Article partitif

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En grammaire, un article partitif est une sous-catégorie de déterminant indéfini, plus proche de l'article indéfini singulier, employée devant les noms exprimant une quantité massive (les linguistes parlent également de notion continue), c'est-à-dire une partie d'un référent (l'objet dont on parle), ne pouvant être comptée.

Tout comme l'article indéfini, l'article partitif participe à l'actualisation du nom noyau en indiquant simplement que le représenté (le référent) existe bien, mais demeure inconnu des actants de l'énonciation. Ainsi, il s'oppose lui aussi à l'article défini.

Déterminant partitif singulier[modifier | modifier le code]

Du point de vue morphologique, l'article partitif singulier est le même que l'article défini singulier précédé de la préposition « de » :

  • Forme masculine contractée : « du » ;
  • Forme féminine : « de la » ;
  • Forme épicène : « de l' » (devant un mot commençant phonétiquement par une voyelle) :
    • Je bois du lait, de l'orgeat, de la grenadine et de l'eau.

Le singulier se combine avec un nom massif[1] pour désigner généralement un inanimé (du sable). S'il désigne un animé (un animal plus qu'un humain), il transforme celui-ci en matière consommable :

Un veau [article indéfini] ; le veau [article défini] ; du veau [article partitif].

Malgré leur forme identique, l'article partitif et l'article défini précédé de la préposition « de » ne doivent pas être confondus :

Je parle de l'eau. / Je veux de l'eau.
Dans le premier exemple, « de l'  » est l'article défini précédé de la préposition « de » (« eau » est donc C.O.I. du verbe « parle »). Dans le second, « de l'  » est un article partitif (« eau » est donc C.O.D. du verbe « veux », puisqu'il n'y a pas de préposition). La différence est sensible par le pronom relatif : L'eau dont je parle / L'eau que je veux. Néanmoins, par attraction avec la forme prépositionnelle[réf. nécessaire], le pronom objet ne provoque pas l'accord avec le COD : J'ai mis de l'eau sur la table / L'eau que j'ai mise / J'en ai mis

Déterminant partitif pluriel[modifier | modifier le code]

Désignant une partie non comptable d'un ensemble continu, l'article partitif ne devrait normalement connaître que le singulier.

  • Cependant, lorsque le nom concerné n'existe qu'au pluriel, on utilise la forme épicène de l'article indéfini pluriel « des », elle-même calquée sur l'article défini pluriel précédé de la préposition « de » (forme contractée, encore une fois) :
Des archives, des cendres, des décombres, des rillettes, des ténèbres, des vivres…
En dehors des cas particuliers ci-dessus, un syntagme actualisé par un article partitif singulier ne peut se mettre au pluriel qu'au prix d'une modification sémantique :
Par exemple, « des eaux » est le pluriel de « une eau », et non pas celui de « de l'eau », qui normalement n'en possède pas.
L'article partitif pluriel devant un COD est presque toujours converti en « de » par un verbe à la forme négative :
Il mange des rillettes / Il ne mange jamais de rillettes.

L'article partitif en italien[modifier | modifier le code]

L'article partitif existe aussi en italien. Ses formes sont assez semblables à celles du français :

masculin féminin
singulier
  • del pane (du pain)
  • dell'olio (de l'huile)
  • della carne (de la viande)
  • dell'acqua (de l'eau)
pluriel
  • dei fichi (des figues)
  • delle arance (des oranges)

On remarquera toutefois des différences notables entre le français et l'italien dans l'emploi de cet article : en effet, on aura en italien toujours la possibilité de l'omettre et de le remplacer. Surtout l'emploi du partitif singulier est bien plus rare qu'en français.

L'article partitif en provençal[modifier | modifier le code]

En provençal l'article partitif a la même forme de (d' devant une voyelle) quel que soit le genre et/ou le nombre : de pan (du pain) d'aigo (de l'eau) d'escoubiho (des balayures).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nicolas, David (2006) Massif / comptable. In D. Godard, L. Roussarie et F. Corblin (éd.), Sémanticlopédie: dictionnaire de sémantique

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]