Yvan Makhonine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Yvan Makhonine
Ivan Makhonine 1928.jpg
Ivan Makhonine en 1928
Biographie
Naissance
Décès
Nationalités
Formation
Institut polytechnique de Saint-Pétersbourg (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Domaine
Industrie aéronautique (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Yvan (ou Ivan) Makhonine (en russe : Иван Иванович Махонин), né à Saint-Pétersbourg (Russie) en 1885 et mort en France le , est un ingénieur et inventeur russe.

Il est notamment l'inventeur du concept de l'aile à géométrie variable, de la configuration du train mû électriquement sur chaque essieu et chaque wagon, en 1920, et du « carburant Makhonine », carburant alternatif présenté comme miraculeux par certaines sources. La lecture de son brevet[1] indique qu'il s'agit simplement d'une transformation de résidus lourds (pétroliers ou autres) par cracking, procédé largement employé dans le domaine pétrolier.

Biographie[modifier | modifier le code]

Makhonine effectua ses études à la Faculté de Sciences économiques de l’Université polytechnique de Saint-Pétersbourg[2]. Il créa à Saint-Pétersbourg un bureau d'étude spécialisé en aéronautique au début des années 1900.

Après la révolution d'Octobre, il proposa toute une série de projets d'amélioration du réseau ferré et de développement de l'aviation. En 1919 l'usine de Mytichtchi construisit, selon ses plans, trois motrices à moteur à explosion pouvant utiliser du pétrole lampant comme carburant. Ces moteurs alimentaient des génératrices pour les moteurs électriques de la locomotive. En 1920, le Conseil suprême de l'économie nationale de la RSFSR approuva son projet de motrice électrique à accumulateurs. Les premiers modèles furent assemblés par le Chantier naval de la Baltique à partir de trois locomotives désaffectées de la ligne Saint-Pétersbourg-Moscou[3]. Les accumulateurs (264 pièces, charge de 7500 A×h) avaient été récupérés sur des U-Boot[2]. Le , la motrice d'Ivan Makhonine, partie à 8h15 de la gare de Petrograd, atteignit Moscou en douze heures, soit une vitesse moyenne de 60 verstes/h (ou 64 km/h). Le train avait dû marquer cinq arrêts, et il avait fallu recharger les accumulateurs une fois.

Puis Makhonine se consacra à un ballon dirigeable capable d'emporter 60 000 Poud (env. 982 tonnes). Il pouvait être tiré par un avion (monoplan ou biplan), une automobile ou un torpilleur, embarquer 1 000 passagers et atteindre une vitesse de 100 verstes/h (env. 107 km/h). La construction de ce dirigeable aurait dû être achevée le [4]. Comme le financement d'un tel projet était devenu impossible dans la Russie post-révolutionnaire de Lénine, il décida à l'âge de 26 ans de quitter sa patrie, et émigra en 1921 en France.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Makhonine, « Brevet d'invention », (consulté le 15 décembre 2009)
  2. a et b D'après Stvolinskij Ju. M., « Konstruktory podvodnych korablej: Dokumental'nye rasskazy o sozdateljach sovetskogo flota morskich glubin. », Lenizdat, Leningrad,‎ (lire en ligne).
  3. D'après (ru) « История электрификации железных дорог (Histoire de l’électrification des chemins de fer », sur electrolibrary.info (consulté le 12 novembre 2011).
  4. D'après « Novyj grandioznyj vozdušnyj korabl (Новый грандиозный воздушный корабль) », Kommuna,‎ .

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Dauvergne, Le Mystère Makhonine, Les Presses rapides, Limoges, 1961
  • Guy d'Helle, Les Autres Sources d'énergie, Les cahiers des Temps Présents, 1974

Liens externes[modifier | modifier le code]