Cas Valentich

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

38° 51′ 00″ S 143° 31′ 00″ E / -38.85, 143.51667

Reconstitution d'artiste

Le cas Frederik Valentich est une affaire de disparition liée au phénomène ovni. Elle se déroula le 21 octobre 1978, le long des côtes australiennes[1].

Chronologie des événements[modifier | modifier le code]

Le 21 octobre 1978, à 18h19, Frederik Valentich, jeune pilote âgé de 20 ans, décolle de l'aéroport de Moorabbin près de Melbourne (Australie) à bord d'un Cessna 182. Il compte faire un simple aller-retour jusqu'à King Island situé à 240 km de là. À 19h06, alors qu'il commence à survoler la mer, il contacte la tour de contrôle de Melbourne afin de savoir si un autre appareil vole dans la même zone que lui. Le contrôleur lui répond que non, mais Valentich dit apercevoir un appareil qu'il n'identifie pas, volant près de lui et dont il évalue l'altitude à 1 500 mètres. Le jeune pilote indique au contrôleur que la chose « a une lumière verte et plutôt metallique »[2],[3]. Valentich dit à la tour de contrôle qu'il ne peut évaluer la grandeur de l'objet en raison de sa vitesse[4],[3]. À 19h12, il affirme au contrôleur que « qu'il ne peut identifier l'avion »[5],[3]. Un bruit de grincement métallique couvre la voix de Valentich et la communication est coupée. Dès 19h28, la Royal Australian Air Force envoie des avions de reconnaissance dans la zone. Les recherches continuent jusqu'au 25 octobre, mais on ne retrouva jamais le corps de Valentich, ni le moindre débris pouvant provenir de l'appareil.

Plusieurs semaines après l'incident, un témoin affirma avoir aperçu un petit avion de tourisme « suivi » par une étrange lumière verte survolant la mer le 21 octobre 1978, alors qu'il se trouvait du côté de cap Otway, près du lieu du dernier contact radio de Valentich. Plusieurs années après la divulgation de cette « lumière verte en-dessous de l'avion de Valentich », il précisa que « la couleur des lumières était similaire à celle des feux de navigation d'un avion »[6],[3].

À ce jour, aucune preuve matérielle de sa mort n'ayant pu être apportée, Frederik Valentich est toujours officiellement considéré comme « porté disparu ».

Thèse officielle[modifier | modifier le code]

  • Les autorités australiennes évoquèrent la possibilité que Valentich ait pu être désorienté pour une raison inconnue, qu'il confonde les reflets de son propre avion dans la mer avec l'étrange apparition qu'il décrivit au contrôleur, et s'abîme dans l'océan.
  • L'intérêt manifeste que Frederik Valentich présentait pour le phénomène ovni (il assista à plusieurs conférences sur le sujet à la base militaire de Sale) a pu modifier son interprétation d'un phénomène parfaitement naturel.

Argument ufologique[modifier | modifier le code]

  • La météo du 21 octobre 1978 claire et dégagée rendrait la thèse d'une perte d'orientation très improbable.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Rapport du NARCAP, (page 21).
  2. « It’s got a green light and sort of metallic ».
  3. a, b, c et d (en) Article du Skeptical Enquirer consacré à la disparition de Valentich rapportant les dires du pilote.
  4. « Roger, and it, it is a large aircraft? Confirm. V: Er, unknown due to the speed it’s traveling ».
  5. « And confirm you cannot identify the aircraft. V: Affirmative. R: Roger. Stand by. V: It’s not an aircraft. It is—[Silence for 2 seconds.] R: Can you describe the, er, aircraft? V: As it’s flying past, it’s a long shape. [Silence for 3 seconds.] [Cannot] identify more than [that it has such speed]. [Silence for 3 seconds.] [It is] before me right now, Melbourne ».
  6. « A witness on the ground, who de­scribed having seen a green light just above Valentich’s plane, had not mentioned that aspect of his story at the time. However, many years later —after the green light was made public— he did mention the detail, but he is only identified by a pseudonym. Nevertheless, he said (in the words of his interviewers) that “Its color was similar to the navigation lights on an airplane” » (Haines and Norman, 2000, 26).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références internes[modifier | modifier le code]

Références externes[modifier | modifier le code]