Ursula Haverbeck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ursula Haverbeck
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Conjoint
Werner Georg Haverbeck (d) (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Partis politiques
Condamnée pour
Site web

Ursula Meta Hedwig Haverbeck-Wetzel, née le , est une militante négationniste allemande.

Depuis 2004, elle est connue pour avoir fait l'objet de procès pour avoir nié la réalité de la Shoah, ce qui en Allemagne est illégal.

En 2015, à l'âge de 87 ans, elle est condamnée à 10 mois de prison. D'autres inculpations aboutissent également à des condamnations. En raison de ses différents recours, elle n'a en 2018 pas encore été emprisonnée.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est originaire de Vlotho. Elle est amie avec Gudrun Burwitz, unique fille légitime de Heinrich Himmler[1].

Jusqu'en 1989, année de son éviction, elle est membre du Parti écologiste-démocrate.

En juin 2015, Ursula Haverbeck est mise en examen pour avoir déclaré que le génocide des juifs par les nazis était « le plus gros mensonge » de l'histoire[2].

Le , elle est condamnée à 10 mois de prison pour « incitation à la haine » par un tribunal de Hambourg[3],[4],[5].

Elle est condamné à six mois de prison le 16 octobre 2017 par une tribunal de district de Berlin pour avoir nié la réalité des chambres à gaz en public[1],[6].

Elle est également condamnée à 14 mois de prison par le tribunal de Demoldt pour avoir nié par écrit la réalité de l'holocauste au moment du procès de Reinhold Hanning (en)[7],[8].

En mai 2018, elle est recherchée par les autorités, ne s'étant pas présentée pour purger sa peine de deux ans de prison[9].

À la suite de sa condamnation d'octobre 2017, elle saisit le Tribunal constitutionnel fédéral, qui conclut le 3 août 2018 qu'une condamnation pour négationnisme est compatible avec la Constitution, le négationnisme ne relevant pas de la liberté d'expression[10].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Elle a été l'épouse de Werner Georg Haverbeck (de), mort en 1999[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Roger Baird, « 'Nazi grandma' convicted of denying Holocaust for fifth time », International Business Times UK,‎ (lire en ligne).
  2. « Mise en examen de la révisionniste allemande Ursula Haverbeck », Égalité et réconciliation, 21 juin 2015.
  3. « Allemagne : une négationniste condamnée », Le Figaro, 13 novembre 2015.
  4. « Allemagne : 10 mois de prison pour une octogénaire négationniste », Europe 1, 13 novembre 2015.
  5. « Une octogénaire négationniste condamnée à 10 mois de prison », The Times of Israel, 13 novembre 2015.
  6. (en-GB) « Germany's 'Nazi Grandma' given jail term », BBC News,‎ (lire en ligne).
  7. « Detmold: Holocaust-Leugnerin Ursula Haverbeck zu Freiheitsstrafe verurteilt », Spiegel Online,‎ (lire en ligne)
  8. (en) Deutsche Welle (www.dw.com), « 'Nazi Grandma' loses appeal case, sentenced to 14 months in prison for Holocaust denial | News | DW | 28.11.2017 », sur DW.COM (consulté le 16 décembre 2017)
  9. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/05/07/97001-20180507FILWWW00137-allemagne-une-mamie-nazie-en-fuite.php.
  10. « Allemagne: le négationnisme ne relève pas de la liberté d'expression, selon la justice », L'Orient Le Jour,‎ (lire en ligne).
  11. http://www.europe1.fr/international/la-police-allemande-interpelle-une-mamie-nazie-en-fuite-3645788.

Liens externes[modifier | modifier le code]