Crampons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Crampon.
Crampons sur une chaussure de ski.

Les crampons sont un assemblage de pointes qu'on attache sous des chaussures pour permettre la progression sur la neige et la glace[1]. Les crampons classiques conçus pour l'alpinisme ou la randonnée glaciaire sont peu adaptés à la cascade de glace. Pour la pratique de la cascade de glace des crampons spécialisés fournissant un meilleur cramponnage frontal sont recommandés. La plupart des crampons requièrent des chaussures rigides pour une bonne tenue.

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est en 1908 qu'Oscar Eckenstein invente le crampon à 10 pointes. Cette innovation ne fut pas accueillie avec joie à l'époque. On l'accusa même de manque de sportivité à l'égard de la montagne. Eckenstein inventa même une méthode de progression pieds à plat qui deviendra plus tard la « méthode française ». L'invention des crampons permit la conquête de la plupart des grandes faces nord. Dans les années 1930, deux pointes frontales furent ajoutées, créant ainsi les crampons à 12 pointes qui sont maintenant la norme. On trouve toutefois encore quelques crampons à 10 pointes sur le marché. Les deux pointes supplémentaires ont limité la taille de marches et permis au grimpeur d'attaquer de front la neige et la glace raides. Les angles des deux premières rangées de pointes déterminent aussi l'utilisation optimale pour un type de crampons. Si la première rangée (frontale) est courbée vers le bas et la seconde rangée inclinée vers les orteils, cela réduit les contraintes sur les mollets en permettant au talon de la chaussure d'être plus bas. Dans ce cas, ces crampons sont plus adaptés au cramponnage frontal. Quand des pointes droites sont utilisées à la place, les crampons sont plus adaptés pour la neige et l'alpinisme standard.

La victoire sur la face nord de l'Eiger en 1938 par une cordée germano-autrichienne de quatre alpinistes est redevable en grande partie à l'emploi de crampons à 12 pointes par les deux hommes de tête[2]. Dans les années 2000, avec le développement de la cascade de glace, on voit l'apparition des crampons mono-pointe à l'avant, ce qui permet une meilleure souplesse. Il existe également des crampons avec une pointe à l'arrière qui sont spécifiquement conçus pour la cascade de glace et principalement le dry-tooling car ils permettent le crochetage du talon sur un cigare de glace par exemple.

Production[modifier | modifier le code]

Les crampons sont généralement réalisés en acier haute résistance, mais des crampons plus légers en aluminium sont populaires pour le ski de randonnée où leur usage est moins fréquent et contre-balancé par la nécessité d'un équipement léger, permettant un déplacement rapide et efficace sur de longues distances. Ils sont généralement en acier trempé. Il ne faut alors pas les aiguiser à l'aide d'une meule sous peine de détremper l'acier et donc fragiliser le crampon.

Un des problèmes avec les crampons est que la neige peut s'accumuler sous les pointes et créer par la formation d'un sabot un scénario dangereux où plus aucune des pointes n'accroche la pente. Pour empêcher cela, il est possible d'adapter sur la plupart des crampons un système de semelles antibott, en plastique flexible.

Types[modifier | modifier le code]

  • Cou-de-pied ou avant-pied (4/6 pointes) : Les randonneurs ayant le besoin de franchir des passages peu pentus en neige peuvent acheter des crampons plus petits à 4 ou 6 pointes allant sous le cou-de-pied ou l'avant-pied. Puisque ce type de crampons ne dispose pas de pointes sous l'ensemble du pied, ils ne sont pas recommandés pour l'alpinisme, les pentes raides ou la glace.
  • Crampons souples : courses glacières/terrain mixte : Il y a aussi deux types de crampons : articulés ou rigides. Les crampons articulés permettent un fléchissement au niveau de la voûte plantaire et suivent le mouvement naturel de la marche. Ils sont ainsi le type préféré pour presque tous les types d'alpinisme, excepté en escalade de glace raide. Généralement, la plupart des personnes choisissent des crampons articulés.
  • Crampons rigide : cascade de glace/goulotte : Des crampons rigides ne se plient pas, ainsi sur une glace technique raide, ils permettent au grimpeur de conserver ses talons plus bas en cramponnage frontal, limitant ainsi la fatigue. Cependant, les crampons rigides ont tendance à être plus lourds et ne se comporteront pas aussi bien sur un terrain mixte.
  • Crampons de ski (couteaux) : En ski de randonnée, les grimpeurs enlèvent souvent leurs ski et utilisent des crampons sur leurs chaussures pour les sections raides ou en glace. Quand les pentes sont suffisamment peu inclinées pour permettre aux skis de tenir, ils emploient aussi des crampons spéciaux qui améliorent l'accroche des peaux de phoque, spécialement sur de la neige dure ou glacée. Pour éviter la confusion avec les crampons des chaussures, bien plus utilisés dans les Alpes qu'aux États-Unis, ces crampons de ski sont communément appelés couteaux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Mountaineering: The Freedom of the Hills, Seattle, The Mountaineers,‎ Septembre 2003 (ISBN 0-89886-828-9)
  2. (en) Stephen Goodwin, Obituary: Anderl Heckmair. Leader of the first ascent of the north face of the Eiger, The Independent on Sunday, 3 février 2005 : « The two Germans also used 12-point crampons for the first time; items of kit that revolutionised ice and steep snow climbing [...]. Instead of laboriously cutting each step with an ice axe, they could simply kick their way up, the two spikes at the toe-end of the crampon biting into the slope to give instant purchase. »