Dommartin (Vaud)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dommartin.
Dommartin
Localité suisse
Blason de Dommartin
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Vaud
District Gros-de-Vaud
Commune Montilliez
Code postal 1041
N° OFS 5517
Démographie
Population 266 hab. (31 décembre 2013)
Densité 90 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 39′ N 6° 42′ E / 46.65, 6.746° 39′ Nord 6° 42′ Est / 46.65, 6.7  
Altitude 731 m
Superficie 294 ha = 2,94 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Dommartin

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Dommartin

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Dommartin
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Dommartin est une localité et une ancienne commune suisse du canton de Vaud, située dans le district du Gros-de-Vaud.

Toponyme[modifier | modifier le code]

L'origine du nom de Dommartin date du Haut Moyen Âge, lorsque les saints étaient encore appelés seigneurs, titre par la suite réservé au Christ. Seigneur en latin se dit dominus, dont la contraction dom a été conservée dans le nom du village. Dommartin fait donc référence à saint Martin.

Histoire[modifier | modifier le code]

À la fin du Moyen Âge, le village de Dommartin a été le théâtre de deux séries de procès en sorcellerie (au moins), dont les comptes-rendus sont conservés aux Archives cantonales vaudoises à Lausanne: une première fois en 1498[3] et une deuxième fois entre 1524 et 1528[4].

Lors d'un référendum organisé le 5 mars 2010, la commune approuvé sa fusion avec celles de Naz, Poliez-le-Grand et Sugnens au sein de la nouvelle commune de Montilliez. Cette commune a vu le jour le 1er juillet 2011[5],[6].

Monuments[modifier | modifier le code]

  • Église réformée (1734), par les architectes Guillaume et probablement Jean-Pierre Delagrange. Plan octogonal allongé, avec clocher-porche[7].
  • Cure (1602), façade sur rue rebâtie en 1795[7].
  • École (1844-1845), par les architectes lausannois Henri Perregaux et Achille de La Harpe[8].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Statistique annuelle de la population vaudoise au 31.12.2013 », sur Statistiques Vaud (consulté le 28 juillet 2014)
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. Laurence Pfister, L'enfer sur terre : Sorcellerie à Dommartin, Cahiers lausannois d'histoire médiévale no 20, Lausanne, 1997 (ISBN 2-940110-10-7).
  4. Pierre-Han Choffat, La Sorcellerie comme exutoire - Tensions et conflits locaux : Dommartin 1524-1528, Cahiers lausannois d'histoire médiévale no 1, Lausanne, 1989.
  5. http://www.24heures.ch/vaud-regions/actu/communes-canton-seul-dimanche-2010-03-07
  6. Sylvain Müller, « Bienvenue à Goumoëns, Jorat-Menthue et Montilliez », L'Écho du Gros-de-Vaud, no 24,‎ 1er juillet 2011, p. 1
  7. a et b Guide artistique de la Suisse, Société d'histoire de l'art en Suisse,‎ 2011 (ISBN 978-3-906131-98-6), p. 344
  8. Paul Bissegger, D'ivoire et de marbre. Alexandre et Henri Perregaux ou l'Age d'Or de l'architecture vaudoise (1770-1850), Bibliothèque historique vaudoise, coll. « Bibliothèque historique vaudoise 131 »,‎ 2007 (ISBN 978-2-88454-131-2), p. 337 et suiv.

Sur les autres projets Wikimedia :