Flacherie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La flacherie est une maladie du ver à soie, dite aussi maladie des morts-flats, causée par l'ingestion de feuilles de mûrier infectées. Les vers morts de flacherie sont flasques, d'où le nom de la maladie (flache et flat étant des variantes régionales de flasque). Les cadavres ne tardent pas à entrer en putréfaction et leur intérieur ne contient bientôt plus qu'un liquide brunâtre[1].

Il y a deux (ou trois) sortes de flacherie: essentiellement, la flacherie infectieuse (virale) et la flacherie non infectieuse (flacherie touffée). Cliniquement, les deux formes de flacherie sont une diarrhée mortelle.

La flacherie touffée est causée par une vague de chaleur.

La cause de la flacherie virale est en dernière analyse une infection par Bombyx mori infectious flacherie virus (BmIFV), Bombyx mori densovirus (BmDNV) ou Bombyx mori cypovirus 1 (BmCPV-1). Le virus, seul ou combiné à une infection bactérienne, détruit le tissu des intestins. Au nombre des agents pathogènes bactériens qui contribuent à la flacherie infectieuse figurent Serratia marcescens et, dans la forme de la maladie connue sous le nom thatte roga, des espèces des genres Streptocoque et Staphylocoque.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yoshinori Tanada, Insect Pathology, Gulf Professional Publishing, 1993, pariellement consultable sur Google livres, p. 306-307.
  • Louis Pasteur, Études sur la maladie des vers à soie : moyen pratique assuré de la combattre et d'en prévenir le retour, t. 1 : La pébrine et la flacherie, Paris, Gauthier-Villars,‎ 1870, 322 p. (lire en ligne)

Autres maladies du ver à soie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre-Hubert Nysten (1771 (Liège)-1818 (Paris)), Recherches sur les maladies des vers à soie et les moyens de les prévenir, Paris, 1808, p. 12, consultable sur Google Books.