Spigelia genuflexa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Spigelia genuflexa est une espèce de plante annuelle de la famille de Loganiaceae trouvée dans l'État de Bahia, au Brésil, qui a été décrite en 2011. Elle a la particularité de voir ses tiges s'incurver après la floraison pour déposer les graines dans le sol (géocarpie).

Description[modifier | modifier le code]

Plante à floraison précoce

Spigelia genuflexa présente deux formes de croissance. Dans l'une, les inflorescences apparaissent après les trois premières paires de feuilles, quand la plante fait environ 1 centimètre de hauteur ; dans l'autre, quatre ou cinq paires de feuilles précèdent l'inflorescence, la plante faisant 10 à 25 cm dee haut[1]. Les feuilles sont opposées, de 6 à 20 mm de long et 2 à 5 mm de large, de forme elliptiques à ovales. Les inflorescences sont composées d'un maximum de 7 fleurs, et les corolles des fleurs font 4 à 8 mm de long[1]. Les tiges sont teintées de rouge, et ont de 4 à 6 côtes saillantes courant jusqu'à la base des feuilles.

Écologie[modifier | modifier le code]

Spigelia genuflexa pousse dans les peuplements résiduels de la forêt atlantique dans la vallée du Rio Negrode l'État de Bahia, à une altitude de 150 mètres et à environ 30 km de la côte[1]. Elle fleurit pendant la saison des pluies, et disparaît presque pendant la saison sèche[1]. Elle est capable d'auto-pollinisation, avec une anthèse durant moins d'une journée. Après la pollinisation, la tige s'incline vers le sol, et dans la forme à floraison précoce, dépose les graines dans le sol, dans l'autre, la tige reste à une certaine distance au-dessus de la surface du sol[1].

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Spigelia genuflexa a été découverte sur ​​un terrain appartenant Alex Popovkine en 2009, par son gardien José Carlos Mendes Santos[1]. L'épithète spécifique genuflexa est une référence à la tendance de la plante à se pencher après la floraison, du nom latin genuflexus (cf . génuflexion)[1]. Les auteurs ont proposé que l'espèce soit classée comme Données insuffisantes selon les critères de l'UICN[1]. Popovkine est une émigrée russe et botaniste amateur qui a réalisé son rêve de longue date d'étudier les plantes tropicales[2]. C'est l'une des soixante espèces qui composent le genre mal connu Spigelia de plantes tropicales, mais qui ne semble pas particulièrement proche de toute autre espèce[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) Alex V. Popovkin, Katherine G. Mathews, José Carlos Mendes Santos, M. Carmen Molina & Lena Struwe, « Spigelia genuflexa (Loganiaceae), a new geocarpic species from the Atlantic forest of northeastern Bahia, Brazil », PhytoKeys, vol. 6,‎ 2011, p. 47–65 (DOI 10.3897/phytokeys.6.1654)
  2. (en) Alejandra Martins, « New species of genuflecting plant buries its own seeds », BBC News,‎ 23 sept. 2011 (consulté le 24 septembre 2011)

Sur les autres projets Wikimedia :