Le Voyage d'hiver

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Voyage d'hiver.
Le Voyage d'hiver
Auteur Amélie Nothomb
Genre Roman
Pays d'origine Drapeau de la Belgique Belgique
Éditeur Albin Michel
Date de parution 20 août 2009
Type de média Livre
Nombre de pages 120
Chronologie
Précédent Le Fait du prince Une forme de vie Suivant

Le Voyage d'hiver est le dix-huitième roman de l’écrivain belge Amélie Nothomb, paru en 2009 chez Albin Michel.

Résumé[modifier | modifier le code]

« Il n’y a pas d’échec amoureux. C’est une contradiction dans les termes. Éprouver l’amour est déjà un tel triomphe que l’on pourrait se demander pourquoi l’on veut davantage. »

Malgré les tentatives de Zoïle à se débarrasser de la présence encombrante de la romancière autiste Aliénor Malèze dans la vie d'Astrolabe son agent et protectrice, afin de vivre pleinement son amour pour cette dernière, son échec sentimental dérive en un acte de terrorisme aérien, par le détournement d'un avion de Roissy avec un tesson de bouteille afin de l'écraser sur la tour Eiffel…

Explication de texte[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Le titre fait référence au Voyage d'hiver de Franz Schubert : dans le roman, Zoïle pense à ce cycle de lied pour ne pas éprouver de peur lors de son passage à l'acte.
  • Le nom du personnage de Zoïle vient de Zoïle, orateur grec, critique de l'œuvre d'Homère[1].
  • Celui d'Astrolabe vient d'Astrolabe, fils d'Héloïse et Abélard[2] ; Nothomb en fait au passage un prénom épicène.

Commentaire[modifier | modifier le code]

Comme souvent chez Amélie Nothomb, on peut voir plusieurs niveaux de lecture : celui d'une simple histoire d'amour ou bien ici une intéressante mise en dérision de la vie de l'écrivaine. Zoïle représentant la partie raisonnable, humaine de l'auteur, Aliénor sa dévorante passion pour l'écriture et Astrolabe cette facette extérieure piégée entre la raison d'être et la vie raisonnable.

Plus que Ni d'Ève, ni d'Adam, c'est un ouvrage très intime qu'Amélie Nothomb livre ici. Une partie du roman traite avec dérision du métier d'écrivain avec probablement plus de vécu qu'il n'y paraît, bien que la vie de cet écrivain ne se résume pas à cela.

L'auteur a expliqué qu'une grande part du livre était sinon autobiographique, largement inspirée de faits réels[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Amélie Nothomb, Le Voyage d'hiver, Paris, Le Livre de poche,‎ 2012, 2e éd., 119 p. (ISBN 978-2-253-16015-1), p. 14
  2. Ibid. p. 45.
  3. Interview d'Amélie Nothomb sur YouTube.