Torpedo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Torpille (poisson))
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Torpedo (homonymie).

Torpedo (les torpilles ou raies électriques) est un genre de poissons de l'ordre des Torpediniformes qui comprend environ 22 espèces. Ce sont des poissons cartilagineux vivant près du sol, et qui ont la capacité de produire de l'électricité comme moyen de défense ou de prédation.

L'organe électrique d'une torpille[modifier | modifier le code]

L'espèce la plus grande est Torpedo nobiliana, la torpille noire, qui peut peser jusqu'à 90 kg et délivrer des chocs électriques de 60 à 230 volts et dépassant les 30 ampères. Les raies électriques produisent de la bioélectricité grâce à leur organe électrique. Cet organe constitué de cellules dérivées de myocyte, nommées électroplaques ou électrocyte, est hypertrophié. Elles sont capables de produire un potentiel électrochimique de membrane du même type que celui produit par toute cellule, mais ici amplifié par la grande concentration en canaux ioniques. L'organe électrique agit comme une batterie qui peut décharger des chocs électriques sous formes d'impulsions. Le choc électrique peut être envoyé dans le corps d'une proie pour l'assommer, la capturer et la manger plus facilement ; ou bien dans le corps d'un prédateur pour s'en protéger. L'organe électrique des torpilles est très utilisé pour la recherche en neuroscience pour ses propriétés bio-électriques et aussi pour l'identification de canal ionique.

Morphologie[modifier | modifier le code]

La torpille est un poisson plat, comme les autres raies, en forme de disque, dont les extrémités caudales sont de taille variée. La bouche et les branchies sont situées à la face inférieure de l'animal. Les mâles ont un cloaque près de la base de la queue. Les femelles sont ovovivipares.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Les armes torpilles ont été nommées en raison de l'animal. La racine latine a aussi donné le mot torpeur, peut-être à cause de la sensation que l'on ressent après avoir reçu une décharge de torpille...

Liste des espèces de torpilles[modifier | modifier le code]

La Torpille noire (Torpedo nobiliana) est la plus grosse espèce, pouvant peser jusqu'à 90 kg.

Selon FishBase[1] et World Register of Marine Species (12 février 2014)[2] :

Selon ITIS (12 février 2014)[3] :


La torpille dans la littérature scientifique[modifier | modifier le code]

Du Bartas lui consacre un long développement dans le Ve Jour de La Semaine (vers 225 sqq.: La Torpille, qui sçait qu'elle porte en son flanc). Avant lui Aristote en avait parlé (Sur l’intelligence des animaux), ainsi qu'Oppien (Halieutiques, 1, vers 104). Jacques Grévin la mentionne dans Deux livres des venins (1568, livre I)[4].

La torpille dans la littérature[modifier | modifier le code]

Dans le Ménon, écrit par Platon, Socrate est comparé à un "poisson-torpille". En effet, Socrate embarrasse et impressionne tous ceux qui l'approchent, par sa parole. Ses interlocuteurs sont étourdis. Le terme grec pour étourdir est le même que pour désigner la torpille [5].

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. FishBase, consulté le 12 février 2014
  2. World Register of Marine Species, consulté le 12 février 2014
  3. ITIS, consulté le 12 février 2014
  4. Voir Fernand Hallyn, "La Torpille : aspects de la description chez Du Bartas", in Du Bartas poète encyclopédique du XVIe siècle, sous la direction de James Dauphiné, Lyon, La Manufacture, 1988, pp. 151-165.
  5. Site philophil.com, "Grec: Socrate, la torpille ǃ", consulté le 05 octobre 2018