Xénophon d'Éphèse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Xénophon (homonymie).
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section ne s'appuie pas, ou pas assez, sur des sources secondaires ou tertiaires (octobre 2013).

Pour améliorer la vérifiabilité de l'article, merci de citer les sources primaires à travers l'analyse qu'en ont faite des sources secondaires indiquées par des notes de bas de page (modifier l'article).

Xénophon d'Éphèse, dit aussi Xénophon le Jeune, est l'un des premiers romanciers grecs, auteur du roman intitulé les Éphésiaques. Il aurait vécu au IIe ou au IIIe siècle.

Notice historique[modifier | modifier le code]

Il serait natif d'Éphèse. Il n'est connu que par son roman les Éphésiaques, en cinq livres, qui narre les épreuves endurées par un jeune couple d'Éphésiens, Habrocomès et Antheia. On peut y reconnaître la passion d'Isis et d'Osiris. Roméo et Juliette puise ses origines dans une série d'histoires d'amour tragiques remontant à l'Antiquité, comme le mythe de Pyrame et Thisbé relaté dans les Métamorphoses d'Ovide : comme chez Shakespeare, les parents des deux amants se haïssent, et Pyrame croit à tort sa bien-aimée morte[1]. La pièce présente également des points communs avec les Éphésiaques de Xénophon d'Éphèse, rédigées au IIIe siècle, comme la séparation des amants et la présence d'une potion induisant un sommeil ressemblant à la mort[2].

Ce roman a été imprimé en grec et en latin, à Londres en 1726, in-4°, puis M. Jourdan[réf. nécessaire] de Marseille en a donné une traduction française en 1748.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Halio, p. 93.
  2. Gibbons, p. 33.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]