Elinkine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Elinkine
Un village de pêcheurs
Un village de pêcheurs
Administration
Pays Sénégal Sénégal
Région Ziguinchor
Département Oussouye
Arrondissement Loudia Ouoloff
Démographie
Population 339 hab. (2002)
Géographie
Coordonnées 12° 30′ 21″ N 16° 39′ 58″ O / 12.505833, -16.66611112° 30′ 21″ Nord 16° 39′ 58″ Ouest / 12.505833, -16.666111  
Altitude 7 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sénégal (administrative)

Voir la carte administrative du Sénégal
City locator 14.svg
Elinkine

Géolocalisation sur la carte : Sénégal (relief)

Voir la carte topographique du Sénégal
City locator 14.svg
Elinkine

Elinkine (ou Elinlin ou Elinkinde) est un village de Casamance (Sénégal), situé dans l'embouchure du fleuve Casamance, à 35 km d'Oussouye. Il fait partie de la communauté rurale de Mlomp, dans l'arrondissement de Loudia Ouoloff, le département d'Oussouye et la région de Ziguinchor.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un traité entre la France et les chefs de Kagnout est conclu à Elinkine le 25 mars 1851, concrétisant la cession de l'île de Karabane à la France[1].

Le puits d'El Hadj Omar a été classé par les Monuments historiques en 2003[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Les localités les plus proches sont Efrane Elinkine, Sifoca, Karabane, Samatit, Santiaba Ouolof et Tamani.

Population[modifier | modifier le code]

Lors du dernier recensement, Elinkine comptait 339 habitants et 47 ménages[3].

Économie[modifier | modifier le code]

Ce petit port de pêche profite également du tourisme, grâce à sa plage, mais aussi parce que c'est le point d'embarquement pour l'île de Karabane.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Traité conclu à Elinkine, le 25 mars 1851, entre la France et les chefs de Cagnut, pour une cession de territoire », dans Recueil des traités de la France (1713-1906), publié sous les auspices du Ministère des affaires étrangères par M. Jules de Clerq, Leiden, 1987 [1]
  2. Arrêté du 27 mars 2003 [2]
  3. PEPAM [3]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Muriel Scibilia, La Casamance ouvre ses cases. Tourisme au Sénégal, L’Harmattan, 2003, 174 p. (ISBN 2-85802-676-9)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :