Vernalisation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La vernalisation est une période de froid subie par une plante ou une graine nécessaire pour la faire passer du stade végétatif au stade reproductif, c'est-à-dire à la germination et à la fleuraison. Certains laboratoires disposent de serres ou fosses équipées pour une « vernalisation contrôlée ».

Vernalisation et stratification sont deux notions différentes, bien que souvent confondues : la vernalisation est le phénomène biologique, alors que la stratification est un procédé technique permettant de lever la dormance ; la stratification froide étant un procédé permettant d'imiter artificiellement les conditions hivernales pour initier la germination.

Histoire[modifier | modifier le code]

On sait depuis les travaux de John H. Klippart (en) (1857), de Conrad von Seelhorst (de) (1898), de Johann Gustav Gassner (1918) et Trofim Lyssenko (1928) que les céréales dites d'hiver exigent une exposition de leurs semences en germination ou de leurs plantules à des températures basses pour arriver à épiaison.

C'est Lyssenko qui donna un nom au phénomène, en russe d'abord (yarovizatsiya, sur la base de яровой, yarovoe) , puis dans sa traduction française et anglaise, vernalisation/vernalization. En synonyme de vernalisation on trouve aussi le calque du russe soit Iarovisation ou javorisation. des auteurs français ont pu utiliser le terme printanisation[1].

Mécanismes[modifier | modifier le code]

La vernalisation a été étudiée chez l'arabette des dames (Arabidopsis thaliana), le paragraphe suivant détaille les mécanismes moléculaires de la vernalisation chez cette espèce.

En absence de vernalisation, les gènes permettant la floraison sont bloqués par le facteur de transcription FLC (pour Flowering Locus C). Lorsque la plante est exposé au froid, une protéine VIN3 va désacétyler les histones H3 et H4 au locus FLC, ce qui initie la répression de FLC. Pour maintenir cette répression, des protéines VRN1 et VRN2 vont méthyler l'histone H3[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Chouard, VERNALIZATION AND ITS RELATIONS TO DORMANCY, ANNUAL REVIEW OF PLANT PHYSIOLOGY AND PLANT MOLECULAR BIOLOGY,Volume: 11, Pages: 191-238, 1960
  2. Manoël Prouteau et Vincent Colot, « Contrôles épigénétiques, développement et variation génétique naturelle chez les plantes », Médecine/Sciences, vol. 21, no 4,‎ , p. 422–427 (lire en ligne)