Levi Hill

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Levi Hill
Hillotype
Hillotype

Levi Hill (26 février 18169 février 1865)[1] est un pasteur américain dans l'État de New York qui affirme avoir inventé le premier procédé de photographie en couleur en 1850. Hill appelle son procédé « Heliochromy » mais les plaques créées deviennent communément appelées « Hillotypes ». Bien que son travail a été accueilli avec scepticisme de son vivant, les recherches ultérieures ont tendance à montrer que son procédé a en fait une capacité brute de reproduction des couleurs dans le monde naturel.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hill est un pasteur baptiste de Westkill (comté de Greene) dans la région des montagnes Catskill de l'État de New York. Bien que beaucoup sont d'avis que la couleur dans ses photographies est ajoutée avec une teinture à la main, il reçoit le soutien de certains membres de la communauté scientifique, en particulier Samuel FB Morse, inventeur du télégraphe. Il écrit en 1851 A Treatise on Heliochromy qui décrit son procédé.

Recherches ultérieures[modifier | modifier le code]

Une analyse chimique des travaux de Hill conduite en 2007 par des chercheurs associés au Musée national d'histoire américaine[2] a constaté que des colorants ont en effet été utilisés pour rehausser la couleur des « hillotypes », mais que ceux-ci ne représentent qu'une partie de la couleur des photos. Ils ont constaté que les rouges et les bleus avaient été véritablement (même si grossièrement) reproduits et que les autres couleurs avaient été ajoutées frauduleusement[3]. Dusan Stulik, chercheur principal de l'institut de conservation Getty qui a effectué l'analyse des daguerréotypes avec son collègue Art Kaplan, a découvert qu'« Après que la pression est montée pour qu'il produise des couleurs supplémentaires... Hill a commencé à ajouter manuellement des pigments supplémentaires pour ses plaques de couleurs, les falsifiant pour qu'elles paraissent plus multicolores que les originaux »[4].

En 1981, le professeur et historien de la photographie Joseph Boudreau a utilisé de la chimie ancienne et reproduit les techniques décrites par Hill dans son Traité sur l'héliochromie. Il a été en mesure de recréer des plaques de hillotype dans des couleurs douces, vérifiables et distinctes, y compris les rouges, les verts, les bleus, les jaunes, le magenta et l'orange. Ces couleurs ont toutes été produites par l'action de la lumière seule, sans l'application de colorants ou de pigments[5].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bennett, Carolyne. Levi L. Hill: Fool or Fake?. Guide Magazine; Catskill Mountain Foundation. — 2006. — no 1.
  • Boudreau, Joseph. Color Daguerreotypes: Hillotypes Recreated; Pioneers of Photography: Their Achievements in Science and Technology. Eugene Ostroff (ed.). — Springfield, VA : Northeastern University Press, 1988. — 304 p. — (ISBN 0892081317).
  • Hill, L. L. The Hillotype: A Treatise on Heliochromy. — 1851.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Levi L. Hill
  2. "Smithsonian's National Museum of American History Receives Grant to Study One of Photography's Biggest Historical Mysteries". (27 septembre 2006). National Museum of American History. Press release.
  3. Greenfieldboyce, Nell (31 octobre 2007). Smithsonian Unravels Color Photography Mystery. All Things Considered. Radio program.
  4. 19th-Century Photographic  [sic]Finally Resolved,‎ 30 octobre 2007 (lire en ligne)
  5. Boudreau, Joseph. Color Daguerreotypes: Hillotypes Recreated. Pioneers of Photography: Their Achievements in Science and Technology. Springfield, VA: The Society of Imaging Science and Technology, 1987, distributed by the Northeastern University Press.
    *As cited in Lienhard, John (1997). "Hill's Color Photography". The Engines of Our Ingenuity. Radio program.

Source de la traduction[modifier | modifier le code]