Yombe (peuple des Congo et d'Angola)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Yombé)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Yombe.
 Ne doit pas être confondu avec Yombe (peuple de Zambie et du Malawi).
Yombé
Populations significatives par région
Population totale 300 000 (1998)[1]
Autres
Langues kiyombé
Religions christianisme
Ethnies liées Kongos

Les Yombe sont un peuple d'Afrique centrale, établi au Mayombe, au centre de la République démocratique du Congo, dans le sud-ouest de la République du Congo et au Cabinda (Angola). Ils appartiennent au grand groupe des Kongos.La partie du clan ana a Mongo le plus à l'Ouest.

Ethnonymie[modifier | modifier le code]

Selon les sources, on observe de multiples variantes : Bayombe, Iombe, Kiombe, Kiombi, Kiyombe, Majombe, Majumbe, Mayomba, Mayombe, Mayumba, Mayumbe, Yombes, Yumbe[2].

BaYombe est un pluriel bantou.

Mouyombi ou Nyombi signifie celui qui vit dans la forêt. Mayombi signifie la forêt. Mayombe veut dire la bravoure, Nyombe ou Mouyombe signifie le brave.[réf. nécessaire]

Population[modifier | modifier le code]

Leur nombre a été estimé à 300 000 en 1998[1].

Langue[modifier | modifier le code]

Ils parlent le yombe (ou kiyombe), une langue bantoue. Le nombre total de locuteurs était estimé à plus d'un million au début des années 2000, dont 669 000 en République démocratique du Congo (2002), 348 000 en République du Congo (2000) et 39 400 en Angola (2000)[3].

Culture[modifier | modifier le code]

Les Yombe ont produit un grand nombre de sculptures[1], notamment des maternités et des fétiches à clous[4] ou à miroir. Ces fétiches portent souvent des scarifications aux épaules. Leurs hautes coiffures pointues ou arrondies sont gravées de motifs géométriques. Une bouche entrouverte laissant apparaître des dents pointues leur confère parfois une expression menaçante.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Alimentation[modifier | modifier le code]

L'un de leurs plats typiques est le bitoto. Riche en calories, il associe plusieurs produits agricoles (banane, feuilles de manioc, ignames...)[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (fr) Jean-Baptiste Bacquart, L'Art tribal d'Afrique noire, Thames & Hudson, 2010 (éd. originale en anglais 1998), p. 128 (ISBN 978-2878113549)
  2. Source RAMEAU, BnF [1]
  3. (en) Fiche langue (code «yom») dans la base de données linguistique Ethnologue.
  4. Voir aussi Raoul Lehuard, Fétiches à clous du Bas-Zaïre, Arts d'Afrique noire, Arnouville, 1980, 264 p.
  5. Voir aussi Léo Bittremieux, La société secrète des Bakhimba au Mayombe, G. van Campenhout, Bruxelles, 1936, 327 p.
  6. Voir aussi Raoul Lehuard, Les Phemba du Mayombe : les figures sculptées dites phemba du Mayombe, Arts d'Afrique noire, 1977, 122 p.
  7. Côme Khonde Ngoma Di Mbumba, Boma : 1re capitale de l'état indépendant du Congo, 1885-1908, L'Harmattan, 2005, p. 313 (ISBN 9782747586719)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Mabiala Matouba-Ngouma, « Symbolik der Namensgebung bei den Yombe, Zaire », Afrikanistische Arbeitspapiere, Cologne, 10, 1987, p. 73-87
  • (de) Mabiala Mantuba-Ngoma, Frauen, Kunsthandwerk und Kultur bei den Yombe in Zaïre, Édition Re, Göttingen, 1989, 356 p. (ISBN 3927636029)
  • (en) George Clement Bond, « Ideology, persons, and spirits : the Yombe of northern Zambia », in Kortright Davis (dir.), African creative expressions of the divine, Howard University School of Divinity, Washington, DC, 1991, p. 158-180
  • (fr) Nzuzi Bibaki, Le Dieu-mère : l'inculturation de la foi chez les Yombe, Éditions Loyola, 1993, 207 p.
  • (fr) Albert Doutreloux, L'ombre des fétiches : société et culture yombe, Presses de l'Université Laval (Québec), 1967, 288 p.
  • (fr) Ditona di Lelo, Sagesse yombe : dans les proverbes, Bobiso, 1978, 86 p.
  • (fr) Raoul Lehuard, Les Phemba du Mayombe : les figures sculptées dites phemba du Mayombe, Arts d'Afrique noire, 1977, 122 p.
  • (fr) Raoul Lehuard, « Le Nkisi nyambi », in Arts d'Afrique noire (Arnouville), no 63, automne 1987, p. 25-32
  • (fr) Mavinga Muila, Développement technique et société Yombe (Zaïre), Université Laval (Québec), 1986 (ISBN 9780315254848)
  • (fr) Marie-Josiane Antoinette Ngimbi Bamweneko, La dynamique de la famille Yombe face au travail salarié de la femme, Facultés catholiques de Kinshasa, 1994, 207 p.
  • (fr) Cyrille van Overbergh et Édouard de Jonghe, Les Mayombe (État indépendant du Congo), A. de Wit, Bruxelles, 1907
  • (fr) Alain Lecomte. Raoul Lehuard. Bertil Söderberg. Bakongo. Les sifflets. Édition Alain Lecomte. 1993. Page 119 et divers

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :