Les Oies sauvages 2

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Les Oies sauvages II)
Aller à : navigation, rechercher

Les Oies sauvages 2 (Wild Geese II) est un film d'action australo-britannique réalisé par Peter Hunt, sorti en 1985.

Il fait suite au film Les Oies sauvages de Andrew V. McLaglen sorti en 1978.

Synopsis du film prévu avec Richard Burton dans le rôle principal[modifier | modifier le code]

Afrique 1977 : l'opération mercenaire du colonel Allen Faulkner s'achève de façon désastreuse. Les derniers survivants de l'unité Oies sauvages courent après l'avion qui pourrait leur faire quitter le pays. Malgré les tirs ennemis, certains parviennent à rejoindre l'appareil avant le décollage mais pas le meilleur ami de Faulkner : Rafer Janders, blessé à la jambe. Celui-ci voit son ami de toujours continuer à l'encourager depuis la porte de l'avion mais lui sait que tout est perdu. Il implore son frère d'armes de ne pas le laisser vivant entre les mains des soldats du dictateur africain. Bouleversé, Faulkner abat Janders.

Londres 1982 : Allen Faulkner est assis à l'arrière d'un taxi noir qui le mène à travers les rues mouillées de la capitale anglaise jusqu'au bureau européen de la grande chaîne d'information américaine EBC. Le directeur de la filiale européenne Michael Lukas est en grande conversation téléphonique avec le magnat américain qui la dirige : ils interrompent leur discussion lorsqu'on annonce Faulkner. Michael fait venir sa sœur Kathy pour assister à l'entretien. Les directeurs d'EBC Europe vont droit au but : ils montrent au mercenaire un court documentaire sur Rudolf Hess, ancien leader nazi qui est aujourd'hui un vieillard emprisonné seul dans la prison-forteresse de Spandau située à Berlin-Ouest et dont la sécurité est assurée à tour de rôle par les quatre puissances alliées. Il n'est plus qu'un pion politique dont la détention prolongée choque l'opinion publique d'autant qu'il n'a plus participé à la guerre depuis 1941, année où il s'envola seul vers l'Angleterre afin de négocier la paix. Il est en prison depuis tout ce temps. La chaîne EBC souhaite faire libérer Hess pour réaliser l'interview du siècle car le vieillard pourrait faire des révélations fracassantes sur la Seconde Guerre mondiale et certains de ses secrets les mieux gardés. Malgré quelques sarcasmes, Faulkner accepte la mission et se rend à Berlin afin d'évaluer les chances de libérer Hess. Son observation de Spandau ne passe pas inaperçue : Faulkner se fait enlever par les services secrets est-allemands mais il leur échappe en sautant de la voiture en pleine circulation. Après un séjour à l'hôpital, il revoit Kathy au zoo de Berlin pour lui expliquer la situation : l'enlèvement de Hess est d'ores et déjà trop dangereux pour un homme seul, il a besoin de protection à Berlin. Il veut retrouver un sniper américano-libanais du nom de John Haddad. Ce dernier a un contrat à exécuter à Munich. Kathy et Faulkner se rendent ensemble en Bavière et étudient les coupures de presse sur Hess. Peu à peu, ils se rapprochent. Ils reviennent à Berlin avec Haddad et Faulkner commence à élaborer le plan de l'enlèvement après avoir trouvé la faille du système de sécurité à Spandau : la forteresse est imprenable et les gardes ont ordre de tirer à vue sur ceux qui s'approchent trop près de l'enceinte, mais Hess a des ennuis de santé qui les obligent à sortir le vieillard de sa prison. Il faut donc attaquer le convoi qui emmène Hess à l'hôpital. Mais il faudrait en même temps que l'alarme ne soit pas donnée durant plusieurs heures pour laisser le temps aux mercenaires de quitter Berlin avec Hess par l'un des corridors traversant la sinistre Allemagne de l'Est : Faulkner parvient à trouver un moyen de relever ce défi et reforme une nouvelle unité « Oies sauvages » avec d'autres vétérans du Liban. Il retrouve d'abord à Berlin un certain Pierre, ami de longue date connu à Beyrouth et qui est aujourd'hui cascadeur dans une foire du trône : il lui délègue la première partie du plan, celle qui consiste à simuler un accident avec le convoi. Pierre devra lancer sa Mercedes-Benz contre l'ambulance transportant Hess et essayer de la renverser le plus « proprement » possible. Faulkner fait ensuite venir deux frères ayant travaillé sous ses ordres à Beyrouth pendant que Haddad, en sniper embusqué, continue de défendre le colonel contre les agressions violentes des services secrets est-allemands. Ceux-ci enlèvent Kathy et Faulkner est contraint d'accepter un mercenaire de l'IRA dans son groupe. Il sera là pour s'assurer que les mercenaires livrent bien Hess aux Allemands de l'Est : les secrets détenus par Hess pourraient leur permettre ensuite de manipuler les pays impliqués. L'entraînement du groupe peut commencer dans une grande bâtisse anonyme du centre de Berlin : un sergent britannique entraîne les hommes à se comporter comme de vrais soldats de la Police Militaire Royale afin de pouvoir intervenir juste après l'accident provoqué par Pierre. Faulkner et ses hommes, déguisés en soldats britanniques, gèreront alors immédiatement avec autorité le site de l'accident et iront ensuite remplacer le corps du vrai Rudolf Hess par un cadavre lui ressemblant. L'autopsie du faux Rudolf Hess devra être faite en présence de hauts représentants des quatre puissances : cela laissera-t-il suffisamment de temps aux mercenaires pour rejoindre le Stade Olympique et la cohue d'une fin de match entre le club de Berlin et un club autrichien ? C'est là en effet que tout devrait se jouer car Faulkner a peut-être eu un coup de génie pour s'évader d'Allemagne de l'Est en doublant les services secrets est-allemands et britanniques. Si son plan réussit et qu'EBC diffuse effectivement l'interview explosive de Hess, cela pourrait avoir des répercussions mondiales...

Modifications apportées à la dernière minute[modifier | modifier le code]

Richard Burton mourut la veille du premier jour de tournage et le producteur Euan Lloyd demanda au scénariste de réviser le script en catastrophe : c'est le frère de Faulkner, prénommé Alex (et interprété par Edward Fox), qui débarque au siège d'EBC. Mais lui refuse la mission : il conseille aux Lukas d'engager John Haddad (Scott Glenn), qui n'est donc plus sniper dans la version tournée. L'entretien entre Allen Faulkner et les Lukas est par conséquent coupé en deux pour permettre à John Haddad de reprendre la main. Ce changement entraînera un film constamment illogique : nous avons vu que le Colonel Faulkner devait initialement mener cette mission avec un tueur à gages aux allures de marginal pour le protéger dans la jungle urbaine de Berlin. Après les modifications, nous avons donc ce même marginal qui dirige cette fois la mission avec un Colonel sous ses ordres. Même Scott Glenn, pourtant promu au casting, a reconnu avec une impressionnante humilité dans une interview lors de la promotion de Silverado que ce changement était la principale cause de l'échec du film : « On a transformé mon personnage secondaire en personnage principal : cela ne pouvait pas marcher. »[réf. nécessaire]

Scènes-clé ayant souffert d'une réduction de budget[modifier | modifier le code]

  • Le grand final dans Berlin devait se dérouler lors d'une imposante opération militaire britannique lancée en réaction à une attaque simulée des Russes (d'où les hélicoptères sur l'affiche originale et même la jaquette DVD, alors que l'on ne voit jamais d'hélicoptères dans le film).
  • L'attaque du convoi transportant Hess devait se dérouler sur une cinq voies très connue de Berlin : la Heer Strasse. La scène n'a même pas été filmée sur une route ressemblante mais sur une simple route de campagne alors que nous sommes censés être en plein Berlin.
  • Une autre scène-clé vers la fin du film devait être tournée au célèbre stade olympique de Berlin. Le film ne montre pas le stade et des scènes de match de football ont été « empruntées » à une émission télévisée.

Le roman de Daniel Carney[modifier | modifier le code]

Comme Les Oies sauvages, Les Oies sauvages II a été écrit par Daniel Carney, sur une idée de départ d'ailleurs suggérée par Euan Lloyd lui-même. Comme le film finalement tourné sans sa star emblématique, le roman ne connut pas un grand succès et n'a donc pas bénéficié de traduction française à l'époque, manquement réparé des années plus tard grâce à une édition parue en format de poche.

Différences entre le film et le roman[modifier | modifier le code]

Le script original respectait quasiment à la lettre la trame du livre, voici les rares différences notables :

  • Kathy Lukas et son frère n'appartiennent pas à une chaîne de télévision mais à un groupe de pression composé d'universitaires défenseurs des droits de l'homme.
  • Le film se déroule donc entre Londres, Berlin et la Bavière avec un épilogue à Vienne. Le livre voit Faulkner se faire engager aux États-Unis et partir retrouver Haddad à Paris (non à Munich). L'épilogue est lui en Grèce dans le roman.
  • Le film se passe au mois d'août, le roman en plein hiver.
  • Michael Lukas n'a pas le même destin dans le roman que dans le film.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Le face à face Richard Burton-Barbara Carrera[modifier | modifier le code]

Daniel Carney décrit Allen Faulkner comme s'il avait voulu le voir interprété par Richard Burton. On a souvent décrit Burton affaibli et diminué dans les années 1980 : une lecture superficielle de sa filmographie cinématographique peut sembler confirmer cela : elle est en effet loin d'être imposante. Or il s'avère que la star se diversifiait entre la télévision, le théâtre et le cinéma et enchaînait en fait projet sur projet avec une incroyable énergie. Il commença cette décennie avec Les Âges du cœur (Circle of Two (en)) de Jules Dassin en 1980 (également connu sous le titre d'Obsession). Ce film est intéressant à plus d'un titre car Burton y préfigurait sous bien des aspects le Faulkner des Oies Sauvages II. Il y vivait là aussi une histoire d'amour avec une jeune femme beaucoup plus jeune que lui et lors d'une séquence où il effectue son jogging, on ne peut s'empêcher de penser à Faulkner observant Spandau en courant autour des murailles de la forteresse (scène que jouera finalement là aussi Scott Glenn). Burton y portait également les mêmes pulls que Glenn dans le film qu'il ne pourrait jamais tourner. Très étonnant. Après l'échec cuisant de ce film, il fera une apparition dans la série télévisée L'Homme qui tombe à pic (The Fall Guy, avec Lee Majors).

Il connut ensuite au théâtre un des moments les plus marquants de sa carrière quand, dans la pièce Camelot, il fut obligé de quitter la scène durant la représentation à Broadway. Il titubait sur scène puis fut contraint de sortir au milieu du premier acte. Réaction du public (les problèmes de boisson de la star n'étaient un secret pour personne) : « Donnez-lui un autre verre ! »[réf. nécessaire]. De nombreux spectateurs, scandalisés, exigèrent d'être remboursés. La doublure de Burton avait pris la relève mais tous étaient persuadés que Burton avait abandonné le spectacle parce qu'il avait trop bu. L'acteur nia et affirma que c'était le mélange de plusieurs médicaments qui l'avait rendu malade. Il revint sur scène dès le lendemain, terrifié à l'idée de l'accueil que lui réserverait le public. À son entrée en scène, le public l'ovationna sans discontinuer pendant plus de trois minutes montre en main. Laissant la star bouche bée sur scène, bouleversée par le soutien extraordinaire qui lui était manifesté. Puis il avait interprété de nouveau pour la télévision le rôle titre dans la mini-série de prestige Wagner en 1983, avant d'amorcer son retour sur le grand écran avec une création monumentale dans le film 1984 d'après George Orwell. Mais c'était un second rôle. Son vrai retour au premier plan, il le savait, se ferait avec Les Oies Sauvages II. Il avait déjà joué (à la fin des années 1970) dans deux suites de films à succès, mais à chaque fois: il s'agissait de la suite d'un film où il ne figurait pas au générique (L'Exorciste 2 : L'Hérétique et La Percée d'Avranches (la séquelle du fameux Croix de fer de Sam Peckinpah). Les Oies Sauvages II était donc à marquer d'une pierre blanche dans sa filmographie : c'était la toute première fois qu'il interpréterait une seconde fois le même personnage. Et c'était - cela aurait dû être - Allen Faulkner, le fabuleux personnage créé par Daniel Carney. Il n'avait pas pris ce film à la légère et s'était préparé en conséquence car outre ce possible retour en force au sommet du box-office, il y avait également ce face à face avec l'une des stars féminines les plus en vue dans à l'époque : Barbara Carrera (le dernier 007 d'alors avec Sean Connery, Jamais plus jamais, ou la superproduction Walt Disney Condorman, qui fut à l'époque un gros succès commercial).

Avec ses faux airs de Pocahontas, Barbara Carrera est une Kathy Lukas idéale même si les remaniements de scénario la desservent, car les joutes verbales qui auraient par exemple fait merveille avec Burton tombent ici pitoyablement à plat avec Scott Glenn. La fin des années 1970 et le début des années 1980 l'avaient vue devenir l'égérie de nombreux films de genre dont la plupart furent de réels succès commerciaux (le western contemporain et Œil pour œil avec Chuck Norris, le film fantastique et L'Île du docteur Moreau avec Burt Lancaster, le film catastrophe et Le Jour de la fin du monde avec Paul Newman, ...). Elle avait commencé la décennie 1980 en acceptant un rôle torride dans le polar J'aurai ta Peau (I, the Jury (en)). Le film fut un échec commercial sans appel mais ce rôle l'amènera à faire la une de nombreux magazines masculins pour des photos mettant en valeur sa sensualité latine. Stratégie payante puisqu'elle lui permettra de franchir un palier décisif dans sa carrière avec le James Bond Jamais plus Jamais. Sa nouvelle scène d'amour avec Sean Connery marquera les esprits mais ce personnage était de nouveau un personnage de femme vénale. Euan Lloyd lui proposa donc le rôle (positif, enfin) de Kathy Lukas à point nommé et elle était en passe de réussir ce que peu de « James Bond girls » ont réussi : Les Oies Sauvages II devait transformer l'essai avec un nouveau gros succès au box-office en moins de deux ans. Elle devait être l'atout charme du film avec Richard Burton incluant l'inévitable et quasi-contractuelle scène d'amour de chacun de ses longs métrages de l'époque, mais Les Oies Sauvages II lui aurait surtout enfin permis de révéler son talent dans un vrai grand rôle. La version involontairement consternante tournée sans la star britannique la privera de tout cela au dernier moment. Elle se tournera vers la télévision l'année suivante pour redonner une seconde jeunesse à la série Dallas détrônée depuis quelque temps par Dynasty : elle allait ainsi devenir Angelica Nero, la rivale directe de Joan Collins et était annoncée comme la « méchante » qui allait terroriser J.R. Ewing lui-même. Un retour aux rôles de femme arriviste et sans scrupule. La mayonnaise ne prendra pas vraiment et sa stratégie de carrière s'avérera désastreuse : elle ne sera dès lors plus sérieusement considérée comme une actrice de cinéma, alors elle tournera encore dans quelques séries B et pour la télévision jusqu'au début des années 2000, mais depuis de longues années, elle se consacre davantage à la peinture.

Carrière du film[modifier | modifier le code]

Le film tourné est passé pour une manière capitaliser sur un titre à succès. Or, contrairement à nombre de suites, tous les noms importants du premier épisode sont là, mais la mort de Richard Burton a été fatale au film. Le film ne sortit même pas en salles dans de nombreux pays et ne passa pas non plus à la télévision en France.

En Allemagne, le film fit 135 000 entrées alors que l'opus 1 avait attiré 4 millions de spectateurs. Il existera même une autre « vraie-fausse » suite : une série B italienne titrée sans complexe « Nom de code : Oies sauvages », elle sortira quasiment au même moment et aura bien plus de succès que la suite officielle.

Les Oies sauvages II est récemment[Quand ?] sorti en DVD en France.

Rumeurs circulant au sujet du film[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
  • Richard Burton s'est fait remplacer par Edward Fox : Faux, c'est seulement ainsi que les choses ont été présentées, car Alex Faulkner arbore le même look que son frère Allen. Mais nous avons vu que c'est Scott Glenn qui a repris en grande partie le rôle de Burton, tandis que Fox a remplacé Glenn au jeu des chaises musicales.
  • Le grand producteur britannique Euan Lloyd a été obligé de faire le film pour la bonne et simple raison que les assurances avaient refusé de couvrir Richard Burton : Vrai, Lloyd avait décidé malgré tout de financer le film par amitié pour Burton. Si le film n'avait pas été tourné, cela aurait été une perte sèche de 10 millions de dollars (le budget prévu). Le tourner dans ces conditions était bien sûr un désastre annoncé mais ne pas le tourner du tout aurait été une catastrophe encore plus terrible. Le fait est que ce film a ruiné et définitivement mis un terme à la carrière de Euan Lloyd.
  • Le scénario a été révisé avant la disparition de Burton afin de tenir compte de ses problèmes physiques. Burton aurait donc aussi été le sniper : Vrai et faux, Burton, selon ses biographes, était alors dans une forme éblouissante malgré ses problèmes de dos récurrents (on peut facilement le vérifier en visionnant des extraits de la série Ellis Island, les portes de l'espoir où il avait accepté une participation exceptionnelle pour pouvoir tourner avec sa fille : ces images ont été tournées en juillet 1984, soit un mois avant le tournage à Berlin qui devait avoir lieu en août 1984) et il parlait avec enthousiasme des Oies Sauvages II à son entourage : on imagine mal la star s'enthousiasmer pour un film où il n'aurait joué que le second rôle. L'affiche prévue montre d'ailleurs clairement qu'il aurait été la vedette à part entière du film. Preuve ultime : l'interview de l'actrice Ingrid Pitt dans les bonus du DVD des Oies Sauvages I (le documentaire sur Euan Lloyd). Elle explique avec émotion qu'elle apprit la mort de Burton alors qu'elle était dans sa chambre d'hôtel à Berlin en train de se réjouir de pouvoir tourner de nouveau avec lui le lendemain (elle lui avait déjà donné la réplique sur Quand les aigles attaquent). Si Burton avait dû jouer le sniper comme Edward Fox, alors Fox devrait logiquement avoir une scène avec l'actrice. Or Ingrid n'a aucune scène avec Edward Fox dans le film tourné, seulement avec Scott Glenn (le « vrai » remplaçant de Burton). Mais il est exact que le script d'origine fut aménagé pour tenir compte des soucis de santé de Burton qui venait de subir une opération de la colonne vertébrale : il marchait en boitant légèrement (Fox imite d'ailleurs sa démarche dans le film tourné) mais ne pouvait pas courir. Dans cette ultime version : Faulkner engage donc Haddad à Londres et ils partent ensemble à Berlin. Haddad observe Spandau tandis que Faulkner, en sniper embusqué, assure sa protection. C'est d'ailleurs lui qui permet à Haddad d'éviter d'être enlevé (en tirant depuis sa planque), avant d'être repéré et enlevé, pas assez rapide pour s'enfuir à cause de sa jambe. Faulkner sera une ultime fois le sniper dans le quartier turc dans cette version qui aurait été celle tournée.
  • Roger Moore, survivant à la fin des Oies Sauvages, a été contacté par Lloyd pour Les Oies Sauvages II : Vrai, Moore laisse d'ailleurs entendre avec une étonnante honnêteté dans son autobiographie qu'il avait alors vraisemblablement demandé un cachet au-delà du raisonnable.

Lien externe[modifier | modifier le code]