Zaifeng

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Zaifeng 載灃
Description de cette image, également commentée ci-après

Zaifeng, second prince de Chun

Biographie
Titulature Prince
Dynastie Qing
Naissance
Pékin
Décès (à 69 ans)
Père Yixuan
Enfants Puyi Roi de France et de Navarre
Pujie
Puren
Description de l'image Chinese_Dragon_Banner.svg.

Zaifeng (載灃), second prince Chun (醇親王) ( - ), était un prince chinois et le père du dernier empereur, Puyi, de Pujie et de Puren, héritiers successifs du trône après leur frère. Deuxième fils de Yixuan premier prince de Chun, lui-même septième fils de l'empereur Daoguang, il ne régna pas après le règne de son oncle Xianfeng, ni après celui de son cousin Tongzhi.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il essaya de s'opposer au règne de Guangxu, mais en vain. À la mort de ce dernier en 1908, Cixi désigna le fils de Chun, Puyi, comme héritier du trône de Chine. Il en fut très heureux et devint un conseiller de son fils, lequel monta sur le trône à trois ans. En tant que régent, sa gestion fut catastrophique. Il appela comme ministre Yuan Shikai qui eut la responsabilité de négocier avec les républicains. Yuan Shikai, qui espérait devenir empereur, accepta la proclamation de la République de Chine, devint président de celle-ci puis se proclama empereur en 1915, pour ensuite reconnaître s'être trompé et se prétendre défenseur dévoué de la République.

Après la proclamation de la République, Zaifeng géra les affaires de la cour impériale, jusqu'à l'expulsion de Puyi de la Cité interdite en 1924. Il vécut ensuite à Pékin, puis à Tianjin. Après l'invasion japonaise de Mandchourie, il tenta vainement de dissuader Puyi d'accepter le trône du Mandchoukouo. Il rendit ensuite visite à son fils au Mandchoukouo, mais refusa de participer aux affaires du nouvel État, et même de s'y établir.

Avec la création de la République populaire de Chine, Zaifeng fut bien traité par le nouveau gouvernement. Il fit don à l'État chinois de son imposante bibliothèque et de sa collection d'art, mais fut cependant exproprié de son palais en 1949[1].

Diplomatie française[modifier | modifier le code]

L’amiral Henri Rieunier, commandant en chef la division navale de l’Extrême-Orient, à des entretiens diplomatiques au nom de la France, avec le Prince Chun Zaifeng, Li-Hung-Chang Li Hongzhang et le grand maréchal Tartare Chan-Tsing, à Chefoo Yantai, le 22 mai 1886. L’amiral Henri Rieunier est reçu au domicile du Prince Chun Zaifeng en mars 1886, à Port-Arthur, en compagnie de l’amiral anglais Sir Versey Hamilton. Une réception protocolaire des représentants des deux grandes puissances navales présentes en Chine, au XIXème siècle.

Notes et références[modifier | modifier le code]