Flashforward (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Flashforward (homonymie).

Flashforward (titre original : Flashforward) est un roman de science-fiction écrit par l'auteur canadien Robert J. Sawyer, et publié pour la première fois en 1999.

Synopsis[modifier | modifier le code]

L'histoire se déroule en 2009. Au CERN, une expérience menée dans le LHC provoque la perte de conscience de toute l'espèce humaine pendant plus de deux minutes. Pendant ce temps, chaque être humain découvre un aperçu de sa future vie, à travers les sens de son futur soi. Au réveil, l'humanité s'aperçoit que les pannes et les accidents ont provoqué un grand nombre de décès pendant son absence.

Résumé[modifier | modifier le code]

Le protagoniste s’appelle Lloyd Simcoe, un expert canadien en physique des particules de 45 ans. Il travaille avec sa fiancée Michiko, qui a une fille, Tamiko. Parmi les autres chercheurs se trouvent Theo Procopides qui est aussi leur ami.

L’histoire débute en 2009. Au CERN, le Grand collisionneur de hadrons est utilisé pour une expérience visant à trouver le Boson de Higgs. Cette expérience a une conséquence inattendue : toute l'espèce humaine perd conscience pendant environ deux minutes. Pendant ce laps de temps, quasiment tout le monde a une vision de lui-même dans le futur (environ 21 ans plus tard). Chaque individu voit son futur au travers des sens de leur futur soi. Ce FlashForward entraîne une multitude de morts et d’accidents impliquant des véhicules, des avions et tout appareil nécessitant un contrôle humain au moment de l’expérience.

Tout le début du livre raconte les suites et les conséquences du Flashforward. Parmi ces conséquences, la mort de la fille de Michiko lorsqu’un véhicule incontrôlé a foncé dans son école. Bizarrement, aucun appareil d’enregistrement n’a fonctionné dans le monde présent lors du flash forward. Les bandes ne contiennent que du bruit, et les enregistrements dans les studio de télévision sont vierges jusqu’à la fin du flash forward. L’un des personnages interprète cela comme une preuve de vérification de la théorie quantique et de l’influence de l’observateur. Sans la conscience de la race humaine, la « réalité » s’est trouvée dans un état d’indétermination. Au retour de la conscience, la réalité s’est réduite à sa plus simple configuration, celle dans laquelle les objets en mouvement ont continué leur course dans la direction qu’ils avaient déjà.

Les morts de plusieurs personnages sont prévisibles par le flash forward. Quiconque n’a pas eu de vision est supposé mort dans le futur. Parmi ceux-là, Theo Procopides. Certains rapportent avoir lu des articles sur sa mort dans le futur. Cependant, avec le temps, il semble que les événements du futur ne soient pas prédestinés. Certains, déprimés par la vision de leur propre lamentable futur, décident de se suicider, changeant ainsi ce futur. L’histoire commence à tourner autour d’un meurtre mystérieux, tandis que Theo tente d’empêcher son propre meurtre. Son frère Dimitrios, qui aspirait à devenir écrivain mais qui se vit simple serveur dans un restaurant, fait partie des suicidés.

Au CERN, les scientifiques prévoient de répéter l’essai, mais ce coup-ci en avertissant le monde de l’heure exacte, pour que les gens se préparent. Cependant, aucun flash forward ne se produit. En revanche, le LHC parvient à trouver le boson de Higgs.

Peu après cette découverte, l’énigme du flash forward est résolue. Au même moment où s’est déroulée l’expérience du LHC, une impulsion de neutrinos arrivait des restes de la supernova 1987A. Ces restes ne sont pas une étoile à neutrons mais une étoile à quarks, un corps ultra dense en matière étrange. Les tremblements d’étoile provoquent l’émission d’une impulsion de neutrinos à des intervalles imprévisibles. Alors que la date du déroulement du flash forward approche, un satellite est envoyé en orbite proche de Pluton, d’où il est possible d’envoyer des avertissements plusieurs jours en avance avant qu’une nouvelle impulsion de neutrinos ne touche la Terre. Les neutrinos voyagent moins rapidement que la lumière, puisqu’ils ont une masse et donc un message radio (bien que le livre utilise la notion de « communication plus rapide que la lumière » à base de tachyons) du satellite arrivera sur Terre avant les neutrinos. Le but est de relancer le LHC afin de recréer un autre flash forward.

Pendant ce temps, Theo Procopides découvre le complot d’un fanatique visant à saboter l’expérience, blâmant les équipes du LHC pour la mort de sa femme durant le premier flash forward. Durant la course poursuite au sein des tunnels du LHC, il parvient à arrêter le fanatique et empêchant par la même occasion son propre meurtre.

Il s’avère que l’impulsion de neutrinos arrive le même jour que tout le monde avait vécu durant le tout premier flash forward. Le monde entier s’arrêta de vivre durant ce moment attendu, mais ce coup-ci, personne n’a de vision, à quelques rares exceptions. Simcoe a une vision de lui-même traversant le temps pendant des milliards d’année via une succession de rafales de neutrinos. Sa conscience persistes en différents corps artificiels. Il a la sensation d’une autre personne à ses côtés dans certaines de ces situations.

À la fin de l’événement, un questionnement général se soulève sur la signification de l’absence de vision. Simcoe réalise que l’effet connecte deux périodes de perturbations quantiques se déroulant dans les vies des individus concernés. Comme il n’y aura plus aucun événement dans les vies de tout être humain, personne n’a eu de vision dans ce flash forward, sauf pour ceux qui sont secrètement associé à un programme d’immortalité contrôlé par la même personne que Lloyd voit dans son second flash forward, la personne à ses côtés. En particulier, des lauréats vivants du prix Nobel se voient offrir la chance de participer au programme. Cependant, on ne sait pas trop si Lloyd accepte le traitement ou pas étant donné l’interprétation de « la perte de mémoire » qu’il décrit à sa femme. On comprend que Theo se verra lui-aussi offrir le traitement. Le roman se termine lorsque Theo contacte Michiko dans l’espoir d’une histoire d’amour.

Adaptation[modifier | modifier le code]

Le roman est adapté en 2009 à la télévision dans la série télévisée Flashforward. Cependant, l'intrigue, les personnages et les lieux en sont différents.