VAX

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Logo du Digital VAX 11

La famille d'ordinateurs VAX-11 (ou simplement VAX) conçue au sein de la société Digital Equipment Corporation (DEC) par Gordon Bell, Bill Demmer, Richie Lary, Steve Rothman et Bill Strecker à partir de 1975 connut un très grand succès. Cette gamme se positionnait comme les successeurs des PDP-11 dont les premiers modèles gardent un mode compatible. D'ailleurs le nom VAX signifie Virtual Address eXtension (Extension de l'adressage virtuel), faisant référence au faible espace d'adressage mémoire disponible sur le PDP-11 (64 ko de base). Les VAX, archétype des machines CISC, sont probablement les ordinateurs qui ont été les plus étudiés dans la littérature informatique. Cette gamme n'est plus fabriquée aujourd'hui.

Architecture[modifier | modifier le code]

Les VAX reprennent l'architecture du PDP-11 mais la rendent orthogonale en simplifiant le nombre de formats des instructions pour le réduire de 7 à 2, mais pas le nombre d'instructions qui dépasse les 300. Les VAX sont 32 bits et d'architecture little-endian.

Le premier modèle est le VAX-11/780, dont l'étude commence en 1975 et qui sera commercialisé à partir de 1977. C'est une architecture microprogrammée doté d'un pipeline à trois niveau (fetch, decode, execute).

Les différents modèles sont couramment dénommés 11/730, 11/750, 11/780 etc. Ensuite viendront de nouvelles gammes (6000, 7000, 8000, 9000, 10000). Certains modèles pouvaient être multiprocesseur et/ou dotés d'un processeur vectoriel. Les technologies utilisées : TTL (MSI), puis ECL, et MOS.

Le modèle 11/780 fourni un bon exemple d'architecture de cette famille. Il est composé de :

  1. un processeur ;
  2. un bus principal, le SBI - Synchronous Backplane Interconnect ;
  3. des contrôleurs mémoire ;
  4. des adaptateurs de bus (UNIBUS ou MASSBUS par exemple) ;
  5. des périphériques (disques durs, dérouleurs de bandes magnétiques, terminaux, etc.)
  6. un sous-système basé sur un LSI-11 pour servir de console.
Architecture du VAX-11/780.

La gamme des VAX sera ultimement remplacée par des ordinateurs à base du microprocesseur RISC 64 bits « Alpha ».

Bus[modifier | modifier le code]

Mio de mémoire pour un VAX 8600.

Le premier bus du fond de panier employé est appelé SBI pour Synchronous Backplane Interconnect. Il permet de relier le processeur à la mémoire par l'intermédiaire d'un contrôleur. Divers adaptateurs de bus d'entrées/sorties permettent la connexion de différents types de périphériques. Les deux bus principaux utilisés sur le modèle 11/780 sont l'UNIBUS et le MASSBUS. La présence d'un adaptateur UNIBUS n'est pas une surprise pour une machine qui se voulait compatible avec le PDP-11.

Les modèles plus récents définiront de nouveaux bus, surtout destinés à augmenter le débit entre le processeur et la mémoire centrale, par exemple :

  • le modèle 8200 (1986) introduit le VAXBI, opérant à 200 ns de temps de cycle.
  • en 1988, le 6200 possède un bus nommé XMI, le VAXBI sert de bus d'entrées/sorties.

Registres[modifier | modifier le code]

Les VAX possèdent 16 registres de 32 bits, nommés R0 à R15, dont certains ont des fonctions spéciales :

  • PC (Program Counter) = R15 : pointeur d'instruction ;
  • SP (Stack Pointer) = R14 : pointeur de pile ;
  • FP (Frame Pointer) = R13 : pointeur de cadre ;
  • AP (Argument Pointer) = R12 : Pointeur de paramètres (R12).

L'état du processeur est stocké dans un registre appelé PSL pour Processor Status Longword.

Types de données[modifier | modifier le code]

Le nombre de types de données est impressionnant : cela va de la structure la plus simple (un octet) aux plus complexes (des listes chaînées). Néanmoins, le jeu d'instructions étant orthogonal (au moins en ce qui concerne les types entier et flottant), cela n'est pas un problème.

Le VAX possède de très nombreux types de données. La valeur entre parenthèses est la longueur du type en bits

Jeu d'instructions[modifier | modifier le code]

Les instructions sont codées de façon simple :

  • un opcode (un ou deux octets) :
 7                           0
+---+---+---+---+---+---+---+---+
|       code opération          |
+---+---+---+---+---+---+---+---+


 15                           8   7                           0
+---+---+---+---+---+---+---+---+---+---+---+---+---+---+---+---+
|       code opération          |           FC - FF             |
+---+---+---+---+---+---+---+---+---+---+---+---+---+---+---+---+
  • une suite de spécifications d'opérandes (jusqu'à 6) :
Code opération
Spécification opérande 1
Spécification opérande 2
Spécification opérande 3
Spécification opérande n

Par exemple, si l'opérande est un registre, la spécification sera décrite comme ceci :

 7                           0
+---+---+---+---+---+---+---+---+
|      mode     |   registre    |
+---+---+---+---+---+---+---+---+

la partie gauche de l'octet spécifie le mode d'adressage (cf. ci-dessous) tandis que la partie droite indique le numéro du registre.

Modes d'adressages[modifier | modifier le code]

Ils sont décrits dans la table ci-dessous :

Mode Symbole
Immédiat #constante
Registre Rn
Registre indirect (Rn) Indexé [Rx]
Autodécrément -(Rn)
Autoincrément (Rn)+
Autoincrément indirect @(Rn)+
Absolu @#adresse
Déplacement D(Rn)
Déplacement indirect @D(Rn)

Rx ne peut être le registre 14.

Exemples[modifier | modifier le code]

  • L'instruction « ADDL3 8(R6), (R7)+, R8 » sera encodée en mémoire comme ceci :
C1 ; ADDL3
A6 ; mode déplacement (compté en) octet(s), registre 6
08 ; valeur du déplacement
87 ; mode indirecte post-incrémenté, registre 7
58 ; mode registre direct, registre 8
  • L'instruction « INCB (r2)[R3] » :
96 ; INCB
43 ; mode indexé, registre 3
62 ; mode indirect, registre 2
  • L'instruction « MOVW #0x200, R3 » :
B0 ; MOVW
8F ; mode immédiat
00 ; bits de poids faible de 0x200
02 ; bits de poids fort de de 0x200
53 ; registre 3

Liste des modèles[modifier | modifier le code]

Ci-dessous la liste des principales machines basées sur les bus UNIBUS, MASSBUS, VAXBI et XMI, étant omises les machines à base du bus QBUS (gamme MicroVAX et VAXstation) :

modèle année techno tcycle μcode cache bus perf pdp
11/780 1978 TTL 200 ns 6 k × 99 8 k B+U/M 100 % o
11/750 1980 TTL 320 ns 6 k × 80 4 k B+U/M 60 % o
11/730 1982 TTL 290 ns 16 k × 24 n B+U 25 % o
11/782 1982 11/780 biprocesseur, mémoire partagée
11/785 1984 TTL 133 ns  ? 32 k B+U/M 150 % o
8600 1984 ECL 80 ns 8 k × 39 16 k B+U/M ×4 o
8650 1985 NMOS 55 ns  ?  ? V ×6 n
8200 1986 NMOS 200 ns 16 × 39 8 k V 100 % n
8300 1986 8200 biprocesseur
8700 1986 ECL 45 ns 16 k × 144  ? V ×6 n
8800 1986 8700 biprocesseur
8500 1986  ?  ?  ?  ?  ? ×3 n
8250 1987  ? 160 ns  ?  ? V 120 % n
6200 1988 CMOS 80 ns  ? 256 k X/V ×2,8 n
6300 1988 CMOS 60 ns  ?  ? X/V ×4 n
6400/400 1989 CMOS 28 ns (+v) 1,7 k × 45 2 k + 128 k  ? ×7 n
9000 1989 ECL 16 ns (+v)  ? 128 k X ×30-40 n
4000/300 1990 CMOS  ?  ? 2 k + 128 k  ? ×8 n

Légende :

  • Bus : U pour UNIBUS, M pour MASSBUS, V Pour VAXBI, X pour XMI
  • Tcycle +v signifie qu'un processeur vectoriel est une option possible.
  • La colonne μcode indique la taille de la mémoire contenant le microcode, hauteur × largeur, en bits.
  • pdp, oui ou non, selon la compatibilité.

Systèmes d'exploitation[modifier | modifier le code]

Le système mis au point par DEC se nomme VAX-11/VMS pour Virtual Memory System (Système à Mémoire Virtuelle). Il est toujours d'actualité sous le nom OpenVMS. UNIX fut très tôt porté sur cette architecture, d'abord par une version expérimentale de la version 7 d'UNIX, 32/V, puis par BSD et son incarnation par DEC nommée ULTRIX.

Performances[modifier | modifier le code]

Pendant longtemps on a considéré le VAX-11/780 comme la machine de référence pour définir le MIPS. On s'aperçut un peu plus tard que ce modèle n'exécutait pas 1 million d'instructions par seconde, mais 500 000. On changea donc simplement le nom de l'unité pour le VUP (VAX Unit of Performance) qui vaut 1 pour le modèle 11/780. Les performances comparées peuvent être consultées sur le site de Hewlett-Packard.

Émulation[modifier | modifier le code]

  • L'émulateur SIMH peut émuler un VAX, sur lequel on peut booter VMS ou UNIX.
  • L'émulateur Charon peut émuler un VAX, dans un environnement Windows ou Linux

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • VAX Architecture Handbook, Digital, (EB-19580-20) ;
  • VAX Hardware Handbook, Digital (EB-21710-20) ;
  • Vax Architecture Reference Manual, Richard A. Brunner, Digital Press, (ISBN 1-55558-057-2) ;
  • Computer Programming and architecture, the VAX, Henry M. Levy, Richard H. Eckjouse, Jr., Digital Press, (ISBN 1-55558-015-7).