Nikon F

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nikon F, montrant la monture F toujours utilisée avec les objectifs actuels

Lancé en avril 1959 par l'entreprise japonaise Nippon Kogaku K.K. (ce qui peut se traduire par Optique Japonaise S.A.), connue aussi sous le nom de sa marque principale Nikon, le boîtier Nikon F introduisit le concept de système d'appareil photographique reflex mono-objectif (SLR) au format 35 mm.

Avec ce boîtier, Nikon commercialisera une large gamme d'accessoires pouvant y être connectés et le complétant.

Description[modifier | modifier le code]

Le Nikon F est un appareil totalement mécanique qui ne nécessite pas de batterie pour fonctionner. Il reprend les boutons de commande des Nikon SP, un boîtier à télémètre couplé sorti en 1957 (année où le développement du Nikon F a été lancé[1]). Le Nikon F a été annoncé en mars 1959 et la production a duré jusqu'en mars 1972.

  • Par rapport aux boitiers à télémètres, les principaux changements sont dus au miroir à retour rapide ainsi qu'au prisme qui redresse l'image apparaissant sur le dépoli. Les appareils allemands de l'époque avaient bien un miroir qui se relevait pour prendre la photo, mais le miroir ne s'abaissait à nouveau que lorsqu'on actionnait le levier d'avancement du film[2]. Avec le retour rapide du miroir, le photographe pouvait continuer de suivre la scène et déclencher lorsqu'il le souhaitait. Le diaphragme automatique (qui se fermait pendant l'exposition) était une nouveauté. Sur les appareils reflex de l'époque, il fallait ouvrir le diaphragme pour faire la mise au point, puis le refermer à la valeur désirée, ce qui rendait la visée plutôt sombre, et enfin déclencher. Le Nikon F n'avait pas ce défaut avec les objectifs Nikkor Auto et l'image restait claire dans le viseur. Un bouton à gauche de l'objectif permettait de fermer ce diaphragme pour avoir une vision de la profondeur de champ. Cette fonction existe toujours sur les appareils actuels.
  • Si, en 1959, le Nikon F était présenté avec un 50mm f/2 et 3 autres objectifs Nikkor Auto (35mm/2.8, 105mm/2.5 et 135mm/3.5), en 1963, la gamme d'accessoires et d'objectifs (du "fish-eye" au télé de 1200mm) était impressionnante[3].
  • L'objectif était équipé d'une monture F qui est toujours utilisé aujourd'hui malgré quelques modifications qui concernent principalement le couplage et la motorisation. Les objectifs Nikon sont connus sous le vocable Nikkor à l'exception des objectifs de la Série E commercialisés en 1978 qui portent le nom Nikon.
  • Un viseur. Le viseur original standard à pentaprisme n'intégrait pas de posemètre. Mais, il était plus lumineux que ceux des appareils de l'époque et il donnait un cadrage exact à 100%. Par la suite des viseurs incluant un posemètre (appelés Photomic) furent commercialisés. Le premier Photomic possédait une cellule de mesure CdS indépendante. Ensuite, Nikon lança le Photomic T (remplacé par le Photomic Tn) qui permettait la mesure TTL de l'exposition. Le dernier prisme commercialisé par Nikon pour son boîtier F, le Photomic FTn, assurait une mesure TTL centrée sur 60 % de l'image qui devint la norme de mesure des boîtiers Nikon pendant des décennies. D'autres viseurs, comme le viseur de poitrine et le viseur sport à champ de vision plus large, tous deux sans posemètre, furent commercialisés.
  • Un verre de visée interchangeable.
  • Un dos de boîtier amovible. Une des variantes de ce dos était motorisée et permettait de stocker 30 mètres de film (250 poses) en lieu et place du film standard de 36 poses.
  • Un autre dos motorisé fonctionnait avec des films 36 poses et avait une poignée de déclenchement séparée.

L'une des particularités du Nikon F, comparé aux autres boîtiers professionnels, était que le dos se retirait en totalité, soit pour le rechargement du film (ce qui facilitait l'accrochage du film, sommaire à l'époque et sur une bobine qui tournait à l'envers), soit pour monter un dos motorisé. La fiabilité du Nikon F (testé sur 100.000 déclenchements) ainsi que la discrétion de l'obturateur en titane le fit devenir rapidement le boîtier préféré des photographes de reportage des années 60 utilisant un reflex à format 35 mm. Nikon indique qu'au début des années 70, la production ne suffisait pas à la demande[4].

Le Nikon F fut remplacé en 1972 par le Nikon F2. Aucun reflex n'a été fabriqué pendant aussi longtemps.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Une version peinte en noir du Nikon F, sorti initialement en version métal non peint, fut commercialisée à la demande des reporters de guerre en mission au Viêt Nam afin de ne pas servir trop aisément de cible à l'ennemi.

Une version spécialement modifiée du FTN fut emmenée lors de la mission spatiale Apollo 15.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire officielle du Nikon F : http://imaging.nikon.com/history/chronicle/history-f/index.htm
  2. Design philosophy of single-lens reflex camera Nikon F systemhttp://imaging.nikon.com/history/chronicle/history-f/index.htm
  3. Tableau des objectifs et accessoires du Nikon F en 1963 http://imgsv.imaging.nikon.com/history/img/178bl.jpg
  4. Nikon F in full flower and evolution to Nikon F2. http://imaging.nikon.com/history/chronicle/history-f2/index.htm

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Comon, P. (1996): Magic Lantern Guides Classic Series: Nikon Classic Cameras Vol.1 for F, Nikkormat Series, Fe, Fe2nd Fa (Nikon Classic Cameras), Magic Lantern Guides (ISBN 1-883403-31-6)
  • Koch, U.: Nikon F, Coeln, Peter (England) (ISBN 3-9501443-0-7)
  • Koch, U. (2003): Nikon F. The Camera, Lindemanns (ISBN 3-9501443-1-5)
  • Koch, U. (2003): Nikon F. The Lenses, Lindemanns (ISBN 3-9501443-2-3)
  • Koch, U. (2004): Nikon F. The Accessories, Lindemanns (ISBN 3-9501443-3-1)
  • Jaak Dejonckheere (2014) : dos de 10 mètres de film" .

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :