Wade Whaley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le jazzband de Kid Ory, photographie parue dans le Chicago Defender, 1922. De gauche à droite : Mutt Carey, Slocum Mitchell, Fred Washington, Wade Whaley, Kid Ory et Ben Borders.

Wade Whaley, né le à La Nouvelle-Orléans en Louisiane et mort en février 1968 à Brooklyn, est un clarinettiste américain connu pour être un des pionniers du jazz à Los Angeles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Wade commence par la contrebasse et la guitare avant de passer à la clarinette. En 1916, il suit des cours auprès de Lorenzo Tio junior à La Nouvelle-Orléans et fait ses premières apparitions au Temple Theater avec l'orchestre d'Armand Piron (en). Il joue dans divers jazzbands locaux[1] et dans le Crescent City Orchestra de Jack Carey (1889-1934)[2] en 1918 avec Mutt Carey, frère de Jack[3], et John Robichaux[4].

En 1917, Jelly Roll Morton fait venir Buddy Petit, Wade et Frankie Dusen à Los Angeles pour intégrer son groupe[5] C'est là qu'ont lieu en 1918 les premiers enregistrements avec Jelly Roll Morton, Reb Spikes, Mutt Carey et Kid Ory — enregistrements considérés aujourd'hui comme introuvables[6]. Il revient ensuite à La Nouvelle Orléans, puis en 1918, il suit Kid Ory à Los Angeles[7].

De 1919 à 1925, Wade joue à Los Angeles dans le groupe de Kid Ory, Orys Creole Jazz Band, avec Mutt Carey[8]. Il ne participe cependant pas aux enregistrements de Kid pour Sunshine Records en 1921 où il est remplacé par Dink Johnson (en)[1]. À partir de 1925, alors à San Francisco, il dirige le jazzband Black & Tan Jazz Hounds (aussi appelé Black & Tan Syncopators). Au début des années 1930, il joue au Capitol Burlesque Hall de San Francisco. Vers 1934, il est employé sur un chantier naval à San José. Il dirige à cette époque son groupe à San Francisco avec Earl Watkins pour batteur[9]. Ce n'est qu'en 1943 et 1944 qu'il participe à des enregistrements de morceaux de jazz avec Kid Ory, Floyd O'Brien (en), Fred Washington, Frank Pasley, Red Callender et Lee Young (en)[10]. Après la mort de Jimmie Noone en 1944, il lui succède à la clarinette dans l'émission radiophonique d'Orson Welles, The Orson Welles Almanac (en)[11].

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Kid Ory's Creole Jazz Band - Kid Ory's Creole Jazz Band, LP, compilation, folklyric records, 1975[12].
  • The Mercury All-Stars Jazz Combination - Kid Ory 1944, LP, compilation, Joy Records, 1981[12].
  • Bunk Johnson - In San Francisco, CD, compilation, American Music, 1994[12].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en)Classic Jazz: A Personal View of the Music and the Musicians, Floyd Levin, University of California Press, 2000.
  2. Sacramento New Orleans Hot Jazz Society, 1972
  3. (en)The Biographical Encyclopedia of Jazz, Leonard Feather et Ira Gitler, Oxford University Press, New York, 1999.
  4. Samuel Charters: A Trumpet Around the Corner: The Story of New Orleans Jazz, University Press of Mississippi, 2008, p. 57.
  5. (en) Stephanie Barron, Sheri Bernstein, Ilene Susan Fort : Reading California: Art, Image, and Identity, 1900–2000, University of California Press, 2000, p. 156.
  6. (en) George Lipsitz : How Racism Takes Place, Temple University Press, 2011, page 220
  7. (en)Thomas J. Hennessey : From Jazz to Swing: African-American Jazz Musicians and Their Music, 1890–1935, Wayne State University Press, 1994, p. 35.
  8. (en) Daniel Hardie: Exploring Early Jazz: The Origins and Evolution of the New Orleans Style. 2002, S. 132.
  9. (en) Leta E. Miller : Music and Politics in San Francisco: From the 1906 Quake to the Second World War, University of California Press, 2011, p. 174.
  10. (en) Tom Lord The Jazz Discography,
  11. (en) Simon Callow : Orson Welles, Volume 2: Hello Americans. 2011, p. 206
  12. a b et c (en) « Wade Whaley », sur discogs.fr (consulté le 27 novembre 2016)