Yamal-Europe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Yamal.

Yamal-Europe
Image illustrative de l’article Yamal-Europe
Tracé du gazoduc
Informations géographiques
Pays Russie, Biélorussie, Pologne, Allemagne
Tracé Torjok - Lebus
Informations générales
Type de produits Gaz
Longueur 4 197 km
Propriétaire(s) Gazprom, EuRoPol Gaz, Gazprom Transgaz Belaru, WINGAS

Le Yamal-Europe est un gazoduc d'environ 4 000 km qui relie les gisements gaziers de la péninsule russe de Yamal à l'Europe de l'Ouest en traversant successivement la Biélorussie et la Pologne d'est en ouest.

Présentation[modifier | modifier le code]

Le Yamal-Europe est un gazoduc de près de 4 000 km, part de Torjok, en Russie, où il est relié au Northern Tyumen Region (SRTO), un autre gazoduc partant de la péninsule de Yamal. Il traverse ensuite la Pologne et la Biélorussie, jusqu'à son arrivé en Allemagne où il est relié au YAGAL-Nord, à Lebus, près deFrancfort-sur-l'Oder[1].

Au total 14 stations de compressions sont installées sur le trajet. La section russe est longue de 402 km, la biélorusse de 575 km, et la polonaise 683 km[2].

Sa construction a débuté en 1994, et il a atteint sa capacité maximale d'exploitation de 32.9 million de mètres au cube, en 2006[1].

Bénéficiaires[modifier | modifier le code]

Le gazoduc alimente certains pays d'Europe en gaz : l'Allemagne, les Pays-Bas, la Belgique et la Pologne[3].

Propriétaires[modifier | modifier le code]

La partie russe appartient à l'entreprise Gazprom qui l'exploite. Gazprom est aussi le propriétaire de la partie biélorusse, après avoir racheté la compagnie qui la possédait en 2010[4]. La partie polonaise est possédée et exploitée par EuRoPol Gaz S.A., une entreprise créé par les groupes polonais Polish PGNiG (48 % des actions) et Polish Gas-Trading S.A. (4 %), ainsi que Gazprom (48 %)[5]. La partie allemande appartient à WINGAS, une entreprise créé par Gazprom et Wintershall Holding GmbH[1].

Yamal-Europe II[modifier | modifier le code]

Yamal-Europe II était un projet de doublement du Yamal I, qui aurait permis à la Russie d'augmenter sa capacité de livraison à l'Europe de 66 à 77 Gm3/an. En plus de cela, le gazoduc aurait dû passer par la Biélorussie, la Pologne et la Slovaquie, évitant ainsi le transit par l'Ukraine, avec qui la Russie entretient des relations tendues.

Mais un autre projet de gazoduc Nord Stream ou North Transgas passant par le fond de la mer Baltique vers l'Allemagne, à partir de 2012, a conduit à l'abandon du projet[6].

Le projet a été proposé de nouveau en 2013, mais il fut aussi abandonné, suite à la baisse de la demande en gaz en Europe[7].

Bénéficiaires[modifier | modifier le code]

Le gazoduc alimente certains pays d'Europe en gaz : l'Allemagne, les Pays-Bas, la Belgique et la Pologne[3].

Environnement[modifier | modifier le code]

Outre les impacts liés à sa construction, ce gazoduc contribue à l'émission de gaz à effet de serre en Europe du Nord, d'aucuns arguant que c'est un moindre mal, le gaz polluant moins que le pétrole et le charbon (à service et énergie finale équivalente).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) « Yamal – Europe », sur gazprom.com (consulté le 11 aout 2018)
  2. (en) « Yamal – Europe Gas Pipeline », sur hydrocarbons-technology.com (consulté le 11 aout 2018)
  3. a et b (en) « Belarus Gas Pipelines », sur eegas.com (consulté le 11 aout 2018)
  4. (en) « Gazprom Transgaz Belarus », sur gazprom.com/ (consulté le 11 aout 2018)
  5. (en) Poland Customs, Trade Regulations and Procedures Handbook, Intl Business Pubns USA, , 300 p. (ISBN 978-1438739151, lire en ligne), p. 115
  6. « Poutine charge Gazprom du projet du gazoduc Yamal-Europe 2 », sur fr.sputniknews.com, (consulté le 11 aout 2018)
  7. (en) « RUSSIA BRINGS BACK YAMAL – EUROPE-2 PIPELINE PROJECT », sur processingmagazine.com, (consulté le 11 aout 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]