Turbopause

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La turbopause marque la limite supérieure de la région de l'atmosphère planétaire dans laquelle le processus de diffusion turbulente des gaz domine. Ce processus rend le mélange des gaz homogène. Au-dessus de la turbopause, le processus de diffusion moléculaire domine. Ce processus aboutit à une distribution spatiale des composants chimiques non homogène : les gaz légers ont tendance à gagner en altitude tandis que les gaz lourds se concentrent aux altitudes basses. La turbopause se situe à des altitudes différentes selon les composants chimiques. Sur Terre elle se situe en général à une altitude d'une centaine de kilomètres[1]. Sur Vénus, l'altitude de la turbopause est estimée entre 120 et 145 kilomètres en fonction du coefficient de diffusion d'Eddy (en) choisi[2].

La région dans laquelle le mélange de gaz est homogène est appelée homosphère et celle où le gaz n'est plus homogène est l' hétérosphère. La limite entre ces deux régions, appelée homopause, se situe en dessous de la turbopause : vers 80 km pour l'hélium et vers 60 km pour l'argon[1].

Elle a été découverte par les scientifiques français suite au tir de deux fusées-sondes Véronique les 10 et 12 mars 1959[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Simon Chabrillat, Modélisation du changement global dans l'atmosphère moyenne, , 248 p. (lire en ligne), p. 132-141
  2. (en) Billy McCormac, Atmospheres of Earth and the Planets : Proceedings of the Summer Advanced Study Institute, Held at the University of Liège, Belgium, Springer Science & Business Media, , 461 p. (ISBN 9401017999, lire en ligne), p. 386
  3. Philippe Varnoteaux, « Il y a 60 ans, Véronique AGI emmenait la France dans l’espace – PARTIE 1 : La campagne de tirs », sur Air et Cosmos, (consulté le 31 août 2019).

Voir aussi[modifier | modifier le code]