Mah Chong-gi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Mah Chonggi)
Aller à : navigation, rechercher
Mah Chong-gi
Hangeul 마종기
Hanja 馬鍾基

Mah Chong-gi (hangeul : 마종기), né le 17 janvier 1939 à Tokyo au Japon, est un poète sud-coréen[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Mah est né à Tokyo au Japon le 17 janvier 1939. Il est diplômé de l'école de médecine de l'Université Yonsei et de l'Université Nationale de Séoul. Après avoir terminé ses études en master à l'Université Nationale de Séoul en 1966, il s'est rendu aux États-Unis. Il a enseigné à l'École de médecine de l'Université de l'Ohio et la radiologie à Toledo, dans l'Ohio[1]. Il a quitté le domaine médical et ses fonctions de professeur en 2002 pour se consacrer entièrement à l'écriture de la poésie.

En 2009, il remporte le Prix de Littérature Contemporaine (Hyundae Munhak).

Œuvre[modifier | modifier le code]

Les principaux thèmes abordés dans les poèmes de Mah sont des thèmes liées avec son expérience en tant que médecin et sa vie à l'étranger au Japon et plus particulièrement aux États-Unis. Ces récits influencés directement par ses expériences médicales expriment une profonde compassion et de l'espoir pour la capacité de l'amour à surmonter toutes formes de douleur. Ses œuvres traitant de la vie dans les pays étrangers ont tendance à être plus complexe au niveau du registre, il y évoque ses souvenirs de sa vie en Corée du Sud et les divers sentiments contradictoires qui le traversent : patriotisme intense, l'amour et la colère envers ses concitoyens coréens, et les remords qui découlent de ses réflexions sur sa terre natale. Les deux thèmes finalement inspirent la même compassion pour l'humanité, que ce soit pour ceux qui souffrent ou pour les déracinés, les récits de Mah visent une certaine universalité, caractéristique qui est devenue la marque de fabrique de Mah[1].

Bibliographie (partielle)[modifier | modifier le code]

Poésie
  • 조용한 개선 Retour triomphant et serein
  • 두 번째 겨울 Deuxième hiver
  • 변경의 꽃 Les fleurs du changement
  • 안 보이는 사랑의 나라 Le monde invisible de l'amour
  • 새들의 꿈에서는 나무 냄새가 난다 Dans les rêves des oiseaux, on sent l'odeur des arbes
  • 이슬의 눈 Les yeux de la rosée
  • Celui qui garde ses rêves, Bruno Doucey, 2014[2],[3] (traduction en français)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c "마종기 biographical PDF available at LTI Korea Library or online at: http://klti.or.kr/ke_04_03_011.do#
  2. « Mah Chong-Gi », sur Éditions Bruno Doucey]] (consulté le 14 septembre 2014).
  3. « Celui qui garde ses rêves de Mah Chong-gi », sur Recours au poème (consulté le 14 septembre 2014).

Liens externes[modifier | modifier le code]