Tuerie du lycée technique de Kertch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tuerie du lycée technique de Kertch

Localisation Kertch
Drapeau de l'Ukraine Ukraine (de jure)
Drapeau de la Russie Russie (de facto)
Cible Élèves et employés du lycée
Coordonnées 45° 21′ 23″ nord, 36° 32′ 08″ est
Date
Type Tuerie en milieu scolaire, tuerie de masse, massacre, attentat-suicide, meurtre par engin explosif, fusillade
Armes Fusil à pompe, engin explosif improvisé
Morts 21 (incluant l'assaillant)
Blessés Plus de 50
Auteurs Vladislav Rosliakov

Géolocalisation sur la carte : Russie européenne

(Voir situation sur carte : Russie européenne)
Tuerie du lycée technique de Kertch

Géolocalisation sur la carte : Ukraine

(Voir situation sur carte : Ukraine)
Tuerie du lycée technique de Kertch

Géolocalisation sur la carte : Crimée

(Voir situation sur carte : Crimée)
Tuerie du lycée technique de Kertch

La tuerie du lycée technique de Kertch, en Crimée, survenue le , a fait 21 morts[1], dont l'assaillant, et au moins 50 blessés[2] selon le bilan provisoire disponible au 18 octobre 2018. L'attaque est qualifiée par les médias russes de « Columbine russe »[3].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le tueur filmé par une caméra de vidéosurveillance.

Le mercredi 17 octobre 2018, Vladislav Rosliakov entre dans son lycée, où il suit une formation d'électricien, armé d'un fusil à pompe et de grenades artisanales. Il porte des vêtements qui rappellent ceux portés par Eric Harris, un des deux tireurs de la fusillade de Columbine en 1999, le jour du massacre.

À l'intérieur, il agit de manière méthodique, lançant une grenade dans chaque salle qu'il attaque avant d'abattre au fusil les personnes qui s'y trouvent. Il finit par se rendre dans la bibliothèque où il se suicide, là encore comme l'avaient fait les meurtriers de Columbine[4].

Réactions[modifier | modifier le code]

Russie[modifier | modifier le code]

Le président russe Vladimir Poutine, qui se trouve à Sotchi au moment des faits, blâme « la mondialisation » et « les réseaux sociaux » sur internet, qu'il accuse d'offrir aux jeunes gens les plus instables des « substituts d'héroïsme » virtuels qui mènent à de tels événements[5].

Ukraine[modifier | modifier le code]

L'Ukraine, avec le soutien des Nations unies, revendique la souveraineté sur la Crimée depuis l'annexion de cette dernière par la Russie en 2014 à la suite d'un référendum contesté. La vice-présidente de la Rada, Iryna Herachtchenko, le rappelle et s'en prend au « régime d'occupation » russe, « incapable de garantir la sécurité des Criméens ». L'Ukraine ouvre sa propre enquête, partant du principe qu'il s'agit d'une affaire intérieure au pays et que les victimes sont des citoyens ukrainiens[6].

Enquête[modifier | modifier le code]

Auteur[modifier | modifier le code]

Vladislav Roslyakov

L'auteur de la tuerie se nomme Vladislav Rosliakov (en russe : Владислав Росляков). C'est un élève du lycée âgé de 18 ans, étudiant en quatrième année et boursier, inscrit dans la spécialisation « Montage, ajustage et exploitation de l’appareillage électrique des bâtiments industriels et civils ». Élève moyen, il est décrit comme « très renfermé » par ses camarades, qu'il ne fréquente pas. Il n'est pas non plus sur les réseaux sociaux. Il vit seul avec sa mère, aide-soignante dans une clinique oncologique[7].

En , devenu majeur, il cherche à obtenir un permis de chasse, chose faite un mois plus tard. Il acquiert ensuite un fusil à pompe et 250 cartouches auprès d'une armurerie locale. Dans le même temps, s'aidant d'internet, il met au point des explosifs rudimentaires à base de poudre, grenaille et clous[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La tuerie de Kertch, une tragédie pour le pays entier », sur Courrier international, (consulté le 18 octobre 2018).
  2. (ru) Vladimir Sharapov, « 18 человек погибли и пятьдесят ранено во время взрыва », sur Lenta.ru,‎ (consulté le 18 octobre 2018).
  3. « Le tueur se déplaçait comme un combattant », sur Tribune de Genève, (consulté en 18 obtobre 2018).
  4. « Massacre en Crimée: ce que l'on sait du tueur », sur lexpress.fr, .
  5. Jean-Didier Revoin, « Kertch: les interrogations de la presse russe autour du «Columbine de Crimée» », sur rfi.fr, .
  6. « Vu d’Ukraine. La tuerie de Kertch, une tragédie pour le pays entier », sur courrierinternational.com, .
  7. a et b Veronika Dorman, « Russie : qui est Vladislav Rosliakov, le lycéen auteur de la tuerie dans l'école de Kertch ? », sur liberation.fr, .

Sur les autres projets Wikimedia :