Archaeocyatha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Archéocyathes

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Vue d'artiste d'Archéocyathes (Cambrien) : du coin sup. gauche en tournant vers la droite :
Coscinoptycta zunyiensis, Kotuyicyathus debilis,
Tumuliolynthus musatovi, Beltanacyathus digitus

Fransuasaecyathus novus, Orbicyathus mongolicus,
au centre, Paranacyathus grandis.

Classification
Règne Animalia
Sous-règne Parazoaires
Embranchement Porifera

Classe

Archaeocyatha
Aleksandr Grigorevich Vologdin, 1937

Classification phylogénétique

Position :

1  Intervallum
2  Cavité centrale
3  Muraille interne
4  Pore (les murailles, planchers et septes ont des pores, tous ne sont pas représentés)
5  Septe
6 Muraille externe
7  épithèque

Les archéocyathes (du grec archéo ou άρχαιο, ancien, primitif et cyatho, ϰύαθος, coupe en tant que forme) sont des fossiles calcifiés sans spicule (Aiguillons siliceux ou calcaires présents dans certaines éponges) exclusivement cambriens. Ce sont les premiers métazoaires constructeurs de récifs. Leur position systématique a longtemps fait débat. Depuis la découverte d'éponges calcaires actuelles sans spicule, les archéocyathes sont attribués à une classe de l'embranchement Porifera, proche de celle des Desmosponges.

Les archéocyathes sont donc des éponges calcifiées sans spicule. Ils sont constitués d’un calice généralement composé de 2 cônes poreux emboîtés : 2 murailles (interne et externe) délimitent un intervallum. Des éléments intervallaires horizontaux (planchers) et/ou verticaux (septes, taeniae...) peuvent être présents. Les parties squelettiques sont en calcite fortement magnésienne. La classe Archaeocyatha contient 6 ordres et 12 sous-ordres. La systématique des archéocyathes suit l’ordre d’apparition et la complexification des différents éléments squelettiques (à partir des données ontogénétiques) :

  • les Ordres sont définis d’après l'architecture du calice
  • les Sous-Ordres sont définis d’après le mode de croissance,
  • les Super-Familles sont définis d’après les types de la muraille externe,
  • les Familles sont définis d’après les types de la muraille interne,
  • les genres sont définis d’après les variations des structures des murailles et des éléments intervallaires,
  • les espèces sont définis d’après les variations en forme, taille et nombre des constituants du squelette.

Auparavant, les archéocyathes étaient divisés en Réguliers (Regulares) et Irréguliers (Irregulares). Cette distinction commode est encore souvent utilisée dans la littérature.

2 ordres majeurs se distinguent qui correspondent approximativement à cette distinction :

  • Les Ajacicyathida (Réguliers) : l’organisme vivant occupe tout le calice.
  • Les Archaeocyathida (Irréguliers) : l’organisme vit dans la partie supérieure du calice.

Les archéocyathes sont des organismes sessiles, benthiques et filtreurs. Ils se développent exclusivement sur les plates-formes carbonatées des zones intertropicales. Leur habitat principal est calme, avec un courant et une assez forte turbidité (fort apport en nutriments).

Ils sont adaptés à des conditions environnementales restreintes :

  • de température (sténohermaux : faible variation de température)
  • de salinité (sténohalin : faible variation de la salinité)
  • de profondeur (sténobathique : zone intertidale à subtidale)

Ils peuvent être solitaires ou modulaires (l’organisme subdivise son calice créant une pseudocolonie.

Les archéocyathes apparaissent au Tommotien sur la plate-forme sibérienne et conquièrent par migrations successives l’espace intertropical, en suivant les transgressions responsables de la formation des plates-formes carbonatées. Leur apogée en extension et en diversité, est atteinte au Botomien inférieur et moyen.

Dès la fin du Botomien, des changements environnementaux importants se produisent :

  • une régression majeure qui entraîne une réduction des plates-formes carbonatées.
  • un épisode anoxique (absence de dioxygène dans l’eau)
  • la dérive des continents : les blocs continentaux se déplacent vers des latitudes plus élevées (diminution des mers peu profondes au niveau de la zone intertropicale).

Ces changements entraînent une extinction progressive et presque totale des archéocyathes à la fin du Toyonien (fin du Cambrien inférieur).

Au Cambrien moyen deux genres sont présents et un seul au Cambrien supérieur en Antarctique, seul bloc restant encore dans la zone intertropicale. Ils disparaissent à la limite cambro-ordovicienne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]