Yann-Fañch Jacq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Yann-Fañch Jacq
Yann-Fañch Jacq.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinctions

Jean-François Jacq, en breton Yann-Fañch Jacq, né à Concarneau en 1954, est un auteur bretonnant et un éditeur en langue bretonne.

Il a été technicien, éducateur, ce qui l'amène à travailler pendant 7 ans à Kan ar Mor (Douarnenez), directeur de collège et dirigeant du centre de loisirs avec hébergement An Oaled à Tréglonou", pendant 9 ans. cause d'une mutation de la voix Yann-Fanch Jacq s'est vu contraint d'arrêter le chant plus précisément le "kan ha diskan" sa passion. Il a pourtant été sur le podium de New- York médaillé champion de chant pour le concours de kan-ha diskan. Il est professeur de breton dans le réseau d'écoles Diwan, au Collège Diwan du Releg-Kerhuon et au Lycée Diwan à Carhaix.

Cette expérience des enfants et des adolescents lui a permis de créer et de diriger la maison d'édition en langue bretonne Keit Vimp Bev[1] ("Tant que nous serons vivants" en breton) dont la production est destinée à la jeunesse bretonnante (bandes dessinées et romans), environ 300 titres depuis sa création auquel il faut ajouter des revues comme Moutig et Rouzig, avec chacune 170 numéros parus à la date de 2016. Il est aussi rédacteur de l'unique hebdomadaire entièrement en langue bretonne Ya ! ("Oui !" en breton), qu'il lance en 2005.

Enfin depuis les années 2000, il écrit lui-même des livres (histoires, romans, bandes dessinées (24 titres à ce jour de 2006 pour enfants ou adolescents).

Il vient d'être choisi par l'Institut Culturel de Bretagne pour recevoir le Collier de l'ordre de l'Hermine qui lui sera remis à Carhaix le samedi 17 septembre 2016.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Goustadig war al lambig
  • E kornig va c'halon
  • An den labous !

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Aux éditions Keit Vimp Bev, le breton est à l'honneur », sur ouest-france.fr, (consulté le 22 août 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]