Empire du Kitara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’empire du Kitara (parfois Kittara ou Kitwara) est un empire africain fréquemment évoqué dans les traditions orales de la région des Grands Lacs, et dont l'existence est considérée tantôt comme historique, tantôt comme légendaire.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'empire du Kitara est évoqué par les traditions orales recueillies en Afrique dans la région des Grands Lacs et rapportées en Europe par les explorateurs européens de la première moitié du XIXe siècle qui recherchaient les sources du Nil[1]. Ces traditions évoquent les Bacwezi, une lignée héroïque à laquelle sont prêtées de nombreuses conquêtes et des innovations culturelles et techniques. Les premiers explorateurs européens qui recueillent ces traditions au XIXe siècle historicisent et rationalisent ces traditions, et font des Bacwezi les fondateurs d'un empire du Kitara qu'ils considèrent comme une réalité historique, en le concevant comme une sorte d'empire carolingien[2].

L'empire du Kitara est ainsi longtemps été considéré comme une réalité historique. Mais certains chercheurs de la fin du XXe siècle et du début du XXIe siècle, dont Jean-Pierre Chrétien qui publie un article très sceptique sur le sujet en 1985[3], la remettent en cause, en arguant de l'imbrication étroite entre des éléments légendaires et des éléments historiques.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Pierre Chrétien (1985), p. 1341-1342.
  2. Prunier (1994), pp. 27-29.
  3. Jean-Pierre Chrétien (1985), [lire en ligne]. Claudine Vidal (1985), p. 574, évoque ce problème au même moment.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Chrétien, « L'empire des Bacwezi. La construction d'un imaginaire géopolitique », Annales, Économies, Sociétés, Civilisations, volume 40, n°6, 1985, pp. 1335-1377. [lire en ligne]
  • M. S. M. Kiwanuka, « The Empire of Bunyoro Kitara: Myth or Reality ? », Canadian Journal of African Studies / Revue canadienne des études africaines, volume 2, n°1, 1968, pp. 27-48. [lire en ligne]
  • Gérard Prunier, L'Ouganda contemporain, Paris, Karthala, 1994. [lire en ligne]
  • Claudine Vidal, « Rêve et réalité en ethnohistoire : note sceptique sur J. Freedman et L. de Heusch », Cahiers d'études africaines, volume 25, n°100, 1985, pp. 573-585. [lire en ligne]