Bilinguisme à Ottawa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte montrant la distribution des francophones dans la ville d'Ottawa

Le bilinguisme officiel de la ville d'Ottawa est institué par l'acte d'Ottawa.

Controverse[modifier | modifier le code]

Un aspect controversé de la ville de l'acte d'Ottawa est la façon dont elle adresse le bilinguisme officiel dans le gouvernement municipal d'Ottawa. Avant l'établissement de la Loi, Gorge Shortcliffe, un conseiller spécial désigné par le gouvernement provincial pour faire des recommandations concernant le gouvernement municipal à Ottawa-Carleton, recommandait en 1999 que la nouvelle ville amalgamée d'Ottawa soit désignée comme officiellement bilingue, avec des services municipaux et une signalisation routière bilingue disponibles en anglais et en français. En outre, selon Graham Fraser, commissaire fédéral aux langues officielles (dans son ouvrage "Sorry, I don't speak French"), le bilinguisme d'Ottawa ne dépasse pas le cadre administratif. Malgré la présence d'une forte communauté francophone (1/3 dans l'agglomération en incluant la partie québécoise, 1/6ème uniquement dans la ville d'Ottawa côté Ontario) le français est très rarement utilisé dans les commerces... Pour Fraser cette situation est très problématique car elle révèle le manque d'efficacité du bilinguisme fédéral qui a peu d'influence en dehors des organismes relevant de sa juridiction directe... La ville d'Ottawa n'a, d'ailleurs, pas officiellement été déclarée bilingue après la fusion des communes. La cité de Vanier, qui n'existe plus aujourd'hui, était ainsi majoritairement francophone... Fraser souligne même le fait que la très controversée loi 101 (faisant du français la langue officielle du Québec en 1977) a enrayé l'anglicisation de Gatineau, qui constitue la partie québécoise de l'agglomération. Enfin, cette situation linguistique du français à Ottawa est humiliante pour les nombreux francophones du Canada (et en particulier ceux qui ne parlent pas l'anglais, nombreux au Québec) qui se rendent dans la capitale fédérale et cela favorise donc le séparatisme québécois.