Julien Vervaecke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Julien Vervaecke
Image illustrative de l'article Julien Vervaecke
Julien Vervaecke lors du Tour de France 1929
Informations
Nom Julien Vervaecke
Date de naissance 3 novembre 1899
Date de décès 22 mai 1940 (à 40 ans)
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Équipes professionnelles
1927
1927-1928
1929-1931
1932-1934
1935
1936
Peugeot-Dunlop
Armor-Dunlop
Alcyon-Dunlop
Labor
Alcyon-Dunlop
Birma

Julien Vervaecke, né le 3 novembre 1899 à Dadizele et mort fusillé le 22 mai 1940 à Roncq, est un coureur cycliste belge. Professionnel de 1927 à 1936, il a remporté Paris-Roubaix 1930, Paris-Bruxelles en 1932 et deux étapes du Tour de France. Il s'est classé troisième du Tour de France 1927.

Biographie[modifier | modifier le code]

Coureur professionnel de 1927 à 1936, Julien Vervaecke a notamment remporté Paris-Roubaix en 1930. Les conditions dans lesquelles cette victoire lui a été attribuée ont suscité une controverse, souvent appelée « affaire Maréchal ». En fin de parcours, Julien Vervaecke est en tête avec le coureur français Jean Maréchal. Sur la route étroite, Vervaecke est déséquilibré et bascule dans le fossé. Cette chute permet à Maréchal de le distancer définitivement et d'arriver seul avenue des Villas à Roubaix où est jugée l'arrivée. Vervaecke arrive 24 secondes plus tard. À l'arrivée, Julien Vervaecke et son directeur sportif Ludovic Feuillet protestent, et demandent le déclassement de Jean Maréchal qu'ils accusent d'avoir provoqué la chute. Les commissaires de courses se réunissent et, après avoir entendu les deux coureurs et des témoins, décident de retirer la victoire à Maréchal et de lui attribuer la deuxième place. Cette décision surprend : le règlement prévoit en effet qu'il doit être soit disqualifié s'il est fautif, soit maintenu à sa place s'il est innocent. Cette décision, souvent qualifiée d'injuste ou de scandaleuse, est parfois expliquée par l'influence de Ludovic Feuillet et de son équipe Alcyon, capable d'acheter des espaces publicitaires dans les quotidiens, dont l'organisateur L'Auto, tandis que Maréchal court alors pour le modeste constructeur parisien Colin. Jean Maréchal a protesté de son innocence jusqu'à sa mort : « Dans mon dos, j'ai senti que Vervaecke allait m'attaquer en montant sur le trottoir. Comme je suis un peu acrobate, j'ai sauté aussi sur la bordure de trottoir. Nous nous sommes touchés de l'épaule et il est tombé... »[1],[2].

Julien Vervaecke remporte deux étapes du Tour de France, en 1927 et 1929. Il termine troisième du Tour de France 1927, cinquième en 1928, sixième en 1932 et huitième en 1929. Durant cette édition, Vervaecke et ses coéquipiers de l'équipe Alcyon aident Maurice De Waele, malade, à l'emporter alors que la course est supposée être disputée individuellement et que toute entraide est interdite. Pour Desgrange, « on fait gagner un cadavre ». Son règlement, qui interdit l'entraide, est décrédibilisé. Il décide l'année suivante de faire disputer le Tour par équipes nationales[3],[4].

Julien Vervaecke gagne également Paris-Bruxelles en 1932. En 1933, il est deuxième de Paris-Roubaix, battu au sprint par Sylvère Maes[5].

En mai 1940, Julien Vervaecke est fusillé par des soldats polonais officiant dans l'armée britannique, pour s'être opposé à la réquisition de son mobilier[6].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

  • 1927 : 3e, vainqueur de la 16e étape
  • 1928 : 5e
  • 1929 : 8e, vainqueur de la 15e étape
  • 1931 : 6e
  • 1933 : non-partant (7e étape)

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sergent 1989, p. 167-174
  2. Bouvet 2006, p. 100-102
  3. Viollet 2007, p. 95-96
  4. Chany 1988, p. 292
  5. Sergent 1989, p. 182
  6. Sergent 1989, p. 174

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pascal Sergent, Chronique d'une légende : Paris-Roubaix : Tome 1 : 1896-1939,‎ 1989, 243 p.
  • Philippe Bouvet, Paris-Roubaix : Une journée en enfer, L'Équipe,‎ 2006, 224 p. (ISBN 2915535213)
  • Sandrine Viollet, Le Tour de France cycliste : 1903-2005, L'Harmattan,‎ 2007, 256 p. (ISBN 9782296025059)
  • Pierre Chany, La fabuleuse histoire du cyclisme : Des origines à 1955, Nathan,‎ 1988, 539 p. (ISBN 2092864300)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :