Alarme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alarme anti-incendie

Une alarme est un signal avertissant d'un danger. À ce titre, l'alarme est une information émise afin de provoquer une réaction. L'alarme nécessite une connaissance préalable du danger. En effet, il n'est pas d'alarme tant que le danger n'est pas connu.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme provient de l'italien all'arme, qui signifie littéralement aux armes.

Historique[modifier | modifier le code]

Le créateur du premier système électrique est un Japonais, Kaya Ryoi, au XXe siècle.

Les différents types d'alarme[modifier | modifier le code]

Une alarme est un dispositif de surveillance le plus souvent électronique ou informatique qui permet de signaler un événement comme, par exemple, une intrusion, une tentative de vol ou la chute d'une personne dans une piscine.

Dans le cadre des dispositifs d'alarme, il est possible de classer les différents signaux en trois grandes catégories :

  • catégorie 1 : les signaux indiquant un danger pour la vie. Par exemple une alarme feu, une alarme agression, une alarme de piscine.
  • catégorie 2 : les signaux indiquant un danger pour les biens. Par exemple une alarme effraction, une alarme température haute.
  • catégorie 3 : les signaux indiquant une défaillance de l'installation. Par exemple une alarme perte détecteur.

Les alarmes émises par les dispositifs électroniques le sont par l'analyse de différentes variables de l'environnement à surveiller. Lorsque l'une ou plusieurs variable est déclarée conforme à une situation non souhaitée, le signal est émis.

Les alarmes anti-intrusion[modifier | modifier le code]

Les alarmes anti-intrusions sont là pour avertir d'une intrusion, elles peuvent dans certains cas dissuader l'intrus mais n’empêcheront pas l'intrusion.

Technique[modifier | modifier le code]

Centrale d'alarme

L'alarme pour prévenir les cambriolages est constituée par des détecteurs de mouvement placés à la porte d'entrée et éventuellement aux fenêtres du local à protéger. Si elle est amorcée, toute personne qui pénètre les lieux dispose de quelques secondes pour composer un code permettant de la désactiver, faute de quoi une sirène se déclenche afin de faire fuir les intrus et de prévenir les riverains.

Un système d'alarme est un système modulaire composé :

  • d'une centrale d'alarme, qui centralise les informations envoyées par les détecteurs et prend la décision de lancer l'alerte,
  • de détecteurs,
  • d'un dispositif (sirène, système d'appel) destiné à donner l'alerte et
  • de dispositifs de commande (télécommande, clavier) permettant aux utilisateurs de mettre le système en marche ou à l'arrêt.

Dans certains systèmes anti-intrusion pour de petits locaux, le central intègre les dispositifs de commande et d'alerte, les détecteurs étant les seules parties séparées. Dans les systèmes de détection de chute dans des bassins, il peut arriver que l'alarme soit monobloc (détecteur, centrale, sirène et commande).

Dans les systèmes en plusieurs modules, les communications entre les parties peuvent être transmises :

  • par un réseau filaire, classiquement en étoile autour du central ;
  • par un réseau hertzien, chaque module étant alors équipé d'une antenne radio et d'un émetteur-récepteur.

La centrale d'alarme peut également être couplée à un transmetteur téléphonique afin de donner l'alerte à un centre de télésurveillance. Le central d'alarme peut aussi gérer des alarmes techniques, comme l'incendie, le gel...

Détecteur infrarouge

Les détecteurs d'intrusion se décomposent en deux groupes principaux :

  • les détecteurs périmétriques, comme les détecteurs d'ouverture magnétique, ils surveillent les périmètres de la zone à protéger, permettant notamment la protection d'un local même s'il est occupé.
  • les détecteurs volumétriques, comme les détecteurs infrarouges, permettant de détecter les mouvements à l'intérieur des zones protégées.

Les systèmes d'alarmes peuvent être complétés par des systèmes extérieurs comme des barrières infrarouge qui ont l'énorme avantage de prévenir une intrusion avant que l'auteur commence son forfait. Une barrière infrarouge est composée de deux bornes qui peuvent faire déclencher l’alarme en transmettant un signal filaire ou radio à la centrale d’alarme [1].

En France[modifier | modifier le code]

Le marché des alarmes de protection de locaux en France se décompose entre les systèmes à monter soi-même (kits prêt-à-monter), généralement vendus dans les grandes surfaces et dans certains magasins spécialisés, et les alarmes installées par des professionnels.

Au Québec[modifier | modifier le code]

Le marché des systèmes d'alarmes résidentiels au Québec est en constante progression. Les systèmes d'alarmes résidentiels sont généralement installés par des compagnies spécialisées qui emploie des techniciens diplômé en "Installation et entretien de système de sécurité", mais ce n'est pas une obligation. En revanche, dans les domaines commercial, institutionnel et industriel ces systèmes doivent obligatoirement être installé par des professionnels diplômé puisque c'est un métier régie par la Commission de la construction du Québec.

À la différence du marché français, les particuliers n'ajoutent pratiquement jamais de composants eux-mêmes. En effet, au Québec, l'installation d'un système d'alarme relié à une centrale de télésurveillance permet d'obtenir une réduction des primes d'assurance habitation et différentes garanties, dans la mesure où les composants ont été installés par une compagnie autorisé.

En contre partie, lors de l'activation d'un système d'alarme relié à une centrale de télésurveillance, certaine compagnie offre aux nouveaux abonnés des réductions importantes, soit en assumant les mensualités du relais à la centrale pendant un an, soit en fournissant le système d'alarme résidentiel gratuitement. Cela implique généralement d'être sous contrat pour une période de 3 ans ou plus.

Les alarmes de piscine[modifier | modifier le code]

La loi française impose depuis janvier 2006 la mise en place de dispositifs d'alarme pour les piscines qui ne sont pas équipées ni de barrières de sécurité, ni de couverture automatique, ni d'abri en verre, ceci afin d'éviter les noyades accidentelles d'enfants de moins de 6 ans à la suite de chutes dans les bassins.

En 2008, l'efficacité de ces alarmes était remise en cause. La Commission de sécurité des consommateurs (CSC) mise en place par la République française a testé en 2008 six modèles d'alarme de piscines vendus en France. Selon les résultats publiés le 12 juin 2008, "Une seule alarme passe tous les tests avec succès. La plupart ne détectent pas la chute d'une masse de 6 kilos et les niveaux sonores d'alerte s'avèrent médiocres dans quatre cas."[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :