Péninsule de Yamal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Yamal (péninsule))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Yamal.
Péninsule de Yamal
Carte de la péninsule de Yamal.
Carte de la péninsule de Yamal.
Localisation
Pays Drapeau de la Russie Russie
District autonome Iamalie
Coordonnées 70° nord, 70° est
Étendues d'eau Mer de Kara et golfe de l'Ob
Géographie
Superficie 120 000 km2
Longueur 700 km

Géolocalisation sur la carte : Russie

(Voir situation sur carte : Russie)
Péninsule de Yamal

Géolocalisation sur la carte : Iamalie

(Voir situation sur carte : Iamalie)
Péninsule de Yamal

La péninsule de Yamal (en russe : полуо́стров Яма́л) est une vaste péninsule russe de 120 000 km2 avançant sur environ 700 km dans l'océan Arctique depuis la Sibérie occidentale. Elle est mouillée, à l'ouest par la mer de Kara et la baie Baïdaratskaïa et, à l'est par le golfe de l'Ob. Elle fait partie du territoire du district autonome de Iamalo-Nénétsie. En nénètse, la langue de ses habitants autochtones, les Nénètses, Yamal signifie « extrémité du monde ».

La péninsule est une structure géologique très jeune (moins de 10 000 ans) dont le sol est essentiellement constitué de pergélisol.

Sur la péninsule, le mode de vie traditionnel nomade des éleveurs de rennes s'est maintenu mieux que partout ailleurs. Plusieurs milliers de Nénètses et de Khantys détiennent un cheptel total d'environ 500 000 rennes domestiques.

Les réserves de gaz naturel les plus importantes de Russie ont été découvertes dans la péninsule et sont actuellement exploitées par le géant gazier russe Gazprom. La péninsule est reliée à l'Europe par plusieurs gazoducs, dont l'un est appelé Yamal-Europe. L'exploitation de ces gisements ainsi que le réchauffement global font peser de graves menaces sur l'écosystème de cette région ainsi que le mode de vie traditionnel des Nénètses[1].

En mai 2007, un spécimen de bébé mammouth particulièrement bien conservé a été découvert par un éleveur de rennes. L'animal, une femelle, était âgé d'environ 6 mois au moment de sa mort[2].

En 2016, une épidémie d'anthrax a tué un enfant et 2 300 rennes. La bactérie aurait été libérée par la fonte du permafrost[3].

Références[modifier | modifier le code]