Yank Barry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Yank Barry
Yank Barry Pic.jpg

Yank Barry.

Biographie
Naissance
Nationalité
Activités

Yank Barry (né Gerald Barry Falovich le 29 janvier 1948) est un musicien et homme d'affaires canadien[1],[2],[3]. Il est le fondateur et CEO de VitaPro Foods (en), une compagnie qui produit une protéine végétale texturée appelée ProPectin et utilisée notamment dans des substituts de viande[2]. Il est également le fondateur de la fondation caritative charity Global Village Champions.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Barry naît à Montréal, au Canada, en 1948[4] d'Arthur Falovitch et de Ruth Falovitch-Pickholtz (née Reznick)[5]. Il a cinq frères et sœurs et grandit dans la communauté juive de Montréal[5],[6].

Carrière musicale[modifier | modifier le code]

De 1966 à 1968, Barry est chanteur et bassiste pour The Footprints[7]. Le groupe musical lance trois single sous la bannière de Columbia et Capitol Records avant de se séparer[7].

Entre 1968 et 1970, Barry est le principal chanteur d'un groupe faisant une tournée de la Côte Est des États-Unis sous le nom de The Kingsmen et qui joue la musique du groupe original[8].

En 1971, Barry enregistre l'opéra-rock The Diary of Mr. Gray afin de lever des fonds pour la prévention de la toxicomanie[1]. En 1972, il dirige un label discographique financé par John Royden McConnell[9].

Barry écrit la chanson Christmas Time Again, qui sera enregistrée en 1977 par Engelbert Humperdinck sur son album Christmas Tyme[10].

En 1979, il produit en partie des prestations montréalaises de Let My People Come (en)[11].

En 1989 ou 1990, il développe VitaPro[12],[13] à partir d'une initiative sud-africaine[2].

Justice[modifier | modifier le code]

En 1982, Yank Barry est condamné pour extorsion et conspiration contre John Royden McConnell, et passe 10 mois en prison sur une condamnation de 6 ans[14].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Barry est marié en secondes noces à Yvette Barry[2] et réside aux Bahamas[15],[2],[16]. Il a été préalablement marié à Daveda M. Kert, avec qui il a au moins une fille, Lelanea Anne Barry, décédée en 2004[9],[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Yank Barry » (voir la liste des auteurs).

  1. a et b (en) « Yank Barry », Museum of Candian Music (consulté le 22 juin 2014)
  2. a, b, c, d et e « Sarasota resident fights for peace all over world », Sarasota Herald-Tribune,‎ (lire en ligne)
  3. Eric Reguly, « Yank Barry, motivated by past sins, becomes a philanthropist », Globe and Mail,‎ (lire en ligne)
  4. Joe O'Connor, « The world according to Yank: Montrealer with checkered past gets Nobel nod, or does he? », National Post,‎ (lire en ligne)
  5. a et b « Ruth (Reznick) Falovitch Obituary », Montreal Gazette,‎ (lire en ligne)
  6. « Social Notes – Montreal Feb 24, 1961 », Canadian Jewish Review,‎ (lire en ligne)
  7. a et b (en) Ivor Trueman, « Dreams, Fantasies and Nightmares », borderlinebooks (consulté le 13 mai 2014)
  8. (en) « Kingsmen web site historical page », sur web.archive.org (consulté le 29 mai 2014)
  9. a et b « Pair convicted of extorting $82,000 from heir », Montreal Gazette,‎ , A3 (lire en ligne)
  10. (en) « Discogs »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 14 juin 2014)
  11. « Let My People Come (advertisement) », Montreal Gazette,‎ , p. 12 (lire en ligne)
  12. William D. Cohan, « Adding to the Confusion », ARTnews,‎ (lire en ligne)
  13. Sean Silcoff, « Montreal Soy Mogul Charged With Bribery Over Prison Meal Deal », National Post,‎
  14. « Ex-con heads firm at center of prison brouhaha », The Victoria Advocate,‎ (lire en ligne)
  15. (en) « He’s getting champion fighters to help fight hunger », Philippine Daily Inquirer, (consulté le 22 juin 2014)
  16. Billy Cox, « Sarasota man again nominated for Nobel prize », Sarasota Herald-Tribune,‎ (lire en ligne)
  17. « Lelanea Anne Barry (obituary) », Montreal Gazette,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (en) Site officiel