Water (album de Gregory Porter)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Water.
Water
Album de Gregory Porter
Sortie
Enregistré -
Durée 69:08
Genre Jazz, soul, RnB
Producteur Kamau Kenyatta
Label Motéma Music

Albums de Gregory Porter

Water est le titre du premier album du chanteur américain Gregory Porter. Il est sorti le sous le label Motéma Music. Cet album marque le début de la carrière de Gregory Porter aux États-Unis avec une nomination pour le Grammy Awards du Meilleur album de jazz vocal en 2011. Water est également un succès critique. Gregory Porter est ainsi élevé au rang de prochaine grande star masculine du jazz.

Composition[modifier | modifier le code]

L'album est enregistré entre le 19 août et le 20 août 2009[1]. La plupart des titres traitent d'histoires d'amours tristes comme Illusion et Pretty [2] ou bien protestent pour les droits civiques des afro-américains comme 1960 What?, qui retrace les émeutes de Détroit en 1967[N 1]. Gregory Porter reprend également Black Nile du saxophoniste Wayne Shorter en y ajoutant des paroles[1]. Il signe aussi une interprétation a cappella de Feeling Good, rendu célèbre par Nina Simone notamment[3].

Accueil[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, Water sort le . Il entre au Billboard Top Jazz Albums à la 40e place et y reste deux semaines[4]. Le journaliste américain Michael G. Nastos affirme sur AllMusic que Gregory Porter chante « avec une grande conviction […] dans chaque titre »[1]. Il le présente même comme « la future grande star masculine du jazz »[1]. En 2011, le chanteur est nommé aux Grammy Awards dans la catégorie Meilleur album de jazz vocal pour Water[5]. Gregory Porter rencontre également un succès naissant outre-Atlantique. Au Royaume-Uni, Kevin Le Gendre de BBC est impressionné par l'interprétation « forte en émotions » dégagée par Feeling Good[3]. En France, on parle d'un « album fluide et prometteur »[2]. Le , Gregory Porter est invité par TSF Jazz pour promouvoir un « album magnifique » selon la radio[6].

Promotion[modifier | modifier le code]

Gregory Porter entame une série de concerts au cours de l'année 2011[7]. Il parcourt les États-Unis et certains pays d'Europe comme la France, les Pays-Bas et le Royaume-Uni. Pendant sa tournée anglo-saxonne, Gregory Porter fait la connaissance de Jools Holland et de Jamie Cullum[7],[8].

Liste des pistes[modifier | modifier le code]

No Titre Auteur(s) Durée
1. Illusion Gregory Porter 3:03
2. Pretty Gregory Porter 6:20
3. Magic Cup Gregory Porter 6:12
4. Skylark 8:19
5. Black Nile Wayne Shorter 4:56
6. Wisdom Daniel Jackson et Gregory Porter 9:31
7. 1960 What? Gregory Porter 12:27
8. But Beautiful 5:35
9. Lonely One Gregory Porter 5:42
10. Water Gregory Porter 4:02
11. Feeling Good Anthony Newley 3:01
69:08

Crédits album[modifier | modifier le code]

Musiciens[modifier | modifier le code]

  • Gregory Porter - voix principale
  • Kafele Bandele - trompette
  • Chip Crawford - piano, arrangeur
  • Emanuel Harrold - percussions
  • Aaron James - contrebasse
  • Chuck McPherson - percussions
  • Yosuke Sato - saxophone
  • James Spaulding - saxophone
  • Robert Stringer - trombone
  • Curtis Taylor - trompette
  • Melvin Vines - trompette

Production[modifier | modifier le code]

  • Geoff Countryman - ingénieur du son
  • Kamau Kenyatta - producteur, arrangeur
  • Tyler McDiarmid - ingénieur du son

Design[modifier | modifier le code]

  • Kaitlin Doorley - direction artistique
  • Jim Lafferty - photographie
  • Siddhartha Mitter - textes sur la pochette

Composition[modifier | modifier le code]

  • Gregory Porter
  • Daniel Jackson
  • Anthony Newley
  • Wayne Shorter

Classements de l'album[modifier | modifier le code]

Pays Classement
Drapeau des États-Unis États-Unis Billboard Top Jazz Albums 40[4]
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas MegaCharts 40[9]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dans les paroles de 1960 What?, Gregory Porter chante « The Motor City is burning » en faisant référence au surnom de Détroit pendant le mouvement des droits civiques aux États-Unis.

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) Michael G. Nastos, « Gregory Porter – Water », sur AllMusic (consulté le 29 août 2013).
  2. a et b Sophie Chambon, « Gregory PORTER: Water », sur Les Dernières Nouvelles du Jazz.com, (consulté le 29 août 2013).
  3. a et b (en) Kevin Le Gendre, « Gregory Porter – Water Review », sur BBC.co.uk, (consulté le 29 août 2013).
  4. a et b (en) « Gregory Porter – Chart History », sur Billboard.com (consulté le 29 août 2013).
  5. (en) Patrick Jarenwattananon, « Several Jazz Surprises In The 2011 Grammy Award Nominations », sur NPR.org, (consulté le 29 août 2013).
  6. David Koperhant, « Gregory Porter, Live à TSFjazz », sur TSF Jazz.com, (consulté le 29 août 2013).
  7. a et b (en) « Acclaimed Vocalist Gregory Porter Offers up Another Round of Soulful Jazz on Be Good », sur Motéma.com (consulté le 29 août 2013).
  8. Christophe Passer, « Gregory Porter, velours neuf », sur L'Hebdo.ch, (consulté le 3 juillet 2012).
  9. (nl) « Gregory Porter », sur Dutch Charts.nl (consulté le 4 janvier 2014).

Liens externes[modifier | modifier le code]