Yang Xiuqing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Yang Xiuqing (chinois : 楊秀清) (né ? - mort en ) est un des organisateurs et commandants en chef de la Révolte des Taiping.

Biographie[modifier | modifier le code]

C'était un marchand de charbon de bois, de la province du Guangxi avant qu'il ne rejoigne les Taiping, peu avant que la révolte n'éclate. En 1848, il se convertit au christianisme après avoir raconté qu'il avait eu des visions de Dieu.

Il fut nommé commandant en chef de l'armée Taiping dès 1851. Dans le mouvement Taiping, Yang Xiuqing reçut le titre de « Roi de l'Est » (Dong Wang).

Le commandant en chef, vainqueur de Nankin[modifier | modifier le code]

Sous la conduite de Yang Xiuqing, les Taiping avancèrent victorieusement vers le nord, et prirent la ville de Nankin, l'ancienne capitale des Ming, en 1853, pour en faire la capitale du « Royaume Céleste » des Taiping. Comme Hong Xiuquan se désintéressa de plus en plus de la politique à partir de 1853, au profit de son harem et des questions purement religieuses, il abandonna à Yang Xiuqing la gestion des affaires courantes ; celui-ci devint donc le premier ministre de facto, chargé de faire fonctionner l'administration du « Royaume Céleste ».

Tous ses titres et ses prérogatives selon l'étiquette de la cour Taiping prouvaient d'ailleurs qu'il était sans équivoque le second personnage du Royaume.

Le médium, dénonciateur des traitres[modifier | modifier le code]

« Porte parole de Jésus-Christ », il participait, au sein du « Royaume Céleste de la Grande Paix» (le nom que s'étaient donné à eux-mêmes les Taiping), à de nombreuses séances médiumniques avec Hong Xiuqing, au cours desquelles les participants étaient supposés être en ligne directe avec Dieu.
Il sut renforcer son image de médium grâce aux transes dans lesquelles il entrait, et au cours desquelles il dénonçait les traitres à la cause, en révélant publiquement tous les détails de leur trahison. Il était aidé en cela, il est vrai, par un solide réseau d'espions.

Le défenseur du confucianisme chez les Taiping[modifier | modifier le code]

Mais dans le domaine théologique, Yang Xiuqing était en désaccord avec Hong Xiuquan sur la place du confucianisme : Hong considérait que le confucianisme devait être éliminé des esprits (sous peine de lourdes sanctions en cas de détention ou d'apologie des textes confucéens), alors que Yang considérait que le confucianisme n'était pas incompatible avec sa vision du christianisme.

Tentative de captation du pouvoir, et mort[modifier | modifier le code]

Par ailleurs, Yang Xiuqing profita de ses fonctions pour augmenter son pouvoir. Par ses fonctions réelles, il était l'« homme fort » du Royaume céleste, et seul, par son rang et ses titres, Hong Xiuquan lui était supérieur. Mais le pouvoir réel de Yang Xiuqing était sans doute par être supérieur à celui de Hong Xiuquan, que l'administation de son royaume n'intéressait guère.

En août 1856, Yang Xiuqing demande au Roi Céleste Hong Xiuquan, chef suprême des Taiping, de lui décerner le titre de « Seigneur des Dix Mille Ans », identique au titre de Hong Xiuquan, alors que lui, Yang Xiuqing, n'était jusque là que « Seigneur des Neuf Mille Ans ».

Hong Xiuquan fit semblant d'accepter la demande, tout en tergiversant. Mais il rappela aussitôt ses généraux fidèles, Wei Changhui, Shi Dakai, et Qin Rigang : le 2 septembre 1856, Yang Xiuqing et sa famille furent assassinés par Wei Changhui, le Roi du Nord, et Qin Rigang. Dans les trois mois qui suivirent, 20 000 à 30 000 partisans de Yang Xiuqing furent également massacrés.

L'assassinat de Yang Xiuqing : début de la désagrégation du mouvement Taiping[modifier | modifier le code]

Après l'assassinat de Yang Xiuqing et de ses partisans par Wei Changhui et Qin Rigang, en accord avec les préoccupations de Hong Xiuquan, une violente confrontation entre Wei Changhui et Shi Dakai eut lieu lorsque ce dernier parvint enfin à Nankin. Wei Changhui tenta alors d'assassiner Shi Dakai lui-même ; Shi Dakai parvint à s'échapper de justesse, mais revint aussitôt à la tête de son armée. Là, sous les murs de Nankin, il exigea de Hong Xiuquan la tête de Wei Changhui et de Qin Rigang. Il obtint satisfaction, et Wei Changhui ainsi que Qin Rigang furent alors eux-mêmes exécutés sur ordre de Hong Xiuquan. L'année d'après, déçu par la méfiance que lui témoignait Hong Xiuquan, Shi Dakai quitta les Taiping avec une armée de 100 000 hommes, pour ne plus revenir.

Cette série de meurtres est connue sous le nom de Massacre de Tianjing

On peut donc considérer que les intrigues de Yang Xiuqing ont été l'élément clé qui a détruit l'unité et le moral des Taiping, entraînant un affaiblissement qui leur sera finalement fatal.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]