Vélocimétrie par Image de Particules (PIV)[modifier | modifier le code]

La vélocimétrie par images de particules est l'une des plus importantes techniques utilisées pour déterminer le champ de vitesse d'un fluide.

Le principe est relativement simple.

On illumine une fine couche du fluide étudié par un rayonnement laser. Ainsi, lorsque les particules traversent cette zone, elles diffusent la lumière qui peut être récupérée par un capteur (généralement une caméra CCD).

Le traitement des images se fait aujourd'hui quasiment exclusivement à l'aide d'un ordinateur. Chaque image est divisée en petites zones (fenêtre dont la taille est typiquement de 16 × 16 ou 32 × 32 pixels). L'intercorrélation de deux fenêtres issues de deux images consécutives permet de déterminer le déplacement des particules situées dans cette zone. Le résultat de cette opération permet d'obtenir des cartes de vitesse instantanée donnant les deux composantes de la vitesse dans le plan éclairé par le laser.

L'utilisation de deux capteurs (CCD par exemple) regardant la même zone de fluide illuminée permet d'obtenir les 3 composantes de la vitesse dans l'espace. (principe de la stéréoscopie)

Différentes méthodes (PIV holographique, PIV tomoscopique) sont actuellement en développement. Elles visent à déterminer les composantes de la vitesse dans un volume.