Village des Arts de Dakar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Village des Arts de Dakar
Image dans Infobox.
Les abords du Village des Arts.
Présentation
Type
Ouverture
Localisation
Adresse
Coordonnées

Le Village des Arts de Dakar, est un lieu dédié aux arts et en particulier à l'art contemporain, situé à Dakar au Sénégal[1],[2],[3],[4]. Il a été inauguré le [5].

Historique[modifier | modifier le code]

Le premier Village des Arts est à l'origine un simple squat initié en 1977 à Dakar par El Hadji Sy dans un campement militaire abandonné. Il est très vite rejoint par près de huit dizaines d'étudiants fraîchement diplômés et professeur de l'Institut national des arts du Sénégal tout proche, qui y voient l'occasion de créer leur propre studio de travail, et qui pour certains y emménagent avec leur famille, malgré l'absence d'eau courante et d'électricité. Le village est géré par la collectivité sous l'autorité d'un « chef de village ». Perçu comme non officiel, le Village, qui accueille des peintres, dessinateurs, photographes et sculpteurs de la seconde génération post-coloniale d'artistes du Sénégal, est de fait un lieu de recherche et d'expérimentation qui symbolise une contre-culture en rupture avec la très officielle Cité des Arts, subventionnée par le gouvernement[6] et représentative de l'« École de Dakar ». Il accueille des concerts et des expositions, tandis qu'artistes et visiteurs échangent sur l'art au sein des ateliers ouverts. Le Village acquiert une dimension mythique dans l'histoire des arts du Sénégal.

Toutefois, en 1983, Abdou Diouf fait raser le village, arguant que la priorité du Sénégal est le développement économique[7]. Il en reconstruira la version actuelle en 1998.

Localisation[modifier | modifier le code]

Il se trouve sur la route de l’aéroport international Léopold Sédar Senghor, entre le stade Léopold Sédar Senghor et le pont du CICES. Le Village des Arts a été créé sur l'ancien camp des travailleurs chinois ayant participé à la construction du stade[8].

Description[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative de l'inauguration en 1998.
Exposition temporaire.
Ateliers d'artistes.

Le village des arts comprend cinquante-deux ateliers. Toutes les disciplines des arts visuels y sont représentées (peinture, sculpture, céramique, photographie, vidéo, installation, etc.). Le Village est doté d’une galerie d'environ 300 m2, une des meilleures cimaises de Dakar, qui reçoit toute l’année des expositions.

Mis à la disposition de la communauté des artistes plasticiens par l’État du Sénégal depuis 1998, le village des arts est géré conjointement par le Ministère de la Culture et du Patrimoine Historique Classé et le Comité des Artistes Résidents.

Programmation annuelle[modifier | modifier le code]

Dans ses programmes annuels, le comité des artistes résidents a réalisé plusieurs workshops et expositions :

  • 1992- 2006 : Workshop amitié des couleurs LOSITO Sénégal – Autriche[9] ;
  • 2003 : Workshop solidarité I et expo à la galerie nationale des arts de Dakar ;
  • 2004 : workshop solidarité II et expo à la galerie Léopold. S. SENGHOR ;
  • 2003-2004 : workshop et expo HUMANIT ART avec le CICR à la galerie L.S.S du Village des Arts ;
  • 2003-2005 : plusieurs expositions ont été tenues par les écoles françaises de Dakar à la Galerie L.S.S du Village des Arts ;
  • 2000-2006 : l’ASBL « Arts sans frontière » de Liège (Belgique), a réalisé de nombreuses expositions avec le village des arts ;
  • 2006 : Participation au projet Birdinwest ;
  • 2007 : Activités avec les élèves du collège Damel de Grand Yoff en partenariat avec une ONG sénégalo-américaine (SENECORPS) et le Mouvement International pour la Paix entre les Peuples (M.I.P.P).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Grabski, p. 2307.
  2. Marie-Laure Bernadac et Simon Njami, Africa remix : l'art contemporain d'un continent : exposition présentée au centre Pompidou, Galerie 1, du 25 mai au 8 août 2005, Editions du Centre Pompidou, (lire en ligne)
  3. (en) John Parker et Richard Reid, The Oxford Handbook of Modern African History, OUP Oxford, , 560 p. (ISBN 978-0-19-166755-8, lire en ligne)
  4. Mamadou Lamdou Touré, Dakar : hier, aujourd'hui et demain, Doro Editions, (lire en ligne)
  5. « Village des arts de Dakar : un lieu de retraite favorable à la création », sur www.servicepublic.gouv.sn, (consulté le ) : « Sur une stèle située à l'entrée avant le grand baobab, il est noté que le village a été inauguré le 23 avril 1998 par le Premier Ministre d'alors, Habib Thiam, et le Ministre de la Culture de l'époque, Abdoulaye Elimane Kane. »
  6. Grabski, p. 235-236.
  7. Schmidt-Linsenhoff, p. 280.
  8. (en) Ugochukwu-Smooth Nzewi et Thomas Fillitz, Dak'Art : The Biennale of Dakar and the Making of Contemporary African Art, Routledge, , 216 p. (ISBN 978-1-000-18563-8, lire en ligne)
  9. « Xew Xewu Guneyi: L'Union européenne et le Sénégal, ensemble pour la jeunesse », sur www.bmeia.gv.at (consulté le )

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Joanna Grabski, Art World City : The Creative Economy of Artists and Urban Life in Dakar, Indiana University Press, , 328 p. (ISBN 978-0-253-02622-4, lire en ligne)
  • (en) Viktoria Schmidt-Linsenhoff, « The Court in Dakar. Political Aesthetics in the Post-Colony », dans Gabriele Genge, Angela Stercken, Art History and Fetishism Abroad: Global Shiftings in Media and Methods, (ISBN 9783839424117, lire en ligne), p. 280.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :