Barış Pehlivan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pehlivan.

Barış Pehlivan (IPA: [bäɾɯʃ pe̞hliβän]; né le 10 juillet 1983) est un journaliste et écrivain turc. Il est titulaire d’un diplôme de journalisme de l’université d’Istanbul. Depuis le 14 février 2011, il est incarcéré au centre pénitentiaire Silivri à Istanbul, où il est actuellement en attente de la suite de son procès. Il est inculpé pour conspiration avec l’organisation terroriste turque Ergenekon[1],[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

En 2004, Pehlivan travaille en tant que reporter pour Kaçak Yayın Dergisi, un magazine d’art du groupe Leman Magazine. Il est aussi tour à tour assistant de projet, assistant de direction et éditeur pour les programmes documentaires ‘Paranın Seyir Defteri’, ‘Şair Ceketli Çocuk: Kazım Koyuncu’ et ‘Nohut Oda Bakla Sofa’. Il participe également à la série documentaire 5N1K avec deux reportages ‘Land Sales to Foreigners’ (Vente de Terres aux Etrangers) and ‘Assassination of Shah Mesud’ (Meurtre de Shah Massoud). En 2007, Pehlivan devient éditeur en chef de Odatv.com.

Entre 2005 à 2010, il réalise le documentaire Oradaydım qui présente 250 événements de l'histoire moderne turque. L'épisode diffusé le 24 février 2007 relate les faits du 12 septembre 1980 qui ont eu lieu à la prison de Diyarbakır. En tant que producteur du programme, Pehlivan est arrêté et accusé pour troubles de l’ordre public. Il est acquitté en 2008[3].

Pehlivan et son collègue Barış Terkoğlu sont auteurs du livre intitulé Sızıntı: Wikileaks’te Ünlü Türkler (La fuite: les personnalités turques par Wikileaks). Les deux journalistes y analysent les dossiers du ministère des affaires étrangères américain exposés par Wikileaks en novembre 2010. Ce livre reste numéro un des ventes pendant plusieurs semaines après sa publication en février 2012.

Emprisonnement[modifier | modifier le code]

Le 14 février 2011, à la suite de la perquisition de son domicile et des locaux d'Odatv, Pehlivan est placé en détention provisoire. Il n’est formellement accusé de conspiration que neuf mois plus tard, le 22 novembre 2011. Des documents numériques censés attester de la conspiration avec Ergenekon sont au cœur de l'accusation contre Pehlivan, Barış Terkoğlu, Ahmet Şık, Nedim Şener et huit autres journalistes d'Odatv. Des analyses de ces documents ont été menées par des experts en informatique de l'Université du Bosphore, de l'Université Technique Yıldız, de l'Université Technique du Moyen-Orient et de la compagnie américaine de traitement de données DataDevastation. Ces analyses ont réfuté la validité des documents et ont conclu à l’infiltration des ordinateurs des journalistes par des agents extérieurs. Selon eux, des virus informatiques rares tels qu'Autorun-BJ et Win32:Malware-gen auraient permis l'insertion de documents à l’insu des accusés[4],[5].

Pehlivan ainsi que les autres accusés de l’affaire Odatv vont être rejugés le 14 septembre 2012[6].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (tr) Ayça Söylemez, « Cezaevinden gazete hazırladılar », CNN Türk,‎ 2012-01-01 (lire en ligne)
  2. Peter Kenyon, « For Turkish Journalists, Arrest Is A Real Danger », npr,‎ 2012-01-26 (lire en ligne)
  3. (tr) « Oradaydım Belgeseline Dava Açıldı », Odatv,‎ 2008-07-05 (lire en ligne)
  4. « Two Investigative Journalists Threatened on Twitter », Reporters Without Borders,‎ 2012-03-19 (lire en ligne)
  5. accessdate=2012-06-03 "DataDevastation Report", Wordpress, 03 06 2012. |accessdate=2012-06-03
  6. « Turkish journalist released in OdaTV case », TimeTurk English,‎ 2012-06-19 (lire en ligne)