Wilhelm Raabe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Raabe.
Wilhelm Raabe
Wilhelm Raabe.jpg

Wilhelm Raabe.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
BrunswickVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Wilhelm Karl RaabeVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Jakob CorvinusVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinctions
Ordre bavarois de Maximilien pour la science et l'art (en)
Docteur honoris causa de l'université Humboldt de Berlin (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Wilhelm Raabe, né le 8 septembre 1831 à Eschershausen (Basse-Saxe) et mort le 15 novembre 1910 à Brunswick (Basse-Saxe), est un écrivain allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Wilhelm Raabe est le fils du fonctionnaire de justice Gustav Karl Maximilian Raabe (1800-1845) et de Johanne Auguste Frederike Jeep (1807-1874). Il nait dans la petite ville de Eschershausen, dans le Weserbergland (Basse-Saxe) et passe son enfance à Holzminden et à Stadtoldendorf. Après la mort de son père, sa famille s'installe à Wolfenbüttel.

Ses premières œuvres sont signées sous le nom de plume, « Jakob Corvinus ». Il connaît le succès dès son premier roman Die Chronik der Sperlingsgasse (La Chronique de la rue aux moineaux, 1857). Il écrit par la suite de nombreux autres romans, tels que Die Leute aus dem Walde (Les Gens de la forêt, 1863), Der Hungerpastor (Le Pasteur famélique, 1864), Abu Telfan (1867), Deutscher Mondschein (Clair de lune allemand, 1873) et Stopfkuchen (Gros Gourmand, 1891). Son style combine un réalisme pessimiste avec un humour à la Dickens. Il fut également peintre.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Die Chronik der Sperlingsgasse, 1856
  • Ein Frühling, Der Weg zum Lachen, 1857
  • Die alte Universität, Der Student von Wittenberg, Weihnachtsgeister, Lorenz Scheibenhart, Einer aus der Menge, 1858
  • Die Kinder von Finkenrode, Der Junker von Denow, Wer kann es wenden?, 1859
  • Aus dem Lebensbuch des Schulmeisterleins Michel Haas, Ein Geheimnis, 1860
  • Auf dunkelm Grunde, Die schwarze Galeere, Der heilige Born, Nach dem großen Kriege, 1861
  • Unseres Herrgotts Kanzlei, Das letzte Recht, 1862
  • Eine Grabrede aus dem Jahre 1609, Die Leute aus dem Walde, Holunderblüte, Die Hämelschen Kinder, 1863
  • Der Hungerpastor, Keltische Knochen, 1864
  • Else von der Tanne, Drei Federn, 1865
  • Die Gänse von Bützow, Sankt Thomas, Gedelöcke, 1866
  • Abu Telfan; oder Heimkehr aus dem Mondgebirge, 1867
  • Theklas Erbschaft, 1868
  • Im Siegeskranze, 1869
  • Der Schüdderump, Der Marsch nach Hause, Des Reiches Krone, 1870
  • Der Dräumling, 1872
  • Deutscher Mondschein, Christoph Pechlin, 1873
  • Meister Autor oder Die Geschichten vom versunkenen Garten, Höxter und Corvey, 1874
  • Frau Salome, Vom alten Proteus, Eulenpfingsten, 1875
  • Die Innerste, Der gute Tag, Horacker, 1876
  • Auf dem Altenteil, 1878
  • Alte Nester, Wunnigel, 1879
  • Deutscher Adel, 1880
  • Das Horn von Wanza, 1881
  • Fabian und Sebastian, 1882
  • Prinzessin Fisch, 1883
  • Villa Schönow, Pfisters Mühle, Zum wilden Mann, Ein Besuch, 1884
  • Unruhige Gäste, 1885
  • Im alten Eisen, 1887
  • Das Odfeld, 1888
  • Der Lar, 1889
  • Stopfkuchen, 1891
  • Gutmanns Reisen, 1892
  • Kloster Lugau, 1894
  • Die Akten des Vogelsangs, 1896
  • Hastenbeck, 1899
  • Altershausen (Fragment), 1902 (publication 1911)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :