Saut à ski aux Jeux olympiques de 1928

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Saut à ski aux Jeux olympiques de 1928

Logo du saut à ski aux Jeux olympiques
Les anneaux olympiques
Généralités
Sport Saut à ski
Organisateur(s) Comité olympique suisse
Édition 2e
Lieu Saint-Moritz, Drapeau de la Suisse Suisse
Date 18 février 1928
Nations 13
Participants 38 (classés)
Épreuves 1
Affluence 8 000
Site(s) Olympiaschanze
Palmarès
Tenant du titre Drapeau de Norvège Jacob Tullin Thams (NOR)
Vainqueur Drapeau de Norvège Alf Andersen (NOR)
Deuxième Drapeau de Norvège Sigmund Ruud (NOR)
Troisième Drapeau Rudolf Purkert (TCH)
Plus médaillés Drapeau de la Norvège Norvège (2 médailles)

Navigation

L'épreuve de saut à ski des Jeux olympiques d'hiver de 1928 a lieu au tremplin de 70 mètres « Olympiaschanze » à Saint-Moritz en Suisse le 18 février 1928. Les concurrents sont au nombre de 38, originaires de 13 pays. La compétition est remportée par le Norvégien Alf Andersen devant son compatriote Sigmund Ruud et le Tchécoslovaque Rudolf Purkert.

La Norvège envoie une équipe forte avec quatre sauteurs capables de remporter l'épreuve dont le champion olympique en titre et champion du monde Jacob Tullin Thams et Andersen qui a remporté les huit épreuves de qualification norvégiennes. Par ailleurs, le détenteur du record du monde, le Canadien Nels Nelsen n'est pas autorisé à participer en raison de problèmes financiers. Le Japon participe pour la première fois à une compétition internationale de saut à ski, devenant ainsi le premier pays asiatique à le faire.

Après le premier saut, trois Norvégiens sont en tête. Une discussion de 40 minutes éclate ensuite à propos de la vitesse des sauts avec les sauteurs d'Europe centrale qui veulent que celle-ci augmente. Cette demande est accordée par le jury, ce qui entraîne les chutes de plusieurs favoris dont les partisans les plus virulents de l'augmentation de la vitesse Gérard Vuilleumier et Bruno Trojani. Andersen et Ruud se placent sur le podium en réduisant leur vitesse sur la zone de décollage.

Site[modifier | modifier le code]

Image d'un tremplin de saut à ski avec en bas l'inscription "St. Moritz" et derrière lui, des arbres enneigées.
L'Olympiaschanze en 2002
Article détaillé : Olympiaschanze.

Des activités de saut à ski existent depuis 1895 à Saint-Moritz, et le tremplin de saut à ski de Julierschanze est ouvert depuis 1905. Cependant, celui-ci n'est pas assez grand pour les épreuves olympiques, ce qui oblige à en construire un autre. La construction débute en 1926 et le site est inauguré le 20 janvier 1927.

Situé dans le quartier de Saint-Moritz-Bad, l'Olympiaschanze est alors le plus gros tremplin de saut à ski du monde avec une taille de 94,5 mètres environ, et permet, par beau temps, de faire des sauts de 70 à 75 mètres[1],[2].

La compétition olympique est suivie par 8 000 spectateurs[3].

Le tremplin accueille également l'épreuve de combiné nordique des Jeux de 1928 et sera plus tard utilisé pour les Jeux olympiques d'hiver de 1948[4].

Avant l'épreuve[modifier | modifier le code]

La Norvège envoie une forte délégation avec quatre participants capables de remporter la compétition. En effet, Jacob Tullin Thams est le champion olympique en titre après sa victoire lors des Jeux de 1924 et fut le champion du monde de la discipline en 1926. Le reste de l'équipe est composée d'Alf Andersen qui a remporté les huit épreuves de qualifications norvégiennes pour les Jeux olympiques, de Sigmund Ruud — le plus vieux des frères Ruud — et d'Hans Kleppen[3],[5]. Les autres favoris sont Rudolf Purkert[3] qui a gagné la partie saut à ski du combiné nordique[6] et le Suisse Gérard Vuilleumier. L'Asie est représenté pour la première fois à une compétition internationale avec la participation du Japonais Motohiko Ban[3].

Le Canada avait initialement prévu d'envoyer deux sauteurs à ski, Nels Nelsen, qui détient le record du monde du saut le plus long, et Melbourne McKenzie. Cependant, le manque d'argent les pousse à tenter de travailler sur un cargo pour traverser l'Atlantique. Toutefois, ces plans ont été stoppés par des officiels de la délégation britannique, qui organisaient l'équipe canadienne. Ils[Qui ?] sentaient aussi que travailler pour être transporté était inappropriée et que cela soit pas convenable pour l'équipe[7]. Nelsen n'a participé à aucune édition des Jeux olympiques.

Avant l'épreuve, certains concurrents sont inquiets pour leur sécurité à cause de la hauteur du décollage et de la conception de la zone de descente[2].

Récit de l'épreuve[modifier | modifier le code]

Un homme en tenue d'hiver avec des skis au pied et des bâtons dans les mains.
Le champion olympique en titre et champion du monde Jacob Tullin Thams.

Le jury est composé du Norvégien Østgaard, du Tchécoslovaque Jilek et du Suisse Straumann[8]. En raison de la présence de glace sur la piste d'élan, un élan réduit est utilisée lors de la première manche[3]. Anderson va le plus loin avec un saut de 60 mètres. Ruud et Vuilleumier le suivent avec 57,5 mètres tandis que Purket fait la quatrième longueur avec 57 mètres. Thams, Kleppen et le Polonais Bronisław Czech sautent tous à 56,5 mètres mais Kleppen et Czech tombent[8]. Les trois Norvégiens Andersen, Ruud et Thams sont en tête devant Purket et Vuilleumier[3].

Durant la pause, plusieurs participants des pays d'Europe Centrale dont Vuilleumier et Bruno Trojani demandent à avoir plus d'élan, pour atteindre la vitesse maximale. Les sauteurs scandinaves et américains protestent contre cette demande et une discussion de 40 minutes éclate[3]. À un moment, un des assistants sur la piste d'élan reçoit un appel téléphonique qui lui confirme d'améliorer la vitesse. Celui-ci est sceptique et choisit de rappeler les juges qui pourraient lui confirmer qu'ils n'ont jamais le feu vert pour faire cela. À la fin de la discussion, les juges décident d'augmenter la vitesse en ajoutant, suite à un compromis, une distance de 5 mètres supplémentaires à l'élan. Cependant, l'assistant décide de déplacer la corde de seulement 4,5 mètres. Cela rend les Suisses furieux et ils utilisent leurs couteaux pour couper la corde. Ils accusent ensuite les participants qui se sont opposés à avoir la vitesse maximale d'être des lâches[9].

Lors de la seconde manche, Andersen et Ruud descendent la piste d'élan debout pour réduire leur vitesse et réussissent à avoir les deux sauts sans chute les plus longs[9]. Pour Rudd, l'épreuve olympique permet de percer au niveau international[5]. Thams utilise la piste à pleine vitesse, il atterrit à 73,0 mètres mais il tombe et termine à la 28e place[3]. S'il était resté debout, il serait devenu le nouveau recordman du monde [10]. Il a dû être transporté à l'hôpital en raison de la gravité de ses blessures. Il déclara ensuite : « J'ai au moins montré à ces gars que nous étions pas des lâches »[11],[9]. Vuilleumier et Trojani s'élancent également à grande vitesse mais chutent tous les deux et finissent respectivement à la 30e et 32e place[3]. Enfin, le Japonais Ban, quant à lui, réalise le saut le plus court lors des deux tours, chute lors du son premier saut et termine dernier[8].

Après l'épreuve et en raison notamment du tremplin de saut à ski mal conçu et afin de protéger les sauteurs ainsi que l'avenir et la réputation de la discipline, la Fédération internationale de ski a décidé de limiter la hauteur des sauts réalisés par les athlètes[2].

Résultats[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous montre les résultats de la compétition avec le nom des participants, leur pays, leur classement, la longueur de leur premier et de leur deuxième saut. Il comporte également la note de chacun des trois juges ainsi que le score global qui permet de classer les concurrents et qui est la moyenne des notes données par les trois juges. (T) signifie que le concurrent est tombé lors de son saut[8].

Résultats
Rang Sauteur à ski Longueur 1
(en mètres)
Longueur 2
(en mètres)
Juge 1 Juge 2 Juge 3 Score
1 Drapeau de Norvège Alf Andersen (NOR) 60,0 64,0 19,250 19,375 19,000 19,208
2 Drapeau de Norvège Sigmund Ruud (NOR) 57,5 62,5 18,125 18,875 18,625 18,524
3 Drapeau Rudolf Purkert (TCH) 57,0 59,5 17,562 18,312 17,937 17,937
4 Drapeau de Suède Axel-Herman Nilsson (SWE) 53,5 60,0 16,937 16,875 16,937 16,937
5 Drapeau de Suède Sven-Olof Lundgren (SWE) 48,0 59,0 16,750 16,875 16,500 16,708
6 Drapeau des États-Unis Rolf Monsen (USA) 53,0 59,5 16,437 16,937 16,687 16,687
7 Drapeau de Suisse Sepp Mühlbauer (SUI) 52,0 58,0 16,500 16,375 16,750 16,541
8 Drapeau de Suisse Ernst Feuz (SUI) 52,5 58,5 16,500 16,250 16,625 16,458
9 Drapeau d'Allemagne Martin Neuner (GER) 50,0 57,0 16,500 16,375 16,000 16,291
10 Drapeau de Suède Bertil Carlsson (SWE) 51,5 61,0 16,062 16,437 16,062 16,187
11 Drapeau d'Allemagne Erich Recknagel (GER) 48,5 62,0 15,812 15,687 16,562 16,020
12 Drapeau de Finlande Paavo Nuotio (FIN) 50,0 56,0 15,625 15,750 16,125 15,833
13 Drapeau d'Italie Vitale Venzi (ITA) 50,0 59,0 15,750 15,375 16,125 15,750
14 Drapeau des États-Unis Charles Proctor (USA) 49,0 56,0 15,125 16,125 15,500 15,583
15 Drapeau Willy Möhwald (TCH) 46,0 59,0 15,250 15,750 15,500 15,500
16 Drapeau du Canada Gerald Dupuis (CAN) 49,0 51,0 15,375 15,500 15,625 15,500
17 Drapeau d'Allemagne Franz Thannheimer (GER) 46,5 53,5 15,250 15,375 15,375 15,333
18 Drapeau des États-Unis Anders Haugen (USA) 51,0 53,0 14,875 15,500 15,500 15,291
19 Drapeau d'Allemagne Alois Kratzer (GER) 49,5 54,0 14,437 14,687 14,437 14,853
20 Drapeau Josef Bím (TCH) 49,5 51,0 14,687 14,812 14,437 14,728
21 Drapeau Karl Wondrak (TCH) 48,5 49,0 14,312 14,687 14,437 14,478
22 Drapeau de Finlande Esko Järvinen (FIN) 45,0 47,5 13,937 14,437 13,562 13,978
23 Drapeau de Pologne Stanisław Gąsienica Sieczka (POL) 41,0 58,0 14,000 13,375 14,374 13,917
24 Drapeau de France Kléber Balmat (FRA) 44,0 54,0 13,375 14,750 13,375 13,833
25 Drapeau de Pologne Aleksander Rozmus (POL) 41,0 53,0 12,875 13,375 13,250 13,166
26 Drapeau de France Martial Payot (FRA) 40,5 47,0 12,562 13,062 12,437 12,678
27 Drapeau de Pologne Andrzej Krzeptowski (POL) 41,5 46,5 12,437 12,937 12,437 12,604
28 Drapeau de Norvège Jacob Tullin Thams (NOR) 56,5 (T) 73,0 11,187 13,687 12,812 12,562
29 Drapeau d'Autriche Harald Bosio (AUT) 36,5 52,0 12,312 11,812 12,062 12,062
30 Drapeau de Suisse Gérard Vuilleumier (SUI) 57,5 (T) 62,0 11,687 11,562 12,812 12,020
31 Drapeau de Suède Sven Eriksson (SWE) 52,0 (T) 62,5 11,125 12,000 11,375 11,500
32 Drapeau de Suisse Bruno Trojani (SUI) 48,5 (T) 63,0 9,562 11,385 11,437 10,782
33 Drapeau d'Italie Luigi Bernasconi (ITA) 46,5 (T) 59,0 10,312 10,312 9,437 10,020
34 Drapeau d'Italie Luciano Zampatti (ITA) (T) 48,0 49,5 10,687 8,187 10,187 9,687
35 Drapeau de France Joseph Maffioli (FRA) 35,0 40,0 8,125 7,875 8,375 8,125
36 Drapeau de Norvège Hans Kleppen (NOR) (T) 56,5 (T) 64,5 4,500 4,500 7,500 6,500
37 Drapeau de Pologne Bronisław Czech (POL) (T) 56,5 (T) 62,5 5,000 7,000 7,000 6,333
38 Drapeau du Japon Motohiko Ban (JPN) (T) 34,0 39,0 4,000 3,750 4,250 4,000

Délégations participantes[modifier | modifier le code]

Un total de 38 sauteurs à ski venant de 13 pays participent à la compétition et sont classés[8]. En effet, selon le rapport officiel des Jeux, 68 athlètes étaient inscrits et 40 au départ de l'épreuve[8]. Également, un 14e pays, la Hongrie faisait partie des nations engagées mais aucun représentant de ce pays n'est présent dans le classement final[8].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Comité olympique suisse, Rapport général du Comité exécutif des IIemes Jeux olympiques d'hiver et documents officiels divers, Lausanne,‎ 1928 (lire en ligne), p. 10
  2. a, b et c Findling et Pelle 1996, p. 291
  3. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) « Ski Jumping at the 1928 Sankt Moritz Winter Games: Men's Normal Hill, Individual », sur sports-reference.com, Sports Reference (consulté le 21 août 2013)
  4. (en) « Olympiaschanze », sur skisprungschanzen.com, Ski Jumping Hill Archive,‎ 31 mai 2011 (consulté le 21 août 2013)
  5. a et b Thoresen 2007, p. 53
  6. (en) « Nordic Combined at the 1928 Sankt Moritz Winter Games:Men's Individual Ski Jumping, Normal Hill », sur sports-reference.com, Sports Reference (consulté le 22 août 2013)
  7. Scott 2005, p. 32
  8. a, b, c, d, e, f et g Comité olympique suisse, Résultats de concours des IImes Jeux Olympiques d'hiver,‎ 1928 (lire en ligne), p. 10
  9. a, b et c Thoresen 2007, p. 52
  10. Thoresen 2007, p. 51
  11. Citation originale : « Jeg fikk ihvertfall vist de kara at vi ikke er feige »

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) John E. Findling et Kimberly D. Pelle, Historical dictionary of the Modern Olympic Movement, Westport (Connecticut, États-Unis), Greenwood Press,‎ 1996 (ISBN 0-313-28477-6, résumé) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (no) Arne Thoresen, Lengst gjennom lufta, Oslo, Versal,‎ 2007 (ISBN 978-82-8188-030-6) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Chic Scott, Powder Pioneers, Surrey, Rocky Mountain Books,‎ 2005 (ISBN 1-894765-64-8, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Lien externe[modifier | modifier le code]