Vladimir Makanine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Vladimir Makanine

Description de cette image, également commentée ci-après

Vladimir Makanine à Bilbao en 2011

Naissance (78 ans)
Orsk
Drapeau de la République socialiste fédérative soviétique de Russie RSFS de Russie
Drapeau de l'URSS Union soviétique
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture russe

Vladimir Semionovitch Makanine, né le à Orsk, dans la RSFS de Russie (Union soviétique), est un écrivain russe.

Il a reçu le prix Booker russe en 1993 et le Prix européen de littérature en 2012.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1965, il est mathématicien, puis réalisateur[1]. Il prend des cours de rédaction et devient lecteur à la maison d’éditions Sovietski pissatel’' (L’Écrivain soviétique).

Il commence à publier ses récits et romans à la fin des années 1960. Il appartient à l’École de Moscou qui dépeint le grotesque de la vie quotidienne et les traits psychiques de personnages qui s'éloignent de la doctrine artistique officielle du réalisme socialiste.

Considéré comme un « classique vivant », il fait vivre dans une société moribonde des héros en panne, en mal de reconnaissance[2].

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • La Ligne droite (1965)
  • La Perte (1989)
  • Le Précurseur (1989)
  • La Brèche (1991) - réed. 2007[3]
  • Le Citoyen en fuite (1991)
  • La route est longue, suivi d’Une table avec tapis et carafe au milieu (1994)
  • Underground ou un héros de notre temps (2002) : l’écrivain Pétrovitch (en partie inspiré de l’auteur), interdit de publication à l’époque soviétique, ne peut se remettre à écrire après la chute du communisme[4].
  • Le Prisonnier du Caucase (2005), recueil de quatre nouvelles[5]
  • La Frayeur (2009)
  • Assan (2013)

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de Vladimir Makanine sur le site du Centre national du Livre
  2. Pascale Haubruge, « Vladimir Makanine sait que si l’herbe fait du bruit, l’arbre a le temps pour lui », Le Soir, , lire ici
  3. Résumé et critique sur le site du Matricule des anges, lire ici
  4. « La Vodka des causes perdues », interview par Jean-Pierre Thibaudat, Libération, , lire ici
  5. André Clavel, « Vladimir Makanine : portrait », in L’Express, , lire ici
  6. « Prix Européen de Littérature », sur Prix Européen de Littérature

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]