Yusuf Karamanli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Yusuf Karamanli
Titre
Pacha de Tripoli
[1]
Prédécesseur Ali II Burghul Pasha Cezayrli (usurpateur)
Successeur Ali II Pasha Karamanli
Biographie
Date de naissance
Date de décès (à 72 ans)
Père Ali I
Religion Islam

Yusuf (ibn Ali) Karamanli, ou Caramanli, ou Qaramanli ou encore al-Qaramanli (plus connu comme Yusuf Karamanli), né en 1766 et mort en 1838 est un pacha de Tripoli de la dynastie Karamanli.

Accession au trône[modifier | modifier le code]

Article principal : Régence de Tripoli.

Karamanli est né à Tripoli en 1770 dans la famille Karamanli (nommé d'après la cité de Karaman) qui vient de Turquie[2]. Son frère, Hamet Karamanli, est déposé en 1793 par un officier ottoman du nom d'Ali Benghul. Ce dernier procède alors à la restauration de la souveraineté ottomane sur Tripoli. Toutefois, en 1795, Yusuf regagne Tripoli et reprend possession du trône avec l'aide du bey de Tunis, exilant Hamet et restaurant la dynastie Karamanli.

Guerres barbaresques[modifier | modifier le code]

En 1801, Yusuf exige un tribut de 250 000 $ aux États-Unis[3]. Le président Thomas Jefferson, confiant en la capacité de la nouvelle United States Navy à protéger les navires marchands américains, refuse de céder aux exigences du pacha. Ce dernier finit par déclarer la guerre en mai 1801.

En 1803, la Navy met en place avec succès un blocus des ports de la régence de Tripoli. Après quelques succès initiaux, dont principalement la capture de la Philadelphia, la bataille de Derna marque un tournant qui présage la signature du traité de paix, le 10 juin 1805.

Déclin de la dynastie Karamanli[modifier | modifier le code]

Article principal : Karamanli.

Vers 1819, de nombreux traités signés lors des guerres napoléoniennes font leurs effets. Le états barbaresques sont en effet contraints d'abandonner leurs activités corsaires, provoquant le déclin de l'économie de Tripoli[4]. Yusuf Kamaranli tente de compenser ces pertes en encourageant le commerce transsaharien. Il doit toutefois faire face aux idées abolitionnistes apparues en Europe et dans une moindre mesure aux États-Unis. Cette tentative se solde par un échec.

Affaibli, le pacha de Tripoli doit également faire face à ses trois fils. Il finit par abdiquer en 1832 en faveur de son fils Ali II, mais la guerre civile ne tarde pas à faire son retour. Le sultan Mahmoud II envoie ses troupes sous prétexte de restaurer l'ordre. Toutefois, il dépose Ali II et l'exile, marquant la fin de la domination Karamanli sur Tripoli qui devient indépendante[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Liste des dirigeants de la Libye », sur le site Chiefa Coins (consulté le 16 août 2014).
  2. Fredriksen 2001, p. 265.
  3. Allen 1905, p. 90.
  4. Hume 1980, p. 311.
  5. * (en) « Karamanlis », sur Country Studies (consulté le 16 août 2014).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Gardner Weld Allen, Our navy and the Barbary corsairs, Boston, Mifflin and Company, , 354 p. (OCLC 2618279, lire en ligne)
  • (en) John C. Fredriksen, « Karamanli, Yusuf », dans America's military adversaries : from colonial times to the present, Santa Barbara, ABC-CLIO, , 621 p. (ISBN 9781576076040)
  • (en) L. J. Hume, « Preparations for Civil War in Tripoli in the 1820s : Ali Karamanli, Hassuna D'Ghies and Jeremy Bentham », The journal of African American history, vol. 21, no 3,‎ , p. 311-322 (ISSN 0021-8537, OCLC 772537006)

Autre bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Kọla Fọlayan, Tripoli during the reign of Yūsuf Pāshā Qaramānlī, Ile-Ife, University of Ife Press, coll. « Ife history series » (no 1), , 203 p. (ISBN 9789781360039)
  • (en) Joshua E. London, Victory in Tripoli : how America's war with the Barbary pirates established the U.S. Navy and built a nation, Hoboken, Wiley Pub., , 276 p. (ISBN 9780471444152)
  • (en) Nora Lafi, Une ville du Maghreb entre ancien régime et réformes ottomanes : genèse des institutions municipales à Tripoli de Barbarie, 1795-1911, Paris, L'Harmattan, coll. « Villes / histoire, culture, société », , 305 p. (ISBN 2-7475-2616-X)
  • (en) K. S. McLachlan, « Tripoli and Tripolitania : Conflict and Cohesion during the Period of the Barbary Corsairs (1551-1850) », Transactions of the Institute of British Geographers, série New Series, vol. 3, no 3,‎ , p. 285-294 (ISSN 0020-2754, OCLC 5548802381)

Liens externes[modifier | modifier le code]