William Van Remoortel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
William Van Remoortel
Fonctions
Suppléant de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe
-
Suppléant de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe
-
Sénateur
Député
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
UccleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de

William Paulin Louis Van Remoortel, né à Spy le et mort à Uccle le fut un homme politique belge, membre du Parti des anciens combattants, du Parti socialiste belge puis de l'Union nationale des indépendants.

Biographie[modifier | modifier le code]

Docteur en droit (ULB, 1910), Van Remoortel s'inscrivît au barreau de Bruxelles comme stagiaire d'Edmond Picard. Volontaire de guerre dès octobre 1914, il combattit dans le 2e régiment des guides et dans le corps des premières auto-mitrailleuses. Il en revint avec 5 chevrons de front et la Croix de guerre avec citation.

Avocat près la cour d'appel de Bruxelles, il fut élu député de Bruxelles (1919-1925) d'abord pour le Parti des anciens combattants, période pendant laquelle il fit voter la dotation du Combattant. Non réélu en 1925, il rallia par la suite le Parti ouvrier belge, ce qui lui permit de siéger au Sénat de 1937 à 1961, d'abord en remplacement de Guillaume Solau, et devint également conseiller communal à Bruxelles.

En 1961, n'ayant pas obtenu l'investiture du Parti socialiste belge à la place qu'il souhaitait, il rejoint l'Union nationale des indépendants, un parti poujadiste, sous la bannière duquel il se présente comme tête de liste à la Chambre[1]. Il avait obtenu 1.532 voix sur la liste PSB au Sénat en 1958, il en obtient 1.310 à la tête de la liste UNI (en cartel avec le Parti social indépendant, formation de même nature) à la Chambre en 1961[2].

Activités coloniales[modifier | modifier le code]

Intéressé par l'Afrique, il effectua la traversée du Caire au Cap dès 1914 et fit un premier séjour au Katanga. Durant la Seconde Guerre mondiale, il vécut à Léopoldville (1942-44). Il y fut notamment président de la Croix-Rouge du Congo belge. Après la Libération, il devint vice-président de la Commission des Colonies au Sénat. Il fut vice-président et rapporteur de la mission sénatoriale au Congo (1947). Il fut président de la Société de crédit au colonat et à l'industrie de 1947 à 1959, du Fonds du bien-être indigène (1954-58) et administrateur du FOREAMI et du Fonds social du Kivu.

Activités internationales[modifier | modifier le code]

William Van Remoortel fut délégué du gouvernement aux Conférences internationales du Travail à Paris, à Montréal et à Genève, rapporteur de plusieurs conventions et recommandations en matière de politique sociale dans les territoires dépendants, délégué gouvernemental à l'Assemblée générale de l'ONU et expert du BIT. Il siégea dans les assemblées parlementaires du Conseil de l'Europe, du Benelux, de l'UEO et de l'OTAN et fut administrateur du Fonds culturel de l'Europe et gouverneur de la Fondation européenne de la Culture. Il fut rapporteur de la loi qui créa le Conseil d'État.

Généalogie[modifier | modifier le code]

  • Fils de Charles et Jeanne Spaak;
  • Il épousa Alice Goldzieher.
    • Ils eurent une fille Myriam (1921-2001) et un fils Edouard (1926-1977).

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Francis Balace, De l'avant à l'après-guerre, l'extrême droite en Belgique francophone, De Boeck Supérieur, Bruxelles, 1994 (ISBN 9782804118785) p.151
  2. Michel Géoris-Reitshof, L'extrême-droite et le néo-fascisme en Belgique, P. de Meyère, 1962 pp.52-53