Scutisorex thori

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Scutisorex thori est une espèce de musaraignes de la famille des Soricidae vivant en République démocratique du Congo. L'espèce sœur, Scutisorex somereni, et elle sont les seules espèces de mammifères connues dont les vertèbres s'imbriquent comme des doigts[1],[2].

Description[modifier | modifier le code]

Cette musaraigne a un crâne plus petit et moins de vertèbres inférieures (huit au lieu de dix ou onze) que l'espèce sœur. Les vertèbres présentent moins de ramifications osseuses, et les côtes de l'animal sont plus plates et plus robustes[3],[4]. Comme S. somereni, S. thori possède un dos extrêmement fort, environ quatre fois plus fort que celui d'un homme, une fois éliminés les effets de la taille[3]. Cette musaraigne mesure moins de 1 pied (30 cm) de long et ne pèse que 1,7 once (48 g). Les Scutisorex sont moins souples que les autres animaux[5].

Découverte[modifier | modifier le code]

La musaraigne Scutisorex thori a été décrite pour la première fois dans Biology Letters (en) par une équipe internationale de chercheurs dirigée par William T. Stanley, directeur des collections et zoologiste du muséum Field de Chicago, en juillet 2013. Elle a été découverte quand Stanley a disséqué un spécimen de musaraigne recueilli dans le village de Baleko et constaté que sa colonne vertébrale différait de celle des spécimens connus[4],[5]. L'équipe a nommé la musaraigne d'après le nom du mammalogiste Thorvald « Thor » Holmes, du Musée des vertébrés de l'Université d'État de Humboldt, et celui du dieu viking de la force, Thor[2],[6].

Importance dans l'évolution[modifier | modifier le code]

La structure du crâne et des vertèbres de Scutisorex thori porte à croire que l'espèce est une espèce intermédiaire dans l'évolution entre Scutisorex somereni et les autres musaraignes, qui passait pour un très bon exemple d'équilibre ponctué, théorie selon laquelle les espèces évoluent parfois très vite après de longues périodes de stabilité. La découverte de cette espèce intermédiaire laisse entrevoir une évolution plus graduelle des musaraignes[1].

Scutisorex thori peut aussi aider à expliquer l'avantage de vertèbres qui s'imbriquent dans l'évolution. Ceux qui ont découvert cet animal émettent l'hypothèse que le dos robuste des deux Scutisorex, qui auraient divergé il y a environ 4 millions d'années[2], leur sert à soulever des troncs ou des roches pour trouver des vers ou à se glisser entre le tronc et la base des feuilles de palmier pour trouver des larves[1]. Ce comportement n'a pas encore été observé dans la nature[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Richard Johnston, « Shrew has a spine of godly strength », sur Nature,‎ 24 juillet 2013 (consulté le 24 juillet 2013).
  2. a, b et c Frédéric Belnet, « Une nouvelle espèce de musaraigne à l'échine de Titan », sur Maxisciences,‎ 26 juillet 2013 (consulté le 26 juillet 2013).
  3. a et b (en) Melissa Hogenboom, « New species of super-strong 'Hero Shrew' discovered », sur BBC,‎ 24 juillet 2013 (consulté le 24 juillet 2013).
  4. a, b et c (en) Christine Dell'Amore, « Hero Shrew Found, One of 'Most Bizarre Animals on Earth' », sur National Geographic News,‎ 24 juillet 2013 (consulté le 25 juillet 2013).
  5. a et b (en) Jennifer Viegas, « This super 'hero' shrew has an unbreakable back », sur NBC News,‎ 23 juillet 2013 (consulté le 25 juillet 2013).
  6. (en) William T. Stanley et al., « A new hero emerges: another exceptional mammalian spine and its potential adaptive significance », Biology Letters,‎ 24 juillet 2013 (lire en ligne).