Nikon D7000

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nikon D7000
{{#if:
Image illustrative de l'article Nikon D7000

Type Reflex numérique
Nombre de pixels (millions) 16,2 millions de pixels
Définition (max) 4928 × 3264
Type de capteur CMOS Sony Exmor[1]
Taille de capteur 15,6 x 23,6 mm (APS-C)
Coefficient de conversion 1,5
Sensibilité du capteur de 100 à 6 400 ISO (sensibilités standard) + H1 et H2 (25 600 ISO)[1]
Plage dynamique maximale du capteur 13,9 EV
Mode du focus autofocus sur 39 zones (9 en croix), avec AF prédictif[1]
Mode rafale 6 im./s (24 im. JPEG)
Écran LCD écran fixe haute définition (921 000 points)[1]
Dimensions (l × h × p) 132 x 105 x 77 mm[1]
Masse 780 g (nu, avec accu et carte)[1]
Chronologie des modèles
Précédent D300S
D90
D7100 Suivant

Le Nikon D7000 est un appareil photographique reflex numérique, présenté par Nikon le 15 septembre 2010. Il remplace le D90 comme reflex de milieu de gamme.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

  • 16,2 mégapixels au format Nikon DX à l'aide d'un capteur CMOS.
  • Processeur Nikon EXPEED 2 pour la gestion de l'image.
  • Capteur RVB 2016 photosites.
  • Écran de 3 pouces (7,62 cm) pour une résolution TFT de 920 000 pixels.
  • Video full HD (1920x1080)
  • Mise au point autofocus 39 points avec quatre modes zone AF, dont le suivi 3D.
  • Sensibilité ISO du capteur allant de 100 à 25600 iso (position Hi2).
  • Capot supérieur et face arrière constitués d'une coque en magnésium[2].
  • Double carte SDXC[2].
  • Niveau électronique horizontal[2].
  • Viseur à couverture 100 % et grossissement x0,96[2].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

  • Certaines caractéristiques du D7000, témoignant d'une sensible montée en gamme, ont été saluées dès la mise à disposition de la presse spécialisée des premiers prototypes : mesure de la lumière sur 2 016 points RVB (cellule qui équipera les futurs Nikon professionnels[3]), autofocus Multicam à 39 collimateurs (dont neuf en croix dans la zone centrale) couvrant pratiquement la même surface que celui du Nikon D300[4], coque magnésium et protection anti-ruissellement (qui reste cependant moins efficace que celle du D300).
  • Au chapitre des regrets ont été mentionnés le fait que l'écran arrière soit fixe, contrairement à celui des D5000 et D5100[5], qu'un HDR ne soit pas intégré[6] et que sa mise au point en mode vidéo soit insuffisamment réactive. Quelques défauts « de jeunesse » ont aussi été signalés, tel qu'un amortissement perfectible du miroir, ainsi qu'un problème aléatoire affectant le calage de l'autofocus[1].
  • Nikon a reçu pour ce boîtier le prix TIPA (Technical Image Press Association) du meilleur reflex numérique avancé en 2011.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jérôme GEOFFROY, Obtenez le meilleur du NIKON D7000, DUNOD, Paris, 2011.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Chasseur d'Images, n° 335, juillet 2011, p. 151
  2. a, b, c et d Chasseur d'Images, n° 327, octobre 2010, p. 129
  3. Chasseur d'Images, n° 327, octobre 2010, p. 127
  4. Chasseur d'Images, n° 327, octobre 2010, p. 126
  5. Chasseur d'Images, n° 327, octobre 2010, p. 128
  6. L'appareil permet cependant le bracketing automatique.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :