Kagnout

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kagnout
Administration
Pays Sénégal Sénégal
Région Ziguinchor
Département Oussouye
Arrondissement Loudia Ouoloff
Géographie
Coordonnées 12° 32′ 56″ N 16° 37′ 40″ O / 12.54889, -16.6278 ()12° 32′ 56″ Nord 16° 37′ 40″ Ouest / 12.54889, -16.6278 ()  
Altitude 31 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sénégal (administrative)

Voir la carte administrative du Sénégal
City locator 14.svg
Kagnout

Géolocalisation sur la carte : Sénégal (relief)

Voir la carte topographique du Sénégal
City locator 14.svg
Kagnout

Kagnout (ou Cagnout ou Cagnut ou Kañut) est une localité du Sénégal, situé en Basse-Casamance, à proximité de la rive gauche de l'estuaire du fleuve Casamance. Elle fait partie de la communauté rurale de Mlomp, dans l'arrondissement de Loudia Ouoloff, le département d'Oussouye et la région de Ziguinchor. Sur le plan administratif, elle est constituée de trois villages officiels : Cagnoute Bouhibane, Cagnoute Ebrouaye et Cagnoute Houyoho.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 25 mars 1851 les chefs de Kagnout cèdent définitivement l'île de Karabane à la France[1].

En 2003, les fromagers centenaires de Kagnout sont classés par les Monuments historiques[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

À vol d'oiseau, les localités les plus proches sont Karabane, Hitou, Kabounkoute, Niomoune, Loudia Diola, Mlomp et Samatit.

Population[modifier | modifier le code]

La population est constituée en majorité de Diolas. Cependant quelques étrangers s'y sont implantés ces dernières années.

Lors du dernier recensement (2002), Cagnoute Bouhimbane comptait 487 habitants[3], Cagnoute Ebrouaye 323[4] et Cagnoute Ouyohe 167[5].

Activités économiques[modifier | modifier le code]

Jumelages et partenariats[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Traité conclu à Elinkine, le 25 mars 1851, entre la France et les chefs de Cagnut, pour une cession de territoire », dans Recueil des traités de la France (1713-1906), publié sous les auspices du Ministère des affaires étrangères par M. Jules de Clerq, Leiden, 1987 [1]
  2. Arrêté ministériel no  1941 MCC/DPC en date du 27 mars 2003 portant Publication de la liste des sites et Monuments Historiques Classés [2]
  3. PEPAM [3]
  4. PEPAM [4]
  5. PEPAM [5]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Muriel Scibilia, La Casamance ouvre ses cases. Tourisme au Sénégal, L’Harmattan, 2003, 174 p. (ISBN 2-85802-676-9)
  • Louis-Vincent Thomas, Les Diola. Essai d’analyse fonctionnelle sur une population de Basse-Casamance, Dakar, IFAN, Université de Dakar, 1958, 821 p. (Thèse d’État publiée)

Liens externes[modifier | modifier le code]