Gretchen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gretchen est en allemand le diminutif du prénom Margarete (Marguerite) au même titre que Greta (voir Greta Garbo) ou Gretl (voir le Heimatfilm Dame Gretl).

Différences de connotations[modifier | modifier le code]

Ce prénom a des connotations entièrement opposées en français et en allemand.

En allemand, ce prénom évoque une jeune fille pure, la célèbre Marguerite séduite par le docteur Faust (voir l'opéra du même nom de Charles Gounod).

Il est utilisé dans une locution devenue proverbiale : "la question de Marguerite" (en allemand Die Gretchen-Frage) qui était à l'origine celle posée au docteur Faust quant à son attitude vis-à-vis de la religion (est-ce qu'il croit en Dieu ?), à laquelle il répond en biaisant. Aujourd'hui, elle s'applique à toute question cherchant à pousser un adversaire politique à prendre position (du genre parlez franchement, dites toute la vérité).

La propagande anti-allemande menée par les gouvernements français au pouvoir entre les conflits de 1870 et 1914-1918 a donné à ce nom en français une connotation péjorative. Il a désigné longtemps une fille grasse, inculte, mal habillée, bref ridicule. C'est le pendant misogyne de chleuh, boche, schwob etc.

Ceci est sans doute lié à la suite des sons "t" et "ch" (typiques de la langue allemande et durs pour les oreilles latines) qui évoquent des actions brutales comme dans les onomatopées tchac, tchou-tchou etc.

Beaucoup de mots contenant des diphtongues comprenant ces sons servent à désigner des personnages ridicules. Voir par exemple l'exclamation de Charlie Chaplin Chtonk dans son film le Dictateur parodiant Adolf Hitler. L'affaire des faux carnets d'Hitler a été filmée et le titre allemand du film est Schtonk!, en hommage à Charlie Chaplin. Il en va de même du nom du pigeon dans la pièce de Marcel Pagnol Le Schpountz.

Quant aux Schtroumpfs de la bande dessinée, ils ont été rebaptisés Schlumpf (pluriel Schlümpfe) dans la langue de Goethe puisque ce mot (orthographié Strumpf) veut dire chaussette...

Exception notoire, la chanson de Georges Brassens Entre la rue Didot et la rue de Vanves : « Passait une belle gretchen au carrefour du Château... » (mais on connaissait déjà Marlène Dietrich, Maria Schell et on peut supposer qu'il avait rencontré lors de son passage — STO oblige — à Basdorf des prussiennes blondes, grandes et minces comme Claudia Schiffer ou pulpeuses comme Veronica Ferres à ses débuts).