Ali al-Muqri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ali al-Muqri

Activités Romancier
Naissance 1966
Ta'izz (arabe : تعز) (Yémen)
Langue d'écriture Arabe
Genres Roman

Ali al-Muqri est un romancier et journaliste yéménite né en 1966 à Ta'izz au Yémen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Collaborateur de journaux progressistes depuis 1985, Ali al-Muqri, également auteur d'un essai sur l'alcool et l'islam[1], s'est surtout fait connaître avec ses deux premiers romans.

Sensibilisé à la cause des minorités sociales et religieuses, Ali al-Muqri s'est acquis en deux livres une réputation d'auteur engagé. Son premier roman, intitulé en anglais Black Taste, Black Odour, et sélectionné en 2009 pour le International Prize for Arabic Fiction (en)[2], dénonce la condition des Achdam (en), populations africaines arabisées du Yémen.

Son second roman, Le Beau Juif, sélectionné en 2011 pour le Prix International du roman arabe[2], se situe quant à lui dans le Yémen du XVIIe siècle et relate les amours d'un jeune juif avec une jeune musulmane, sur fond de cohabitation et d'affrontement communautaires.

Ses engagements et la forte charge sociale de ses livres, traduits notamment en anglais, en espagnol, en allemand et en français, ont valu à Ali al-Muqri de recevoir fatwas et menaces de mort[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 2011 : Le Beau Juif, Liana Levi, « Littérature étrangère », traduit de l’arabe (Yémen) par Ola Mehanna et Khaled Osman.
  • 2008 : Black Taste, Black Odour, Dar El-Saqi, Beirut.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site de son éditeur français, Liana Levi
  2. a et b Présentation de l'auteur sur le site de l'International Prize for Arabic Fiction
  3. Source : Livres-Hebdo, « Le romancier yéménite al-Muqri est menacé »