Nikon D7000

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nikon D7000
Image illustrative de l'article Nikon D7000

Type Reflex numérique
Nombre de pixels (millions) 16,2 millions de pixels
Définition (max) 4928 × 3264
Type de capteur CMOS Sony Exmor[1]
Taille de capteur 15,6 x 23,6 mm (APS-C)
Coefficient de conversion 1,5
Sensibilité du capteur de 100 à 6 400 ISO (sensibilités standard) + H1 et H2 (25 600 ISO)[1]
Mode du focus autofocus sur 39 zones (9 en croix), avec AF prédictif[1]
Mode rafale 6 im./s (24 im. JPEG)
Écran LCD écran fixe haute définition (921 000 points)[1]
Dimensions (l × h × p) 132 x 105 x 77 mm[1]
Masse 780 g (nu, avec accu et carte)[1]

Le Nikon D7000 est un appareil photographique reflex numérique, présenté par Nikon le 15 septembre 2010. Il remplace le D90 comme reflex de milieu de gamme.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

  • 16,2 mégapixels au format Nikon DX à l'aide d'un capteur CMOS.
  • Processeur Nikon EXPEED 2 pour la gestion de l'image.
  • Capteur RVB 2016 photosites.
  • Écran de 3 pouces (7,62 cm) pour une résolution TFT de 920 000 pixels.
  • Video full HD (1920x1080)
  • Mise au point autofocus 39 points avec quatre modes zone AF, dont le suivi 3D.
  • Sensibilité ISO du capteur allant de 100 à 25600 iso (position Hi2).
  • Capot supérieur et face arrière constitués d'une coque en magnésium[2].
  • Double carte SDXC[2].
  • Niveau électronique horizontal[2].
  • Viseur à couverture 100 % et grossissement x0,96[2].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

  • Certaines caractéristiques du D7000, témoignant d'une sensible montée en gamme, ont été saluées dès la mise à disposition de la presse spécialisée des premiers prototypes : mesure de la lumière sur 2 016 points RVB (cellule qui équipera les futurs Nikon professionnels[3]), autofocus Multicam à 39 collimateurs (dont neuf en croix dans la zone centrale) couvrant pratiquement la même surface que celui du Nikon D300[4], coque magnésium et protection anti-ruissellement (qui reste cependant moins efficace que celle du D300).
  • Au chapitre des regrets ont été mentionnés le fait que l'écran arrière soit fixe, contrairement à celui des D5000 et D5100[5], qu'un HDR ne soit pas intégré[6] et que sa mise au point en mode vidéo soit insuffisamment réactive. Quelques défauts « de jeunesse » ont aussi été signalés, tel qu'un amortissement perfectible du miroir, ainsi qu'un problème aléatoire affectant le calage de l'autofocus[1].
  • Nikon a reçu pour ce boîtier le prix TIPA (Technical Image Press Association) du meilleur reflex numérique avancé en 2011.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jérôme GEOFFROY, Obtenez le meilleur du NIKON D7000, DUNOD, Paris, 2011.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Chasseur d'Images, n° 335, juillet 2011, p. 151
  2. a, b, c et d Chasseur d'Images, n° 327, octobre 2010, p. 129
  3. Chasseur d'Images, n° 327, octobre 2010, p. 127
  4. Chasseur d'Images, n° 327, octobre 2010, p. 126
  5. Chasseur d'Images, n° 327, octobre 2010, p. 128
  6. L'appareil permet cependant le bracketing automatique.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :